CD de PARIS 2012

Annonces, infos, résultats et lives sur toutes les courses! Vos comptes rendus de courses sont aussi les bienvenus!
dyson
Messages : 2190
Inscription : 04 juil. 2012 12:02
Localisation : tarbes 65

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par dyson »

VILLI a écrit :Quelques réponses du début de ce post:
Les parcmètres dans le quartier étaient gratuits le samedi et dimanche, tout au moins ceux que j'ai utilisé à moins de 200mètres des parcs de transition.
Ce n'est pas une pompe à fric, mais la sécurité,l'informatique inscriptions-classement, le ravitaillement, les locations de pontons ou escaliers pour acceder à la berge entre autres, les infrastructure des parcs de transition et du village, les officiels de parcours, car il n'y a pas assez de bénévoles, tout celà à un cout, et ce n'est pas une étape du Grand Prix qui récolte les deniers des + de 4000 triathlètes.
L'équité du parcours aux parc de transition à été respectée.
Je pense que comme il y a quelques années, aller au tri de Paris sera comme ceux qui souhaitaient aller au marathon de New York comme une récompense et un but, mais pas pour un chrono. Tout comme sur le marathon de Paris, lors de son parcours qui passait par les 20 mairies d'arrondissement, nous étions que quelques milliers à l'époque.
PARIS est Magic, et pas qu'en foot. Cà c'est Paris. Vivement la prochaine édition.
je suis d'accord avec toi jusqu'à ton avant avant derniere phrase
la ca craint :mrgreen:
appleman
Messages : 59
Inscription : 24 févr. 2010 18:52

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par appleman »

http://www.nordeclair.fr/Locales/Roubai ... cede.shtml

Marc Vanhecke est décédé
Publié le mercredi 11 juillet 2012 à 06h00

Marc Vanhecke est décédé à l'âge de 56 ans.

Beaucoup d'émotion depuis quelques jours en mairie. Les équipes ont appris le décès, dimanche, de Marc Vanhecke qui travaillait depuis 1993 au service des sports à la Ville.


L'homme est mort à l'âge de 56 ans à la suite d'un malaise à Paris alors qu'il participait au triathlon. Grand sportif, il aimait relever des défis tout en restant raisonnable. On citera la manifestation de « l'Ironman » de Nice (3,8 km à la nage, 180 km à vélo et 42,195 km de course).
Toujours serviable, jamais en colère, il était très apprécié de ses collègues. Yves Deuwille, le responsable du service des fêtes, le connaissait bien.
Difficile d'accepter ce décès : « On travaillait ensemble mais surtout, tous les dimanches, on faisait du vélo ensemble. On pouvait crever quatre-cinq fois lorsqu'on faisait le trajet du Paris-Roubaix, jamais il ne râlait. Il était très patient et toujours le premier à donner un coup de main. » La Ville rendra hommage à Marc Vanhecke ce vendredi à 9 h 30 au Dojo. Les funérailles auront lieu à 11 h en l'église Saint-Nicolas.w
100km
Messages : 3148
Inscription : 29 sept. 2010 13:39

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par 100km »

VILLI a écrit :PARIS est Magic, et pas qu'en foot. Cà c'est Paris. Vivement la prochaine édition.
Lol un pimpim du psg tiens !
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul
jihel92
Messages : 3
Inscription : 10 juil. 2012 10:06

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par jihel92 »

Slt

Je viens de voir la photo du malheureux participant.
Je suis quasi sur que c'est lui qui a eu une première défaillance quelques instants (minutes ?) après le départ, et qui s'est accroché à un canoé avant de repartir. Et qui a eu ensuite un autre malaise.

