SOUPLESSE ?

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
Avatar de l’utilisateur
AzurPerformance
Messages : 250
Inscription : 10 avr. 2009 08:51

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par AzurPerformance »

Silver, en y réfléchissant, on se renvoie nos extraits d'articles tirés de PubMed et en relisant les articles que tu produis, personne n'a tort!!
Les tiens sont aussi bons que celui que je viens de mettre et il y en a d'autres en cherchant dans les 56 autres articles qui suivent.

Moins d'étirements donne une économie d'énergie dans le mouvement mais plus de stretching permets d'éviter des blessures notamment au niveau de la région dorso-lombaire.
En fait, il faut faire la balance entre le fait de s'étirer ou de rester raide: si on est souple naturellement, on peut limiter le temps passé sur les étirements. Si on est raide, il vaut peut être mieux y passer un peu de temps!
Qu'en penses-tu SilverOl?
loliviou
Messages : 50
Inscription : 19 mars 2008 21:10

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par loliviou »

L'intérêt des étirements dans la pratique sportive
mercredi 19 décembre 2007

Arguments de terrain contre vérités scientifiques : le point de vue de Gilles Cometti.

Lorsque j’ai proposé mes services à l’UMS Football, j’étais fraîchement diplômé en préparation physique et pleinement convaincu des théories apprises de mes professeurs, notamment Monsieur Cometti.

Or ce dernier est l’auteur entre autres d’un article « révolutionnaire » sur les limites du stretching pour la performance sportive. Pour qui a pris la peine de le lire attentivement, il n’apparaît rien de déraisonnable dans sa démonstration. Je l’expliquerai un peu plus en avant. Reprenant donc à mon compte l’idée que les étirements durant l’échauffement ou la récupération sont sans intérêts pour ne pas dire néfaste, j’invitais « mes » footballeurs montiliens, qui s’étiraient jusqu’alors de manière systématique, à conserver cette pratique mais en dehors des entraînements collectifs et des avant-matchs. Ils furent non seulement surpris mais j’imagine que certains m’ont pris pour un « original » dont il ne fallait garder que certains aspects de son discours. Et pour cause : les étirements représentaient pour eux un gage de prévention des accidents musculaires et de performances durant l’entraînement ou le match. Les cadres de l’équipe les pratiquaient depuis des années. Et depuis leur enfance, la plupart des éducateurs et entraîneurs leur conseillait de s’étirer le plus souvent possible, pendant l’échauffement, entre deux efforts et après l’entraînement.

Autant dire que les assouplissements font partie de la culture du footballeur moderne, au même titre que le tirage de maillot. Pour l’anecdote, j’ai aussi souvenir de jeunes apprentis footballeurs, pour qui l’échauffement était une perte de temps par rapport au plaisir immédiat du jeu : debout et en équilibre, ils attrapaient leur cheville en pliant la jambe, « étiraient » quelques secondes leur quadriceps puis changeaient de jambe et effectuaient la même opération. Ils considéraient ainsi qu’ils avaient réalisé un échauffement minimum grâce à ce mouvement qu’ils avaient sans doute vu faire par leurs idoles à la télévision.

Revenons donc à l ‘article de Gilles Cometti. Il écrivait ceci en préambule :

« il est indéniable que l’apparition des étirements et du stretching dans la préparation physique a constitué un progrès capital. Les sportifs ont ainsi appris à mieux s’intéresser à leurs différents groupes musculaires et à explorer leur mobilité articulaire. Il n’est donc pas question pour nous de remettre en cause l’intérêt des étirements mais de rapporter quelques données scientifiques qui précisent les effets de ces méthodes. En fait ces techniques qui avaient pour objectif principal l’augmentation de l’amplitude articulaire se sont vues progressivement attribuer des vertus quasi universelles allant de leur rôle primordial pour l’échauffement à la prévention des accidents, en passant par la musculation et la récupération. On pouvait même à un moment penser que les étirements dans leurs différentes modalités permettaient de résoudre tous les problèmes de la préparation physique. Nous voulons montrer ici que les connaissances scientifiques actuelles permettent de mieux comprendre ce que peuvent apporter les étirements et ce qu’ils ne peuvent pas faire(…) ».

