J-6 : débat TV du 2 mai

Bonne humeur de rigueur, pour les sujets ne concernant pas le monde sportif merci de poster dans "...et plus si affinité".
Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

J-6 : débat TV du 2 mai

Message non lu par Richie »

Bon,

au delà des « discours » et autres empoignades ( :arrow: fil élections 2ème tour), ceux qui « veulent comprendre » où se jouera notamment la « victoire » (spécificités cette année en plus) regardent ce soir le document sur France 2 consacré aux débats télévisés : 22H30.
Une ou deux phrases clés : « vous n’avez pas le monopole du cœur…..vous êtes l’homme du passif », qui font « basculer » une élection.

Depuis les élections aux suffrages universels, la « communication » l’emporte toujours sur les programmes etc..
A ce titre, les débats TV sont déterminants, d’où le refus de débat TV en 2002 par Chirac.
Dans le cadre des régimes politiques dotés d’une séparation des pouvoirs (un Président élu au suffrage universel et une assemblée parlementaire élu au suffrage universel direct), les élections « présidentielles » sont directement impactées par « la personnalité » du candidat.

Les 5 à 7% qui font basculer une élection Présidentielle ne sont par « rigides » et « liés » dans leurs choix par les programmes. Ils sont « mouvants » et « réceptifs ». C’est la cible du « marketing politique » : 1995 « il y a en France une fracture sociale…je vais m’y attaquer, dixit Chirac ». Les « idées véhiculées, ressenties prennent le pas » sur un « programme politique concret ».
Inversement, les « convaincus » accros à un parti, à une « politique » ne sont pas « réceptifs ».
Exemple : le fil « élections 2ème tour » : chacun des membres ne « retient » qu’un élément d’un processus complexe :
1 : les « assistés …abus »
2 : opposé : « normal le Rmi… » car une réalité sociale
3 : réalité politique : processus complexe : c’est le « traitement social » pour éviter « l’explosion sociale et économique » : un Rmiste ou autres « consomme » plus que quiconque en proportion (Keynes…) et paient de la TVA en retour (1ère ressource fiscale). Des entreprises du CAC 40 y gagnent (Carrefour, Accor…), comme la paix sociale, comme l’Etat au final (Etat : transcendance de « l’intérêt général).
Les « convaincus » voient, entendent donc les défauts de l’autre camps, occultent certains points… Ils ne « bougent » pas : au mieux, ils sont « confortés » dans leur opinion, en relevant ce qu’il veulent relever.

Donc par rapport à des élections Présidentielles, s’il doit y avoir prise en compte concrète du programme, il y a une « rectification » lors des élections législatives suivantes : « cohabitation ».
Le Quinquennat devait réduire le phénomène, grosse erreur…

Quelques petits exemples plus bas pour les plus septiques : poids de l’image / marketing politique / la « fragilité » des comportements.

Tout se jouera donc le 2 mai lors du débat télévisé : cela risque d’être « chaud ».
Des « spin doctors » ou « communicants » payés à prix d’or sont en train de chercher des phrases chocs pour marquer les esprits.
Comme des fois c’est très très « concret » (vous avez nommé X Recteurs au cours des dernières années…), je sens bien quelques attaques sur la gestion de la Présidente en Poitou Charente (« vous voulez le même résultat pour la France… »), dixit Sarkozy.
A l’inverse, côté adverse, je sens une attaque sur la présence de la France en Irak si Sarkozy avait été au pouvoir : « vous auriez fait comme Rumselfd, vous ne signeriez pas les lettres de décès aux familles… ».