A++

Jihel
alaska2
Messages : 1
Inscription : 12 juil. 2012 00:27

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par alaska2 »

Suite au drame qui s’est déroulé durant l’épreuve de natation, je voudrais apporter mon témoignage en tant que kayakiste. Je suis le second kayakiste arrivé sur le lieu du drame.
Parti avec la première vague, j’étais dans l’arrière du peloton, et descendais en même temps.
Arrivé à une cinquantaine de mètres du lieu du drame, j’ai aperçu le premier kayak sur la gauche de la Seine, contre une péniche, avec quelques nageurs autour de lui. En me rapprochant à quelques dizaines de mètres, j’ai réalisé que la situation était grave. J’ai compris que le premier kayakiste, malgré sa pagaie levée (le signe convenu pour appeler à l’aide) et ses appels, n’était pas vu ni entendu des zodiacs situés de l’autre côté de la Seine. Je ne me suis donc pas plus rapproché, et ai relayé les signaux vers le zodiac, en levant ma pagaie. Quand le zodiac m’a finalement vu, il a commencé son approche. Il a ensuite été stoppé car il ne pouvait pas traverser le flot des nageurs. Je me suis mis en travers du flot et ai fait des signes aux nageurs pour les dévier ; j’ai ensuite guidé le zodiac pour permettre sa progression sur les derniers mètres, car il restait encore quelques nageurs sur la trajectoire.
Ensuite, ne pouvant plus rien faire pour aider les secouristes, j’ai poursuivi ma surveillance sur le reste de la course.

Mes commentaires sont les suivants :

J’ai un grand sentiment d’impuissance et de tristesse face à ce qui s’est passé.

Néanmoins, il ne faut pas attendre des kayakistes plus que les aides suivantes :

- Servir de point de repos ponctuellement pour des nageurs en difficulté. Tous les kayakistes présents ont à plusieurs reprises eu ce rôle. Dans mon cas, entre 5 et 10 fois sur l’ensemble des 3 vagues. Les difficultés allaient du nageur assommé au départ, à celui qui hyperventilait en passant par les victimes de crampes. Sans le soutien des kayaks, ces défaillances auraient pu mal se terminer. Il faut aussi en avoir conscience.

- Soutenir psychologiquement les nageurs en stress ou en panique : le nageur peut s’accrocher, le kayakiste lui parle, et lui fait prendre conscience qu’il n’a pas que des concurrents et adversaires. La flottille de kayaks peut avoir quelque chose de rassurant comme autant d’objectifs et de points de soutien potentiels intermédiaires. Alors qu’un bassin de 1,6 km sans quasiment aucun point de repos peut faire paniquer plus d’un nageur non habitué.

- Donner l’alerte. Le signal convenu (et classique en kayak) était de lever sa pagaie pour se signaler auprès d’un zodiac. Avant le drame, j’avais déjà eu à donner l’alerte une première fois dans les 10 premières minutes de la première vague, également en soutien d’un premier kayakiste qui soutenait un nageur en difficulté. Ce kayakiste n’arrivait pas à se faire remarquer par les zodiacs. Le nageur a finalement été récupéré par le Zodiac.
Il faut avoir conscience que quand un kayakiste donne l’alerte (pagaie levée), il ne peut rien faire d’autre : ni avancer, ni soutenir activement un nageur défaillant (le nageur doit se tenir lui-même).
Inversement, si le kayakiste doit soutenir quelqu’un d’inconscient, il a besoin de ses 2 mains, et ne peut pas donner d’alerte visuelle. Il n’est pas possible pour un kayakiste seul de mettre une personne inconsciente sur le pont de son kayak, ni de lui prodiguer les premiers secours. En cas grave, il n’y a pas d’autre alternative rapide que de faire venir un zodiac, d’où l’importance de la capacité d’alerte.

Pour moi, les axes de progrès sont les suivants :
- Mettre les kayakistes à poste fixe, afin qu’ils visualisent mieux l’environnement et ses dangers. Avantage cependant d'un kayakiste mobile : il peut suivre un nageur qui lui paraît en limite de défaillance.
- Clarifier les signaux d’urgence entre les différentes équipes (kayakistes, zodiacs, …).
- Améliorer les signaux visuels (pagaies fluo, et chasubles fluo)
- Equiper les kayakistes de moyens d’alerte sonore (par exemple corne de brume utilisées en kayak de mer)
- Briefer chaque intervenant de la chaine de secours sur les procédures d’urgence.
CHRISTOPHE192
Messages : 1926
Inscription : 04 juil. 2010 21:15

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par CHRISTOPHE192 »

merci pour ce témoignage très éclairant , et qui relaie ceux des médecins , à savoir qu' il n' y a pas de solutions toutes faites , que le risque 0 n' existe pas , et que rien ne dit qu' on aurait pu sauver cet homme .