Par connaissances scientifiques, Monsieur Cometti entend faire référence à des études réalisées en laboratoire, avec du matériel adapté, en suivant des protocoles précis et/ou sur des publics importants en quantité et en qualité (sportifs de haut niveau). On oppose l’approche scientifique à l’empirisme, qui ne se fonde que sur l’expérience. Le footballeur a ainsi une approche empirique lorsqu’il conclut en l’absence de blessures musculaires après plusieurs saisons et une pratique régulière des étirements, que ces derniers l’ont préservé. Sans vouloir négliger le vécu du sportif, il paraît plus sérieux pour un entraîneur de s’appuyer sur des études scientifiques que sur l’expérience (par ailleurs souvent contradictoire) de quelques personnes.

Ainsi Monsieur Cometti reprend un à un les arguments sur l’intérêt des étirements et les confronte à la littérature scientifique :

1/ Du point de vue de l’échauffement, les étirements élèvent-ils la température locale des muscles étirés, en favorisant leur vascularisation ?

« Alter (1996), auteur d’un ouvrage remarquable « Science of flexibility » démontre que les étirements provoquent dans le muscle des tensions élevées qui entraînent une interruption de l’irrigation sanguine (…) »

2/ Les étirements améliorent ils la performance qui suit leurs réalisation ?

Du point de vue de la vitesse, Cometti se réfère à une étude de Wiemann et Klee (2000) : 2 groupes de sprinters sont comparés, le premier suit une séance de stretching de 15 minutes entre des courses de 40m, le second n’effectue que de la course lente entre les sprints. Seul le premier groupe présente une augmentation significative de son temps de course (+0.14’’).

Du point de vue de la force, plusieurs études démontrent une baisse significative de la force produite après un travail d’étirement en échauffement (Fowles et coll. 2000 ; Kokkonen 1998 ; Nelson 2001), de même qu’une diminution de la capacité d’endurance de force (Kokkonen et coll. 2001).

Enfin du point de vue de la détente, les études démontrent la même tendance, c’est à dire une baisse de performance avec l’introduction de stretching durant la préparation (Henning et Podzielny 1994 ; Knudson et coll. 2001 ; Church et coll. 2001. Cornwell et coll. 2002)

3/ Les étirements protégent-ils des blessures?

Gilles Cometti avance d’abord les conclusions de 4 études, toutes identiques : les groupes qui effectuaient des étirements avant et après les efforts, ne furent pas moins blessés que les groupes témoins.

Ensuite, le chercheur nous démontre pourquoi :
a/ il existe un effet antalgique des étirements (Shrier 1999), qui permet au sportif d’augmenter avec le temps et la pratique son seuil à la douleur, et donc un étirement supérieur.
b/ Or celui-ci impose au muscle une tension proche de la tension maximale, entraînant des microtraumatismes au niveau de la structure musculaire. On peut ainsi comparer assez naturellement le travail d’étirement avec la musculation excentrique.
c/ l’étirement (exagéré) d’un muscle modifie sa coordination avec son antagoniste : « les ischios trop étirés ne seront pas prêts au blocage violent de la cuisse lors de la course ».
d/ l’allongement du muscle et de ses tendons diminue l’efficacité de ces derniers puisqu’ils emmagasinent moins d’énergie et en rendent donc moins lors du mouvement explosif (phénomène de « Creeping »).

Gilles Cometti invite donc les sportifs à s’abstenir d’étirements lors de l’échauffement (à l’exception des disciplines nécessitant des postures « extrêmes » comme la gymnastique ou certains sports de combat) et de préférer les mouvements naturels type circumduction.

4/ Les étirements favorisent-ils la récupération ?

Nous avons vu plus haut que les étirements statiques ne favorisaient pas la vascularisation. Ils ne facilitent donc pas non plus l’élimination des déchets liés à l’effort.

3 types d’études (stretching avant, après et pendant l’effort) ont démontré la non influence positive des étirements sur l’apparition des courbatures. Au contraire, après des efforts intenses et générateurs de micro-lésions, les étirements aggravent les traumatismes musculaires. « Dans le contexte de l’entraînement, les étirements sont donc à mettre à la fin de la séance comme moyen d’amélioration de l’amplitude articulaire et non comme méthode favorisant la récupération ». Dans la même optique (travail et non récupération), Cometti admet que les étirements postérieurs à la performance favorisent le relâchement musculaire.

En conclusion, la volonté de Gilles Cometti n’était pas, à mon avis, de ranger définitivement les étirements au placard mais plutôt de désacraliser leur emploi, et de leur rendre leur intérêt premier et non négligeable : la recherche de l’amplitude articulaire.

