La physique du nageur

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
Avatar de l’utilisateur
K1000
Messages : 1636
Inscription : 20 janv. 2015 11:33

La physique du nageur

Message non lu par K1000 »

https://drive.google.com/file/d/1XoWdOZ ... yianW/view

L'exégèse du document n'est pas de moi.

Je me permets toutefois de le citer ici, car c'est tout-à-fait intéressant. Il est dit à peu près ceci :

"1. L'expérience montre que la vitesse de croisière d'un nageur peut correctement être estimée par la deuxième loi de Newton, qui indique que cette vitesse de croisière est donnée par la racine cubique de (2*P/cx/rho/A) où :
- P est la puissance du nageur (en watts - de l'ordre de 200W pour un humain raisonnablement entraîné en plein effort physique)
- cx: coefficient de traînée du nageur (nombre sans dimension inférieur à 1 pour un bon nageur, supérieur à 1 pour un nageur moins profilé)
- rho: densité de l'eau (1000kg/m3)
- A: aire transverse ("section efficace") du nageur (en m2, de l'ordre de 0.3m2)

Cette formule toute simple montre que pour doubler sa vitesse, il faut soit multiplier par 2x2x2=8 la puissance de nage (pas facile), ou diviser par 8 l'aire transverse du nageur ou son coefficient de traînée (pas facile non plus). La formule montre également qu'une autre solution pour doubler sa vitesse de nage consiste à combiner un doublement de la puissance à une réduction d'un facteur 2 du coefficient de traînée et d'un facteur 2 de l'aire transverse du nageur.

Bref : cette approche basique donne une base physique à l'observation que pour battre un record de vitesse, il est pour ainsi dire désespéré de s'exciter sur un aspect de la nage (mettons : nager tout en puissance), et qu'il est au contraire vital de tout optimiser en même temps (puissance accrue, coefficient de traînée et aire transverse réduites).

2. Une étude un peu plus fine de la seconde loi de Newton appliquée à un nageur montre également qu'il est important pour un nageur de veiller à garder une vitesse de nage la plus constante possible au cours de chaque cycle de nage. Toute augmentation ou baisse temporaire de vitesse se traduit par une dépense excessive d'énergie. Par exemple, pour deux nageurs évoluant à la même vitesse moyenne, celui dont les fluctuations de vitesse sont de l'ordre de 30% doit développer une puissance 27% supérieure à celle de son comparse nageant sans fluctuation de vitesse.

3. "Mais les nageurs de compétition ont cependant tous des cycles de nage présentant de grosses fluctuations de vitesse !" Oui ! Cela s'explique par le fait que la stratégie consistant à maintenir une vitesse de nage la plus constante possible n'est optimale que si la traînée du nageur est constante dans le temps. En pratique, cela n'est jamais le cas : un nageur est tout sauf un corps rigide, et il existe donc toujours de petites fluctuations de coefficient de traînée inhérente à toute nage. On peut montrer que lorsque ces fluctuations ne sont pas contrôlées, la meilleure approche est encore de nager à la vitesse la plus constante possible.

Par contre, si les fluctuations de coefficient de traînée sont bien perçues par le nageur, la seconde loi de Newton permet de montrer qu'il est alors optimal de synchroniser ces fluctuations de frottement aux actions propulsives, ce qui crée des fluctuations de vitesse entretenues, expliquant les oscillations de vitesse des nageurs de haut niveau qui (parfois sans le savoir) parviennent à synchroniser leur propulsion à de légères fluctuations de coefficient de traînée difficiles à percevoir & maîtriser pour un nageur débutant.
"
Jamais moins qu'à fond.

SESSIONNER
Messages : 193
Inscription : 23 mars 2016 21:26
Localisation : Toulouse

Re: La physique du nageur

Message non lu par SESSIONNER »

Très intéressant ! Je le synthétiserais de la manière suivante. La natation est un sport complexe dont on n’a le droit de négliger aucun aspect de la mise en œuvre.
1) hygiène de vie et préparation physique adaptée au niveau de progression souhaité.
2) intensité dans le travail technique et notamment dans la pratique dés éducatifs.

Après d’autres constats perso sont, qu’il ne faut jamais s’installer dans une zone de confort : Aller régulièrement vers ce que l’on affectionne le moins ! ( c’est horrible je sais...) et avoir une belle fréquence de ses entraînements ( pour moi aucun progrès notable possible en dessous de 3 séances hebdo ).
Pour conclure, la natation c’est dur !!! Ça fait 3 ans que je me bas pour tomber la barre des 6mn au 400m !!!
Boudu cong!

Répondre