Ce qui est fort lors des débats, c’et qu’on peut asséner des « contre-vérités » certaines, juste pour marquer les esprits. En effet, comme le temps est compté et les questions complexes, il suffit d’asséner une « fait » concret qui semble de bon sens pour être « reçu » et mémorisé comme tel. Le candidat qui l’assène sait que c’est « faux » mais peu importe, prouver l’inverse et trop long et trop complexe.
Exemple lors d’un débat Mitterrand / Chirac : constat d’un déficit commercial : ouah, « mauvais, pas bien, échec, passif… » sauf que c’est plus compliqué : étude des composants importés nécessaire : % des importations de machines « industrielles » non produites en France, servant ensuite à produire / % des produits manufacturés etc…

Donc, vous pouvez vous insulter, continuer à exposer des « idées » sur les deux programmes qui de toute façon ne seront jamais appliqués tels quels, du fait de l’Union européenne ou d’un autre bouc émissaire…bien sûr (OMC…)..., cela ne sert pas à grand chose :shock:
On dit que c’est du « pragmatisme » politique, une fois aux « commandes » :idea:

Donc à vos télévisions, pour les « réceptifs ».
Pour les "convaincus", vous serez en tout état de cause, confortés par votre" champion".

http://www.huyghe.fr/actu_196.htm

http://puisney.eu/documents/C.Puisney-M ... itique.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram


Qui a inventé la politique spectacle ?

À quand remonte le marketing politique ? Difficile de fixer une date précise puisqu’il a toujours existé des professionnels de la rhétorique ou de la persuasion qui ont proposé leurs méthodes "scientifiques" aux démagogues.

On pourrait arbitrairement fixer la date de naissance aux USA juste après la première guerre mondiale, quand apparaissent des agences de « relations publiques » comme celle d’Edward Bernays. Ces ancêtres des spin doctors travaillent indifféremment pour une grande cause nationale ou commerciale, pour un candidat, pour un parti, pour un pays, pour un groupe de pression…

Pour notre part, nous préférons répondre : 1962. Cette année-là a lieu l’élection présidentielle américaine opposant Nixon à Kennedy. Nixon est un vieux routier, et, aussi surprenant que cela puisse paraître à qui se souvient de son attitude dans l’affaire du Watergate, il est considéré comme une « bête de médias », à l’aise à la radio comme devant les caméras des actualités cinématographiques. Kennedy est un homme nouveau, entouré d’une équipe d’intellectuels, ses « crânes d’œuf » et doté d’une famille photogénique dont il exploite l’impact médiatique.

Mais surtout, en 1962 a lieu le premier débat télévisé entre les deux candidats à l’élection (et sans doute le premier télévisé au monde de ce genre).

On connaît la suite : le beau Kennedy au physique de gendre idéal gagne d’une courte tête face à son adversaire et beaucoup pensent qu’il doit sa victoire à sa prestation cathodique. Son indéniable séduction plus que ses dons oratoires ou son programme lui aurait donné l’avantage sur Nixon.

Une étude menée par deux sociologues, les Lang, semble confirmer cette hypothèse : ils ont étudié deux groupes témoins, l’un suivant le débat à la radio, le second à la télévision. Le premier donne l’avantage à Nixon, le second à Kennedy. De là à conclure que l’image est l’élément décisif et que la télégénie fera désormais les élections, il n’y a qu’un pas que beaucoup franchiront vite. À commencer par Nixon lui-même qui se persuadera d’avoir perdu à cause de détails idiots (il était mal rasé, il transpirait sous son maquillage ce qui lui donnait l’air d’un traître de comédie, tandis que son adversaire semblait à l’aise, rose et frais…).
À l’élection suivante Nixon se fera guider par une nuée de conseillers en image, de sondeurs, de publicitaires, de « speech writers » (des écrivains et dialoguistes qui lui écrivent ses discours et ses petites phrases). Une aventure qui est racontée dans un livre au titre significatif : « Comment on vend un président ». Après cela, les candidats rentreront dans le cycle infernal de la professionnalisation

Et en France ? Tour le monde sera à peu près d’accord pour dire que c’est la campagne de Lecanuet, conseillé par le publicitaire Bongrand, qui marque l’introduction des méthodes « à l’américaine » dans des campagnes électorales dont le style n’avait guère changé depuis la troisième République.