A chaque sportif ou à son entraîneur, de définir dans quel mesure la discipline pratiquée et les mouvements qui lui sont associés, nécessitent de l’amplitude, et pour quelle articulation.

Dès lors, les étirements font l’objet d’une partie spécifique de la charge d’entraînement, qui ne doit ni être minimisée (il est important par exemple de contrebalancer le phénomène de raideur entraîné par la musculation) ni exagérée (leurs effets étant précis et le moment de leur exécution, portant à conséquence).
loliviou
Messages : 50
Inscription : 19 mars 2008 21:10

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par loliviou »

donc pour conclure:

1) les étirements avant séance ne permettent pas d'échauffer les muscles, c'est même l'inverse le muscle est moins vascularisé du fait de la tension qu'on lui impose

2) les etirements avant compet n'améliorent ni la force ni la vitesse ni la détente

3)les etirements ne protegent pas des blessures

4) les etirement ne favorisent pas la récupération, c'est meme l'inverse!

en conséquence, l'interet premier des étirements est la recherche d'une meilleure amplitude articulaire ( qui peut permettre une meilleure performance en sports d'endurance grace à une meilleure efficience?)
enfin une séance d'étirement doit etre vue comme une séance à part entière, et surtout pas avant une séance
loliviou
Messages : 50
Inscription : 19 mars 2008 21:10

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par loliviou »

sur les 2 précédents posts on parle bien d'étirements passifs progressifs jusqu'à la sensation d'étirement du muscle

pour s'échauffer on peut bien sur réaliser des étirements actifs qui allongent moins le muscle et qui permettent une meilleure vascularisation du muscle et donc élévation de sa température vu que le muscle se contracte.

pour le gain d'amplitude articulaire préférer les étirements passifs ou même encore mieux le contracter relâcher = contracter le muscle 5 sec avant de l'étirer = ça permet de mettre en jeux le réflexe myotatique inverse et donc d'améliorer l'extensibilité du muscle.

Après c'est pas parce que des études scientifiques ont montrées ça qu'il faut croire que c'est la panacée, de plus chacun est différent, à nous de trouver ce qui nous conviens...
Avatar de l’utilisateur
TIRELIPIMPON
Messages : 5912
Inscription : 26 mars 2006 20:28
Localisation : La valette du var

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par TIRELIPIMPON »

AzurPerformance a écrit :un article de chez Sport et Vie? Parce que là, j'y crois pas trop!
Ne soit pas trop condescendant avec des revues de vulgarisation qui ont le merite de se questionner sur de nombreux sujet, et parmis les revues "sport" c'est une des plus valable à mon sens. La science du sport à la portée de tous...je trouve ça louable, surtout qu'ils ne sont pas avares en Erratum quand ils font une erreur chose bien trop rare.
Pour avoir participer à des publi. jen suis loin de me nourire que de ça, surtout comment les resultats sont orienté bien souvent.

Apres on le sait, pour parler de haut niveau (a part en foot) il est difficile d'obtenir de gros echantillon, donc meme si les resultats ne sont pas tjrs significatif ils sont à prendre en compte.

Mon avis est que l'étirement est un debat sans fin car, quel etirement..? il existe des 100aines de façon de s'etirer, sur des centaines de durée differents avec pour chacuns et chacunes ses vertues et ses defauts, connus et non connus...donc parlons de quel etirement à quel moment sinon on risque de tourner en rond :wink:
Dernière modification par TIRELIPIMPON le 10 janv. 2010 18:53, modifié 2 fois.
Du point de vue de la carotte... le lapin est la véritable incarnation du mal...
Avatar de l’utilisateur
NIOBI
Messages : 1282
Inscription : 05 avr. 2006 08:00
Localisation : Au paradis avec mon chéri

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par NIOBI »

Benj'
"tirli, j'ai mal aux pattes là, je fais le soir 15' d'assouplissements ,je fais quoi alors ?Je suis perdu maintenant avec vos conneries, perdu, perduuuuuuuuuuuuuuuuu :cry: "
C'est qui Dieu?
Tu sais quand tu fermes les yeux, que tu désires quelque chose très très fort.
Et bien Dieu c'est celui qu'en à rien a foutre.
Avatar de l’utilisateur
TIRELIPIMPON
Messages : 5912
Inscription : 26 mars 2006 20:28
Localisation : La valette du var

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par TIRELIPIMPON »

Taiiiiin Landier :lol: j'ai du te réaccepter dans mes parametres pour lire ton message, (niobi fait parti des messages ignorés je trouve ça plus reposant... 8) )

..alors je vais te repondre , tu t'etires pas et tu fonces espece de mauviette !!!!!!!!!


