stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
fred39
Messages : 147
Enregistré le : 11 mai 2015 23:58
Localisation : Lons le Saunier
Contact :

stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par fred39 » 26 août 2019 22:50

Bonjour
Petite question que je me repose avant chaque longue épreuve: prendre le maxi de bidons avec ma solution de réhydratation préférée ou prendre le minimum pour rallier le premier ravitaillement en restant le plus léger possible.
Je m'adapte à ce qui est proposé sur les ravitaillements: distribution d'eau ou de solution isotonique que j'ai pu tester, avec à disposition des gourdes ou des bouteilles, voir des gros bidons pour recharger ses propres gourdes.
Chaque course est différente et souvent les informations sont peu précises et l'expérience des anciens participants peut aider sans pouvoir enlever tout les écueils.
Par exemple pour Embrun, j'avais prévu d'utiliser la solution proposée: Iso de Decathlon, alors que je roule habituellement avec Iso+. Mais alors qu'on m'avait mis en garde sur le remplissage partiel des gourdes, ce qui m'a posé un vrai problème était la concentration beaucoup trop forte et non adaptée à la température.
Cela dépend donc de la météo prévue mais aussi du profil de la course: être bien chargé pour une course plate me pose moins de problème que pour un profil montagne.
Sachant que je bois pas de coca, sauf hypo et que je n'utilise pas de gel, je tourne a l'isotonique qu'elle est la meilleure stratégie: prendre 2 petites gourde, soit 1.25kg et je prends des dosettes de poudre ou des comprimés d'Isostar pour recharger ou je prend la capacité maxi soit 3kg pour avoir environ 2 fois moins de recharge. Prochain tri en vue: Evergreen avec durée prévue de 9h (190km avec entre 4 et 5000 de D+)

Quel est vôtre expérience perso dans différentes configurations?
Merci de vos retours

Avatar du membre
lopapy
Messages : 2917
Enregistré le : 24 août 2007 21:11

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par lopapy » 26 août 2019 23:49

Déjà, comment détermines tu que la concentration à Embrun était trop importante ?

Car contrairement à nos réactions primaires, mal au ventre tu as, hydratation tu feras car comme pour le mal au ventre quand tu as faim, le déficit enn eau fait mal et créé le dégoût du sucré...

Sinon je fais tourner sur IM avec les produits de l'organisation car contrairement aux trails, tu ne peux emporter des dosettes suffisantes.
(Surtout que parfois nous montons à 120gr/l)

Sinon sur la CAP Evergreen, tu peux faire la stratégie trail, c'est quasi le seul IM ou la surcharge pondérale du sac d'hydratation se compense par la difficulté du parcours.

As tu lu ce vieux papier ?

L'Papy_ 8)
Coach
Il n’y a qu’une vérité mais chacun la sienne©LP
Jusqu'à preuve du contraire©Vandel
Que tout les êtres puissent être heureux©Goenka
La satisfaction qu'on tire de la vengeance ne dure qu'un moment, celle que nous donne la clémence est éternelle©Henri4

pain&gain
Messages : 445
Enregistré le : 20 mai 2018 19:52

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par pain&gain » 27 août 2019 08:05

fred39 a écrit :
26 août 2019 22:50
Par exemple pour Embrun, j'avais prévu d'utiliser la solution proposée: Iso de Decathlon, alors que je roule habituellement avec Iso+.
Pourquoi vouloir changer le jour J ?
Perso je garde la meme config que lors de mes sorties longues d'entrainement.
Je pars avec un bidon d'eau et un bidon d'isotonique (iso+ Deca pour ma part) que je re-rempli dès que je peux an ajustant le dosage avec un sachet en rabe.

A Embrun, je m'arretais 15s pour deviser le bidon et le remplir à raz bord, pas penalisant niveau chrono ne jouant pas le podium :lol:

Avatar du membre
Blueberry
Messages : 214
Enregistré le : 10 déc. 2009 19:19

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par Blueberry » 27 août 2019 08:50

Sur l'evergreen, tu seras parti pour une 20aine d'heures avec potentiellement des grosses chaleurs sur le vélo: quand tu poseras le vélo en milieu d'après-midi, tu ne seras qu'à mi-course... Si ton système digestif est HS à ce moment-là, c'est juste "game over". L'hydratation sur le vélo sera donc un élément déterminant.

Je ne sais plus ce que l'orga prévoit comme boisson, mais le problème est effectivement souvent le dosage. Perso, je n'hésite pas une seconde: 5-6 doses de poudre ISO+ dans la poche du maillot (en alternant les goûts) et 5-6 autres en attente dans le sac de délestage. Pour éviter l'écoeurement, une gorgée d'eau claire recrachée après chaque tétée. Et des pastilles de sel évidemment (enfin, je parle pour moi qui sue énormément ;-)).

Sinon, cette course est juste fabuleuse et le sentiment d'accomplissement qu'on ressent en franchissant la ligne d'arrivée est juste inouï (même si tu n'as pas un stade de 1.000 personnes pour t'acclamer).