Mais tout le monde n’est pas encore sur la même longueur d’ondes. Ainsi le général de Gaulle méprise ostensiblement les « étranges lucarnes », la TV, refuse de faire vraiment campagne. C’est seulement lorsqu’il découvre qu’un cheval de retour de la IV°, un certain Mitterrand l’a mis en ballottage, qu’il consent à enregistrer la première de ses fameuses interviews par Michel Droit. Comme par hasard ce changement politique qui annonce l’avènement de la politique spectacle et de l’État séducteur coïncide avec la découverte des pouvoirs de la télévision.
`
Mais tout cela, c’est de la préhistoire. Le marketing politique qui était à l’époque une pratique plus ou moins empirique destinée à moderniser les méthodes des campagnes électorales a pris un importance énorme à la fois par les enjeux financiers qu’il représente (le coût des campagnes s’accroît vertigineusement, d’où les problèmes de financement illégal des partis dans les années 80/90), d’autre part, on commence à susurrer que désormais ce sont les communicants qui pensent pour les candidats et qui leur dictent leurs options.

Désormais, en partie à cause de l’écran qui fait de chaque candidat un personnage proche qui vous parle dans l’intimité de votre salon, on ne fera plus jamais de politique de la même façon qu’à l ‘époque des affiches, des meetings et des tournées de marché ( même si ces dernières pratiques ne disparaissent pas, bien entendu). Ceci aura en particulier un impact sur la hiérarchie et le recrutement de la classe politique elle-même qui devra inscrire la séduction médiatique au nombre des principaux critères de sélection.


En France, on n’imagine plus un futur président de la République qui n’ait pas passé des années à forger son image entouré d’une équipe de professionnels le relookant, lui soufflant des thèmes, surveillant son ton et ses propos, gérant ses apparitions… Et 2007 pourrait bien voir l'apothéose du marketing politique.

Olivier Clotaire Rapaille, le gourou du marketing

Il a l'air de sortir d'un roman de Huysmans avec son élégance de dandy, son manoir XIXe près de New York et ses voitures de luxe. Mais Clotaire Rapaille, 65 ans, est un gourou du marketing et les grandes marques américaines s'arrachent ses analyses à 250 000 dollars. En 1983, cet ex-psychanalyste franchit l'Atlantique et décrypte l'inconscient collectif du consommateur américain. Sa méthode : remonter à l'« empreinte » d'un produit, aux émotions suscitées dans l'enfance qui conditionnent le choix du consommateur. Clotaire Rapaille a persuadé Chrysler de créer le PT Cruiser, la version moderne de la berline d'Al Capone, Procter & Gamble d'insister sur l'arôme et non sur le goût du café, le Ritz d'investir dans des toilettes de luxe...

Du coup, les candidats à la présidentielle sollicitent le docteur Rapaille, y compris Hillary Clinton...
Le « code » pour gagner ? « Moïse ! Les Etats-Unis sont dans un tel bourbier qu'il leur faut un sauveur qui leur dise : j'ai trouvé la Terre promise. » H. V.

http://entrepreneursfrancais.zumablog.c ... et_id=4620


La question de l’âge : « image » et marketing politique.

François Bayrou aurait coupé les ponts avec Nicolas Sarkozy il y a trois ans, lorsque le candidat UMP lui aurait proposé une alliance contre Jacques Chirac, écrit mercredi le quotidien Sud-Ouest.

Le journal précise avoir décidé de publier aujourd'hui le contenu d'un entretien avec le président de l'UDF, qui avait eu lieu le 16 mars, car "aujourd'hui, ces confidences prennent tout leur sens. Elles éclairent, avec intensité, le fossé qui sépare les deux hommes". Bayrou avait demandé, à l'époque, de ne pas le rendre public.

Dans cet entretien, François Bayrou expliquait que lors d'une rencontre entre les deux hommes, Nicolas Sarkozy, qui venait d'être élu à la présidence de l'UMP lui avait dit: "Je te propose une alliance contre Chirac. On va faire les jeunes et on va le démoder, lui qui est vieux. On va lui faire la guerre et, au bout du compte, on fait une alliance contre Chirac."