Non sans rire, je suis pas detenteur de LA verité (loiiiin de là) mais j'essaye de m'ouvrir, à la science..mais aussi à l'experience d'athlète, d'anciens..oui oui tu as bien entendu j'ecoutais meme tes post temps à autres que je trouvais tout à fait pertienent...je vais peut etre m'y RErisquer.

Apres AMHA, les etirements passifs fait juste avant et juste apres une seance intensive ou longue est une erreur. (tjrs le problème d'orientation des fibres et d'aggravation de lésion). L'échauffement aux etirements à la russe je dis pourquoi pas.
Voila mes 2 avis "tranchées" (meme si je reste ouvert :wink: ) sur les etirements pour tout le reste je tatonne, mais je demande qu'à me faire convaincre.
Du point de vue de la carotte... le lapin est la véritable incarnation du mal...
Silver0l
Messages : 7695
Inscription : 19 août 2005 09:45
Localisation : 92
Contact :

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par Silver0l »

AzurPerformance a écrit :Chronic static stretching improves exercise performance.
Kokkonen J, Nelson AG, Eldredge C, Winchester JB.
Exercise and Sport Science Department, Brigham Young University-Hawaii, Laie, HI, USA.

PURPOSE: This study investigated the influence of static stretching exercises on specific exercise performances. METHODS: Thirty-eight volunteers participated in this study. The stretching group (STR) consisted of 8 males and 11 females whose activity was limited to a 10-wk, 40-min, 3-d.wk(-1) static stretching routine designed to stretch all the major muscle groups in the lower extremity. The control group (CON) consisted of 8 males and 11 females who did not participate in any kind of regular exercise routine during the study. Each subject was measured before and after for flexibility, power (20-m sprint, standing long jump, vertical jump), strength (knee flexion and knee extension one-repetition maximum (1RM)), and strength endurance (number of repetitions at 60% of 1RM for both knee flexion and knee extension). RESULTS: STR had significant average improvements (P < 0.05) for flexibility (18.1%), standing long jump (2.3%), vertical jump (6.7%), 20-m sprint (1.3%), knee flexion 1RM (15.3%), knee extension 1RM (32.4%), knee flexion endurance (30.4%) and knee extension endurance (28.5%). The control group showed no improvement. CONCLUSION: This study suggests that chronic static stretching exercises by themselves can improve specific exercise performances. It is possible that persons who are unable to participate in traditional strength training activities may be able to experience gains through stretching, which would allow them to transition into a more traditional exercise regimen.

J'espère que tu rigoles avec cette étude.

Je te présente des études avec des athlètes bein entraînés, des gars qu'on fait courir pendant 40 min à 15km/h sur un tapis, qui font moins de 40min au 10km, et pour lesquels on mesure la VO2max, des gars qui ressemblent à peu près au forumeur moyen, quoi, et toi tu me présentes une étude où ils ont pris une 20aine de gards au hasard, ne faisant aucun exercice physique. Le groupe test fait du stretching 3 x 40 min par semaine, et le groupe de contrôle continue de rien glander, et au bout de 10 semaines, ils remarquent que ceux qui ont stretché sautent plus haut, font plus de flexions et sprintent plus vite sur 20m que les couch potatoes qui n'ont rien glandé.

Tout ça a autant à voir avec la pratique du triathlète moyen que moi avec Contador...
Augmentus, le roman des cyclistes qui aiment l'IA
Apprenez à nager avec Le journal d'un nageur de l'ère post-Trump
Silver0l
Messages : 7695
Inscription : 19 août 2005 09:45
Localisation : 92
Contact :

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par Silver0l »

AzurPerformance a écrit :Silver, en y réfléchissant, on se renvoie nos extraits d'articles tirés de PubMed et en relisant les articles que tu produis, personne n'a tort!!
Les tiens sont aussi bons que celui que je viens de mettre et il y en a d'autres en cherchant dans les 56 autres articles qui suivent.
Non, les miens sont proches de la situation des triathlètes, les tiens concernent des populations sédentaires moyennes, mesurés sur des exercices qui n'ont rien à voir avec les nôtres.