Bonne course!

edit: la stratégie d'alimentation/hydratation sur la partie trail est également déterminante mais de mémoire (2016), les ravitos étaient plutôt bien pourvus...
Modifié en dernier par Blueberry le 27 août 2019 08:58, modifié 1 fois.

matafan
Messages : 3494
Enregistré le : 19 janv. 2007 11:29
Localisation : Echirolles

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par matafan » 27 août 2019 08:56

1 bidon de calories concentrées
1 bidon d'eau

Et tu changes le bidon d'eau aux ravitos. Ca permet d'adapter le ratio calories/eau en fonction de la température et de tes envies. Ca permet aussi d'avoir toujours la même nutrition sans dépendre de ce que tu trouves aux ravitos. On peut mettre facilement plus de 3000 Calories dans un bidon.

Avatar du membre
crazyvivien
Messages : 133
Enregistré le : 18 mai 2016 08:37
Localisation : Suisse
Contact :

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par crazyvivien » 27 août 2019 09:01

Sur longue distance, je préfère manger ce que je connais. Je ne prends pas ce qui est proposé au ravitaillement, ou juste un peu comme des gels sur la CAP quand je n'ai plus rien.
Je pars avec un grand bidon et un petit que je remplis tous les 2 de Hammer Perpetuem comme je ne mange pas de solide sinon j'ai des mots d'estomac en CAP.
J'ai un sachet de poudre avec moi et je re-remplis en faisant mon mélange avec de l'eau à un ravitaillement et voilà.

Avatar du membre
Blueberry
Messages : 214
Enregistré le : 10 déc. 2009 19:19

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par Blueberry » 27 août 2019 09:13

matafan a écrit :
27 août 2019 08:56
1 bidon de calories concentrées
1 bidon d'eau
C'est aussi une stratégie. L'inconvénient, c'est que ça ne te laisse qu'un seul bidon entre 2 ravitos. Je ne recommanderais pas de faire le col de Romme (10 bornes) ou celui de la Colombière (8 bornes) sous le cagnard avec juste 1 seul bidon...

fred39
Messages : 147
Enregistré le : 11 mai 2015 23:58
Localisation : Lons le Saunier
Contact :

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par fred39 » 27 août 2019 23:16

Bonsoir
je pense prendre l'option moyenne s'il fait chaud car effectivement enchaîner col de Romme et celui de la Colombiere cela va me prendre un peu de temps. S'il fait le même temps qu'en 2017, je pense que l'option basse devrait être suffisante, car nous avions seulement 6 à 10° sur le parcours vélo et nous sommes descendus à -6 avec un ressenti à -16 sur le trail avec des giboulées de neige. Ce qui m'a valu une belle hypothermie et la course à été neutralisée juste derrière moi. Cette fois j'ai fait les 90 bornes avec mes 2 gourdes de 800ml, sans avoir besoin de recharger.
Pour la version longue je n'ai pas trouvé les lieux des ravitaillements, j'ai demandé aux organisateurs et attend la réponse.
Pour le trail, je ne me fait pas trop de soucis car les barrières horaires sont larges si j'arrive à temps. Et bizarrement je crains moins la charge du sac à dos que celle du velo.

En ce qui concerne Embrun tout à bien fonctionné jusqu'à ce que la chaleur ne me rattrape dans la montée de Chaudagne alors que je n'avais plus que de l'Iso trop dosé à mon goût, car dans ce cas j'adopte l'osmolarité comme indiqué dans le papier du papy que j'avais lu. Effectivement c'est la soif et non l'hypoglycémie qui m'a ralenti jusqu'au ravitaillement en haut de cette dernière bosse, ensuite sur la marathon j'ai pu trotté comme un lapin (lapin fatigué en course permanente même dans les côtes)
, en m'arrêtant à chaque ravitaillement...

Lou14
Messages : 2
Enregistré le : 19 sept. 2019 15:11

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par Lou14 » 20 sept. 2019 06:51

matafan a écrit :
27 août 2019 08:56
1 bidon de calories concentrées
1 bidon d'eau

Et tu changes le bidon d'eau aux ravitos. Ca permet d'adapter le ratio calories/eau en fonction de la température et de tes envies. Ca permet aussi d'avoir toujours la même nutrition sans dépendre de ce que tu trouves aux ravitos. On peut mettre facilement plus de 3000 Calories dans un bidon.
Je suis d'accord sur cette méthode :)

fred39
Messages : 147
Enregistré le : 11 mai 2015 23:58
Localisation : Lons le Saunier
Contact :

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par fred39 » 24 sept. 2019 23:24