François Bayrou, qui avait rencontré Nicolas Sarkozy au domicile de l'animateur de télévision Jacques Chancel, expliquait qu'il avait refusé ce pacte.

"Ca ne m'intéresse pas. Je ne veux pas faire d'alliance avec toi. Je ne veux pas faire une alliance contre Chirac sur le critère de l'âge. Cela ne me ressemble pas. Alors, tu fais ce que tu veux, mais moi, je ne le ferai pas", avait répondu l'élu béarnais qui reconnaît que "depuis, en effet, il y a comme un froid entre nous...".

Cet entretien dont on peut retrouver la version sonore sur le site Internet de Sud-Ouest, avait été tenu le 16 mars dernier devant une quinzaine de personnes: cinq lecteurs, cinq journalistes et quelques observateurs invités, selon la rédaction du journal.

knop72
Messages : 88
Inscription : 04 oct. 2004 13:52
Localisation : Le Mans

Message non lu par knop72 »

Un peu long mais tres interressant, et malheureusement c'est exactement comme ca que ca marche !!!!

:sm6: +1

Chris.

Avatar de l’utilisateur
alecbrac
Messages : 1760
Inscription : 14 janv. 2005 16:37
Localisation : Paris

Re: J-6 : débat TV du 2 mai

Message non lu par alecbrac »

Si ma mémoire est bonne (j'étais petit à l'époque)
Débat 1974 Giscard à Mitterand 1-0
« vous n’avez pas le monopole du cœur…..vous êtes l’homme du passé »

Débat 1981 Mitterand à Giscard 1-1
« vous êtes l’homme du passif »

:wink:
Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou.

Avatar de l’utilisateur
brice13
Messages : 1394
Inscription : 03 août 2005 14:57

Message non lu par brice13 »

Ma préférée (débat: chirac-mitterand 1988 je crois :? ):

Chirac: "ici je ne suis pas le premier ministre, vous n'êtes pas le Président. Je vous appelerai donc Monsieur Mitterand."

Mitterand: "comme vous voulez Monsieur le Premier ministre"



C'est le cass' de François!!!! :lol: :lol:

braziou
Messages : 12410
Inscription : 16 avr. 2005 02:04
Localisation : La Réunion

Message non lu par braziou »

sur "le monopole du coeur" de Giscard , Sarko s'est planté et l'a attribué à Chirac pendant la campagne au Mont St Michel
comme quoi , il dit aussi des conneries....
et inversement on repproche à Sarko d'etre dur et autoritaire , je ne suis pas sur que Ségo le soit moins...vous verrez le 2 Mai au débat

Avatar de l’utilisateur
chamach
Messages : 1702
Inscription : 28 févr. 2004 10:21
Localisation : Parti !

Message non lu par chamach »

C'est fort...

Terribles, les premières réponses : on ne retient que quelques phrases en effet.

Les méthodes ne vont plus évoluer. La méthode la plus simple est toujours la plus efficace (même et surtout si on ment), recette utilisée par tous les démagos...

De là à décider qu'il faut voter pour l'une ou l'autre parce qu'il "passe" bien à la télé, c'est comme acheter un livre parce que l'auteur "passe" bien chez Pivot ou Durand, mais là, c'est plus grave !
Prononcez "Chamarr..."

Avatar de l’utilisateur
tseusitchu
Messages : 2293
Inscription : 18 août 2005 12:30
Localisation : presque complètement à l'Ouest

Message non lu par tseusitchu »

Le pouvoir supposé d'un débat télévisuel sur l'issue d'une présidentielle .... pouvoir dont réussiraient à nous convaincre tous les grands esprits qui maraudent dans les boîtes de prod ou les salles de rédaction ...

Reste que jusqu'à présent dans l'histoire de la Vème république aucun de ces débats n'a vraiment fait basculer un rapport de force . Ceux qui prétendent le contraire n'en ont jamais apporté le début d'une preuve . Car les inflexions de l'opinion sont souvent bien trop cristallisées avant même la diffusion pour pouvoir évoluer de façon significative par la suite . Sans compter le fait que le moment où est diffusé ce débat coîncide souvent avec le moment où les Français commencent à saturer méchamment de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un débat politique , cela ne les empêche pas de le regarder massivement , mais le coeur et l'attention n'y sont plus ... Et ce n'est pas cette année que la tendance risque de s'infirmer ...