AzurPerformance a écrit : Moins d'étirements donne une économie d'énergie dans le mouvement mais plus de stretching permets d'éviter des blessures notamment au niveau de la région dorso-lombaire.
C'est très contesté. Il y a beaucoup d'études qui démontrent qu'on se blesse plus en s'étirant, mais autant les études sont à peu près unanimes pour reconnaître que moins on est souple, plus on est efficace (en CAP), autant les avis sont beaucoup plus partagés sur l'effet des étirements sur les blessures.
AzurPerformance a écrit : En fait, il faut faire la balance entre le fait de s'étirer ou de rester raide: si on est souple naturellement, on peut limiter le temps passé sur les étirements. Si on est raide, il vaut peut être mieux y passer un peu de temps!
Qu'en penses-tu SilverOl?
Peut-être. Très raide, j'y passe personnellement un peu de temps, malgré tout le mal que je viens d'en dire. Mais je n'irai pas jusqu'à faire du yoga!
Augmentus, le roman des cyclistes qui aiment l'IA
Apprenez à nager avec Le journal d'un nageur de l'ère post-Trump
Avatar de l’utilisateur
Christian Robin
Messages : 6084
Inscription : 10 juin 2005 12:13
Localisation : V7 Triathlon Côte d'Amour /La Turballe

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par Christian Robin »

NIOBI a écrit :Benj'
"j'ai pas besoin de parutions scientifiques qui disent tout et leur contraire .

En ce moment je fais de la force, des sprints et si je m'étire pas le lendemain j'ai mal aux jambes et je peine à enchainer les entrainements donc je m'y astreins .

Voilà ma parution scientique..........."
Bonsoir Benj' Comme tu le dis: tu t'y astreins: je lis l'enthousiasme dans ton propos, comme la nécessité de payer tes impôts , de nettoyer le VTT après la sortie, de faire la vaisselle après un bon petit graillou...

En revanche, vois-tu une relation forcée entre étirement musculaire et assouplissement articulaire: c'est à dire la différence entre s'étirer l'arrière de la jambe en "poussant sur un mur" , que j'appellerais vulgairement étirer la viande, et travailler le grand écart facial ou latéral que j'appellerais travailler une amplitude articulaire maximale ?
le husky
Avatar de l’utilisateur
carmel
Messages : 38
Inscription : 22 déc. 2009 12:18
Localisation : broceliande

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par carmel »

en temps qu'ancienne danseuse classique...je ne peux pas faire autrement qu'AVEC des étirements..j'ai beaucoup perdu avec la CAP...mais je maintiens mes seances de streching presque tous les soirs...sinon j'ai MAL !
alors que je perde en performances, je m'en fiche...là il s'agit d'un besoin (ou d'une habitude ???)...et je ne veux pas finir raide comme un manche...
j'sais pas si la loutre court vite ou sait faire du vélo...mais elle aime l'eau !
Avatar de l’utilisateur
Bryce
Messages : 24690
Inscription : 22 sept. 2005 09:21
Localisation : Ici et là

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par Bryce »

carmel a écrit :en temps qu'ancienne danseuse classique...je ne peux pas faire autrement qu'AVEC des étirements..j'ai beaucoup perdu avec la CAP...mais je maintiens mes seances de streching presque tous les soirs...sinon j'ai MAL !
alors que je perde en performances, je m'en fiche...là il s'agit d'un besoin (ou d'une habitude ???)...et je ne veux pas finir raide comme un manche...
Cela ne nous regarde pas... :lol:

Plus sérieusement, d'après toi qu'est-ce qui, dans la course à pied, t'as fait perdre en souplesse :?: Ne serait-ce pas simplement le fait d'avoir arrêté la danse :?:

Ne penses-tu pas justement qu'après des années de danse classique et le sérieux des entraînements qui vont avec ton corps garde une souplesse bien supérieure à la moyenne :?:
"Se trouver des excuses c'est perdre le temps précieux que l'on pourrait utiliser à persévérer"
"Do not fear death, fear an unlived life"
Silver0l
Messages : 7695
Inscription : 19 août 2005 09:45
Localisation : 92
Contact :

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par Silver0l »

carmel a écrit :en temps qu'ancienne danseuse classique...je ne peux pas faire autrement qu'AVEC des étirements..j'ai beaucoup perdu avec la CAP...mais je maintiens mes seances de streching presque tous les soirs...sinon j'ai MAL !
alors que je perde en performances, je m'en fiche...là il s'agit d'un besoin (ou d'une habitude ???)...et je ne veux pas finir raide comme un manche...