Bonjour
En pratique j'ai pu réaliser mon parcours vélo sans problème malgré la chaleur de ce beau jour de Septembre.
J'avais pris au départ 2 gourdes de 750ml, cadre et prolongateur et j'ai pu tenir jusqu'au col de le Colombière ou je suis arrivé à 13h, après 4h30 de course. A la Colombière j'avais un sac avec 3 gourdes dans un sac isotherme préparées avec ma préparation perso et j'ai pris les 2 bidons de 750 et la 3ème je l'ai rempli d'eau pour pouvoir m'arroser car j'avais vraiment souffert de la chaleur dans la dernière ascension. Ainsi j'ai pu m'arroser dans le dernier gros col du programme: la Croix Fry, qu'on enchaînait avec les Aravis. Et avec cette recharger j'ai pu tenir jusqu'au dernier ravitaillement à 30km de l'arrivée ou j'ai rechargé une seul gourde avec ma poudre ISO+, alors que j'avais de quoi faire 4 recharges. Soit 2 arrêt ravito sur les 193km.
Au total, j'ai bu environ 4l.
Ensuite sur le trail, j'avais prévu 2 flasques de 600 pour les 21 premiers km et 3 de 500 pour les 21 suivant (sac perso à mi parcours), ce qui a été quasi suffisant en sachant que je me suis arrêté à tous les ravitos, soit 5 sur les 43km (mais avec la même durée de trajet que le parcours vélo, mais une température beaucoup plus faible).
Cette organisation m'a permis de terminer en peu plus de 23h au total mais en forme, mise à part une certaine fatigue logique, forme qui m'a permis une récupération rapide.

Lionel_S
Messages : 72
Enregistré le : 19 oct. 2017 16:39

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par Lionel_S » 25 sept. 2019 02:06

Juste pour ajouter un son de cloche différent : sur le vélo aucune boisson sucrée, je ne bois que de l’eau, et je mange solide, relativement salé d'ailleurs. J’ai fait un Ironman et des épreuves de 320km de vélo sur une base “rice cake” recette Lim typiquement un ravito sur deux, bananes, energy cookies maison ou Cliff bars, et quelques bonbons pour faire plaisir à mon cerveau. J’ai commencé à boire des calories uniquement passé le semi-marathon lors d’un IM.

D’après moi, une des clefs est d’être bien prepare a ce+qu’on va ingérer et d’éviter les trucs vraiment sucrés à l’entraînement au maximum. D’ailleurs bien entraîné, une sortie de 4h-120km passe sans rien manger. De mon point de vue, les gels c’est une solution de dernier secours dans une situation d’urgence, pas un mode d’alimentation à l’effort.

shika
Messages : 2763
Enregistré le : 20 sept. 2015 14:51

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par shika » 25 sept. 2019 06:45

Lionel_S a écrit :
25 sept. 2019 02:06
Juste pour ajouter un son de cloche différent : sur le vélo aucune boisson sucrée, je ne bois que de l’eau, et je mange solide, relativement salé d'ailleurs. J’ai fait un Ironman et des épreuves de 320km de vélo sur une base “rice cake” recette Lim typiquement un ravito sur deux, bananes, energy cookies maison ou Cliff bars, et quelques bonbons pour faire plaisir à mon cerveau. J’ai commencé à boire des calories uniquement passé le semi-marathon lors d’un IM.

D’après moi, une des clefs est d’être bien prepare a ce+qu’on va ingérer et d’éviter les trucs vraiment sucrés à l’entraînement au maximum. D’ailleurs bien entraîné, une sortie de 4h-120km passe sans rien manger. De mon point de vue, les gels c’est une solution de dernier secours dans une situation d’urgence, pas un mode d’alimentation à l’effort.
Oui et non. 120 bornes sans rien manger ni boire je l'ai fait malgré moi cette année (juste bu un demi-bidon d'eau claire) après être allé chez le dentiste je pouvais juste rien mâcher. C'est passé super bien mais les températures étaient clémentes et l'allure raisonnable.

Quand tu es en compétition, qu'il fait chaud, tu as besoin de t'hydrater, mais l'eau toute seule n'hydrate pas bien en raison de son osmolarité. Si tu manges du solide tu vas permettre à ton système digestif d'absorber l'eau mais c'est un équilibre précaire. En vélo ça passe plus facilement mais en CAP c'est pas évident sauf typée trail comme l'evergreen. Par contre boire une boisson isotonique au bout d'un moment ça t'en dégoûtes donc avoir un bidon d'eau claire pour se rincer la bouche ça aide plutôt que d'arrêter de boire et d'aller au casse-pipe.

fred39
Messages : 147
Enregistré le : 11 mai 2015 23:58
Localisation : Lons le Saunier
Contact :

Re: stratégie/ quantité de liquide transportée sur le vélo pour les longues distances

Message non lu par fred39 » 25 sept. 2019 22:52

je pense qu'on est assez différent en ce qui concerne notre mode de fonctionnement sur les besoins en course, comme à l'entraînement.
Bien sûr le type de course et donc d'effort, sa durée, les conditions météo... influent mais il faut avoir expérimenté tout cela avant, si possible, sinon adapter aux expériences précédentes.
Dans mon cas se fut ma première expérience de course aussi longue mais j'ai tiré l'expérience de mon EmbrunMan et d'un gros trail de 12h, et malgré la dépense énergétique bien supérieur, cela a fonctionné.
Mais je ne prétend pas avoir trouvé le cocktail idéal qui marchera pour tous le monde.

Répondre