Le plus amusant c'est qu'à chaque élection , les deux candidats arrivent en connaissant très bien l'influence très relative de ce genre d'émissions sur leur capital de voix , ce qui ne les empêche pas de prêter la plus grande attention à leur préparation , un peu comme le sportif d'endurance qui à quelques jours de l'objectif , alors qu'il sait que les dés sont jetés , se focalise sur la séance x ou y , persuadé , sans vouloir se l'avouer parce-qu'il sait qu'au fond c'est un raisonnement idiot , que cette séance peut lui ouvrir les portes de l'état de grâce athlétique :lol: !!!

Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

Message non lu par Richie »

tseusitchu a écrit :Le pouvoir supposé d'un débat télévisuel sur l'issue d'une présidentielle .... pouvoir dont réussiraient à nous convaincre tous les grands esprits qui maraudent dans les boîtes de prod ou les salles de rédaction ...

Reste que jusqu'à présent dans l'histoire de la Vème république aucun de ces débats n'a vraiment fait basculer un rapport de force . Ceux qui prétendent le contraire n'en ont jamais apporté le début d'une preuve . Car les inflexions de l'opinion sont souvent bien trop cristallisées avant même la diffusion pour pouvoir évoluer de façon significative par la suite . Sans compter le fait que le moment où est diffusé ce débat coîncide souvent avec le moment où les Français commencent à saturer méchamment de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un débat politique , cela ne les empêche pas de le regarder massivement , mais le coeur et l'attention n'y sont plus ... Et ce n'est pas cette année que la tendance risque de s'infirmer ...

Le plus amusant c'est qu'à chaque élection , les deux candidats arrivent en connaissant très bien l'influence très relative de ce genre d'émissions sur leur capital de voix , ce qui ne les empêche pas de prêter la plus grande attention à leur préparation , un peu comme le sportif d'endurance qui à quelques jours de l'objectif , alors qu'il sait que les dés sont jetés , se focalise sur la séance x ou y , persuadé , sans vouloir se l'avouer parce-qu'il sait qu'au fond c'est un raisonnement idiot , que cette séance peut lui ouvrir les portes de l'état de grâce athlétique :lol: !!!
Aie, avant d'aller plus loin :

Tu es désigné le "COBAYE" : tu assumes ton vote Bayrou (y a pas que toi...sûrement :wink:). A priori, d'après tes post, tu n'es pas un primo adhérent à Bayrou donc tu ne fais pas partie des 6% de 2002, donc, tu n'es pas de de l'UDF version "droite"...donc tu es au vrai "centre", ni de droite, ni de gauche dure...donc tu es "réceptif".

Si tu es "réceptif", tu écoutes plus que la moyenne des convaincus...donc...si tu "écoutes"...tu "perçois", donc, peut-être vas tu être "sensible" à l'impact du débat Si rentré dans le détail, tu es peut-être un "déçu" sympathisant d'un parti et que ton "champion" naturel gagne, cela ne remet pas en cause dans ce cas "l'impact potentiel" du débat sur d'autres.

Par rapport à ton post :
Hum, c'est que tu as mal regardé alors :?:
Jean Marie CAVADA vient de dire qu’il parlerait après le débat, car le débat allait « l’éclairer » :idea:

Simplement déjà, rien ne prouve "l'inverse" (que cela ne jouerait pas), notamment par rapport au nombre de téléspectateurs qui ne semblent pas saturer, puisqu'ils le regardent en masse.