Moi, ce qui me tue quand je vais en salle de gym, c'est de voir combien à quel point chacun travaille ses points forts, sans jamais s'occuper de ses points faibles. Les paquets de muscles qui soulèvent de la fonte sans jamais travailler le cardio ou la souplesse, les nanas ultra-souples qui passent des heures à faire du stretching et des assouplissements sans jamais faire de la force ou de l'endurance, les athlètes d'endurance qui passent leur temps sur le vélo ou le tapis de course. Ah non, eux-encore, c'est les seuls à sortir de leur zone de confort, et à faire une 10aine de minutes d'étirements. On ne sait d'ailleurs pas trop pourquoi, vu tous les inconvénients discutés plus haut.
Augmentus, le roman des cyclistes qui aiment l'IA
Apprenez à nager avec Le journal d'un nageur de l'ère post-Trump
Avatar de l’utilisateur
carmel
Messages : 38
Inscription : 22 déc. 2009 12:18
Localisation : broceliande

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par carmel »

J'ai garde une grande souplesse, acquise dans la douleur puis entretenue depuis 30ans...mais le travail repete en CAPen flexion des chaines post m'a fait prendre du volume musuclaire et perdre de la souplesse...meme si je reste effectivement beaucoup plus souple que tous les coureurs du club !
j'ai perdu de la souplesse des jambes mais absolument pas du bassin et du tronc, donc c'est bien la CAP qui "enraidi"

Il existe certainement un rapport souplesse "elasticité" et force qui doit etre propisce aux performances...a nous de trouver !
j'sais pas si la loutre court vite ou sait faire du vélo...mais elle aime l'eau !
Pat
Messages : 201
Inscription : 09 juil. 2003 11:35
Localisation : marseille

Re: SOUPLESSE ?

Message non lu par Pat »

Silver0l a écrit :
carmel a écrit :en temps qu'ancienne danseuse classique...je ne peux pas faire autrement qu'AVEC des étirements..j'ai beaucoup perdu avec la CAP...mais je maintiens mes seances de streching presque tous les soirs...sinon j'ai MAL !
alors que je perde en performances, je m'en fiche...là il s'agit d'un besoin (ou d'une habitude ???)...et je ne veux pas finir raide comme un manche...

Moi, ce qui me tue quand je vais en salle de gym, c'est de voir combien à quel point chacun travaille ses points forts, sans jamais s'occuper de ses points faibles. Les paquets de muscles qui soulèvent de la fonte sans jamais travailler le cardio ou la souplesse, les nanas ultra-souples qui passent des heures à faire du stretching et des assouplissements sans jamais faire de la force ou de l'endurance, les athlètes d'endurance qui passent leur temps sur le vélo ou le tapis de course. Ah non, eux-encore, c'est les seuls à sortir de leur zone de confort, et à faire une 10aine de minutes d'étirements. On ne sait d'ailleurs pas trop pourquoi, vu tous les inconvénients discutés plus haut.
C'est logique qu'ils ne travaillent pas leurs points faibles puisqu'ils en ont strictement rien à foutre :

Le but de celui qui soulève des tonnes de fonte, c'est de faire le kéké sur les plages l'été prochain avec étalage de son derniers tatoos sur ses gros paquets de muscles.
Celui des nanas en caoutchouc est surtout de rester en caoutchouc sans prendre un pet de volume et surtout s'abstenir de tout effort générateur de sueur.
Il reste les cyclistes, coureurs à pied et aussi quelques triathlètes qui se payent une bonne suée avant de s'allonger la viande tant qu'elle est encore chaude, mais surtout sans soulever 1 seule haltère qui de toute façon, ne servirait à pas grand chose dans la grimpée de l'Alpe ou sur le parcours du marathon de Paris !!!
L'amour est un feu qui dévore
Mais l'envie de chier est plus forte encore
C'est là que tombent en ruines
Tous les trésors de la cuisine
En ce lieu solitaire
Ou l'on vient pour chier
La bouche doit se taire
Et seul le cul doit parler.
Répondre