à ce que je comprend quand même , le principal obstacle au-delà du signal visible des kayakistes , a été l' accés pour le zodiac empéché par le flot des nageurs .

ce qui m' amène à la question suivante puisque je n' y étais pas : les zodiacs étaient-ils des 2 côtés des nageurs ? sinon , ça aurait peut-être pu aider .
Avatar de l’utilisateur
Jaginho
Messages : 2412
Inscription : 14 nov. 2009 11:29

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par Jaginho »

Malheureusement il n'y avait pas grand chose à faire pour ce Monsieur si ce n'est qu'il aurait pu s'auto-gérer si c'est vraiment lui qui a eu un souci avant le départ... plus facile à dire après. Il était licencié, avait passé bons nombres d'examens, il avait des IM à son actif... Bref, tous les feux étaient au vert !

Mes condoléances à sa famille à et ces proches.
« L'entraineur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire. » (John Kessel)
jihel92
Messages : 3
Inscription : 10 juil. 2012 10:06

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par jihel92 »

Bonjour,

Je tiens à apporter un démenti formel : il n'y avait plus de "flot" de nageurs. Il restait quelques mauvais nageurs éparpillés sur toute la largeur.
Pour moi, le Zodiac n'était pas attentif.
Je ne sais pas si cela aurait changé quelque chose, mais il aurait pu être plus vite sur le lieu du drame. (Il faudrait demander son avis au plongeur qui a plongé depuis le canoé)
A+

Jihel
tilaris
Messages : 741
Inscription : 06 sept. 2010 10:41
Localisation : The Hague (Pays bas)

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par tilaris »

alaska2 a écrit :Suite au drame qui s’est déroulé durant l’épreuve de natation, je voudrais apporter mon témoignage en tant que kayakiste. Je suis le second kayakiste arrivé sur le lieu du drame.
Parti avec la première vague, j’étais dans l’arrière du peloton, et descendais en même temps.
Arrivé à une cinquantaine de mètres du lieu du drame, j’ai aperçu le premier kayak sur la gauche de la Seine, contre une péniche, avec quelques nageurs autour de lui. En me rapprochant à quelques dizaines de mètres, j’ai réalisé que la situation était grave. J’ai compris que le premier kayakiste, malgré sa pagaie levée (le signe convenu pour appeler à l’aide) et ses appels, n’était pas vu ni entendu des zodiacs situés de l’autre côté de la Seine. Je ne me suis donc pas plus rapproché, et ai relayé les signaux vers le zodiac, en levant ma pagaie. Quand le zodiac m’a finalement vu, il a commencé son approche. Il a ensuite été stoppé car il ne pouvait pas traverser le flot des nageurs. Je me suis mis en travers du flot et ai fait des signes aux nageurs pour les dévier ; j’ai ensuite guidé le zodiac pour permettre sa progression sur les derniers mètres, car il restait encore quelques nageurs sur la trajectoire.
Ensuite, ne pouvant plus rien faire pour aider les secouristes, j’ai poursuivi ma surveillance sur le reste de la course.

Mes commentaires sont les suivants :

J’ai un grand sentiment d’impuissance et de tristesse face à ce qui s’est passé.

Néanmoins, il ne faut pas attendre des kayakistes plus que les aides suivantes :

- Servir de point de repos ponctuellement pour des nageurs en difficulté. Tous les kayakistes présents ont à plusieurs reprises eu ce rôle. Dans mon cas, entre 5 et 10 fois sur l’ensemble des 3 vagues. Les difficultés allaient du nageur assommé au départ, à celui qui hyperventilait en passant par les victimes de crampes. Sans le soutien des kayaks, ces défaillances auraient pu mal se terminer. Il faut aussi en avoir conscience.

- Soutenir psychologiquement les nageurs en stress ou en panique : le nageur peut s’accrocher, le kayakiste lui parle, et lui fait prendre conscience qu’il n’a pas que des concurrents et adversaires. La flottille de kayaks peut avoir quelque chose de rassurant comme autant d’objectifs et de points de soutien potentiels intermédiaires. Alors qu’un bassin de 1,6 km sans quasiment aucun point de repos peut faire paniquer plus d’un nageur non habitué.

- Donner l’alerte. Le signal convenu (et classique en kayak) était de lever sa pagaie pour se signaler auprès d’un zodiac. Avant le drame, j’avais déjà eu à donner l’alerte une première fois dans les 10 premières minutes de la première vague, également en soutien d’un premier kayakiste qui soutenait un nageur en difficulté. Ce kayakiste n’arrivait pas à se faire remarquer par les zodiacs. Le nageur a finalement été récupéré par le Zodiac.
Il faut avoir conscience que quand un kayakiste donne l’alerte (pagaie levée), il ne peut rien faire d’autre : ni avancer, ni soutenir activement un nageur défaillant (le nageur doit se tenir lui-même).
Inversement, si le kayakiste doit soutenir quelqu’un d’inconscient, il a besoin de ses 2 mains, et ne peut pas donner d’alerte visuelle. Il n’est pas possible pour un kayakiste seul de mettre une personne inconsciente sur le pont de son kayak, ni de lui prodiguer les premiers secours. En cas grave, il n’y a pas d’autre alternative rapide que de faire venir un zodiac, d’où l’importance de la capacité d’alerte.

Pour moi, les axes de progrès sont les suivants :
- Mettre les kayakistes à poste fixe, afin qu’ils visualisent mieux l’environnement et ses dangers. Avantage cependant d'un kayakiste mobile : il peut suivre un nageur qui lui paraît en limite de défaillance.
- Clarifier les signaux d’urgence entre les différentes équipes (kayakistes, zodiacs, …).
- Améliorer les signaux visuels (pagaies fluo, et chasubles fluo)
- Equiper les kayakistes de moyens d’alerte sonore (par exemple corne de brume utilisées en kayak de mer)
- Briefer chaque intervenant de la chaine de secours sur les procédures d’urgence.
A lire ton récit on voit surtout que bon nombre de participants ne savent simplement pas nager, ne sont pas préparés ...

C'est quand même dingue !
mgef
Messages : 9
Inscription : 04 avr. 2010 18:39

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par mgef »

jihel92 a écrit :Bonjour,

Je tiens à apporter un démenti formel : il n'y avait plus de "flot" de nageurs. Il restait quelques mauvais nageurs éparpillés sur toute la largeur.
Pour moi, le Zodiac n'était pas attentif.
Je ne sais pas si cela aurait changé quelque chose, mais il aurait pu être plus vite sur le lieu du drame. (Il faudrait demander son avis au plongeur qui a plongé depuis le canoé)
A+

Jihel
Bonjour,

Je suis d'accord avec toi, il n'y avait plus de flot de nageurs. Je ne suis pas d'accord sur les mauvais nageurs, n'exagérons pas tout de même :wink: !
Le zodiac n'était pas attentif c'est sur car il a mis un temps certain avant d'arriver. Il se trouvait de l'autre côté du "flot" de nageurs et je n'ai pas vu d'autre zodiac sur l'autre côté des nageurs.
Concernant la rapidité d'arrivée des secours, je ne pense pas que cela aurait changé l'issue pour cet athlète, en revanche pour les prochaines éditions un zodiac de chaque côté et une attention accrue serait un gros plus.

Mathieu
Avatar de l’utilisateur
Leonick
Messages : 2759
Inscription : 14 oct. 2004 07:26
Localisation : Champigny
Contact :

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par Leonick »

tilaris a écrit :A lire ton récit on voit surtout que bon nombre de participants ne savent simplement pas nager, ne sont pas préparés ...
C'est quand même dingue !
entre nager en piscine et se retrouver au sein d'une meute de 1000 nageurs, avec une combi qui peut t'oppresser physiquement, ne serait-ce qu'au niveau du cou (donc un peu au niveau respiration), il y a donc beaucoup d'éléments qui font qu'une personne puisse éprouver un malaise, pas obligatoirement physique.
julie97400
Messages : 2
Inscription : 09 juil. 2012 17:59

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par julie97400 »

Bonjour à tous,

J'aimerais faire plusieurs remarques :

- pour celui qui dit que les derniers nageurs sont les mauvais nageurs : je faisais partie du lot, notamment parce que l'organisation était ainsi faite, je suis partie la dernière de la première vague (les fameux bonnets violets, quelle connerie), à peine un pied dans l'eau et le départ était donné alors que les premiers nageurs avaient déjà passé le pont... ils ont eu beaucoup d'avance. J'ai pesté pendant environ 10 minutes, enfin cela m'a permis de doubler d'autres nageurs (ce qui est plutôt bon pour le moral)...

- je rejoins tous ceux qui culpabilisent, même si ils ne le formulent pas ainsi, dans le décès de cet athlète... De ne pas avoir dit stop alors qu'il a fait un malaise, de ne pas avoir pu accéder plus tôt au nageur, de ne pas avoir pu faire mieux pour l'aider... Lorsque je nageais et que j'ai vu qu'il était inconscient, j'ai aidé à le hisser, je suis montée dans le zodiac, j'ai débuté le massage cardiaque puis le sauveteur qui était là m'a dit de partir et j'ai obéit. Je suis médecin au SAMU, je sais très bien quoi faire face à cette situation, c'est mon métier et malgré tout je suis partie. J'aurais du rester pour l'aider, même si cela n'aurait rien changé. De même j'ai eu l'impression que le SAMU a mis du temps à arriver, je connais très bien le "2 tons" puisque j'étais dans ce même camion il y a 8 mois, je crois juste que c'est parce que dans ces situations le temps semble infini... De tous les témoignages qui défilent sur le site, j'ai l'impression que tout le monde a pris le relai pour s'occuper de cet homme, tout le monde s'est mobilisé, a donné l'alerte... Il était important de sécuriser les lieux, le zodiac n'allait pas couper le flot des nageurs pour sectionner 2 ou 3 jambes qui passent, c'est absurde et c'est la base du secourisme.

Je ne sais pas si il y a eu une autopsie pour savoir de quoi est il mort (cardiaque, respiratoire, neurologique...) dont chaque cause a sa propre courbe de survie, mais en tout cas il faut mieux être en forme qu'alcoolique, le corps s'en remet mieux tout de même lorsqu'il a cette chance.

J'ai fini l'épreuve avec une certaine dose de culpabilité mais je me suis dit qu'il fallait courir pour lui après tout, que moi j'avais cette chance là... Tout cela amène l'humilité face à nos limites, face à la nature, et surtout d'en profiter...
NPQD
Messages : 2
Inscription : 14 juil. 2012 21:04

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par NPQD »

Bonsoir à tous,


Ne serait-il pas possible d'utiliser des jet ski plutôt que des zodiacs ? Cela se fait pour les secours en mer (SNSM) et est plus maniable, plus rapide, et moins dangereux qu'un bateau à moteur classique (absence d'hélice...)
100km
Messages : 3148
Inscription : 29 sept. 2010 13:39

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par 100km »

On voit que t'as jamais essayé de faire monter quelqu'un sur un jet ski ! C'est très instable et comment lui apporter des soins dans ces conditions ?
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul
NPQD
Messages : 2
Inscription : 14 juil. 2012 21:04

Re: CD de PARIS 2012

Message non lu par NPQD »

c'est juste l'embarcation qui est de plus en plus utilisée par les sauveteurs en mer, j'imagine que ce n'est pas pour rien :)
Image
le but est d'aller vite, en securite, et de ramener la personne rapidement à terre pour des premiers soins
Répondre