Pour le reste, si tu t'intéresses dans le détail, tu verras que cela joue et que cela a joué au moins une fois en France (1974) et une autre fois aux USA. En 1988, Mitterrand a tellement "laminé" Chirac lors du débat, que l'écart de voix final important traduit peut-être ce "laminage", au delà même de la victoire seule.
Je rajoute que certains politiques (Ministres : 2) ont une training "woman" à la maison, et notamment un futur candidat aux présidentielles dans 10 ans qui en est à sa "2ème" :idea:

Les "politiques" ont conscience qu'ils peuvent "tout perdre", suite au débat (syndrôme Nixon, puis Mitterrand). Hors cas exceptionnels, l'écart au 2nd tour est généralement "faible" : 0,8 à 3 points.
Je passe sur les élections US (où cela s'est joué en Floride, à quelques milliers de voix en 2000 ).
Chirac a refusé le débat avec Le Pen en 2002, car il savait que cela pouvait être "dangereux" face à la "gouaille" adverse.
Selon les périodes, en France, entre les 2 tours, tu peux avoir des flux de voix de l'ordre de 4% à 10%, voire plus (c'est le cas cette année, par rapport au score de Bayrou, la strate électorale de Le Pen : Ouvriers, puis employés...) et les 3 millions de "nouveaux électeurs".

Indice de l'influence potentielle : l'intérêt des téléspectateurs non démentis depuis 1974 : le nombre d'accrocs devant leurs TV lors du débat.
Le faible écart entre Mitterrand et Giscard en 1974, et le mouvement sur les sondages pris juste après : 1,5 point en la défaveur de Mitterrand. Le résultat : Moins d'un point d'écart au final :idea:
De plus ( :arrow: début du post), le 1er débat Nixon / Kennedy et la différence de "perception" entre la radio et la TV se suffit à lui même pour montrer l'impact des "images" (toute la théorie sur les différences de perception : froids, chauds...).
Mitterrand a compris puis a gagné ses débats ensuite...
Le 2nd débat avec Giscard montre qu'une ligne de conduite avait été tracée dès le départ (un peu comme un joueur d'échecs qui ouvre) : montrer que Giscard avait été Président (d'où le M. le Président... qu'il reprendra avec Chirac : M. le 1er Ministre).

Quand tu as 11% de votants qui se décident le jour où ils vont voter (stats du 1er tour), autant dire que ce n'est pas un électorat très "décidé", donc au final "mouvant" et "sensible" à plein de petits trucs...des détails...
Donc vu le ventre "mou" des "orangistes" , y en a un qui a tout à perdre s'il est trop "agressif" ou trop "mou" face à une "Dame".
Il faudra qu'il soit "au centre" en terme d'image
Pas évident comme exercice.
Surtout, que...le lendemain, si "phrases chocs" il y a ou moment fort desservant un candidat, elles seront relayer lors des pauses café au boulot, dans les cafés... C'est important en communication, le "relais".
On sera "jeudi" et dimanche...

En fait, par rapport au débat, c'est assez simple à comprendre : la même dynamique que supporter une équipe de foot, un compétiteur Français aux JO (sentiment de représentation).
Via le suffrage universel, tu apportes ta voix à quelqu'un qui va représenter la France, donc toi indirectement. Inconsciemment, tu veux être bien représenté. Pas représenté dans une assemblée au milieu de 576 autres élus, non représenté sur l'ensemble du globe avec tout le décorum : tapis rouge etc... :shock:
Bref, si un candidat est destabilisable, paraît être moins à l'aise, c'est pas terrible en terme de "représentation", "d'images" de la France. :cry:
Et ton petit inconscient qui mouline te dit si tu n'es pas certain pour qui "voter" (pas de pures idées politiques) : "tu peux quand même pas voter pour ce tocard ou cette tocarde...t'imagines, devant Bush, Poutine.."

L'URSS a mis un peu de temps à comprendre, que l'image de leurs chefs d'état (vieux...) leur nuisait. Ils ont sorti Gorbatchev, mais bon, il s'est un peu trop pris au jeu Bon, après avec Eltsine, "le peuple" a dépassé le modèle occidental (paix ait son âme).

Je passe sur l'impact de la télévision dans le quotidien (les images qui se succèdent sans réelles explications). Une "guerre" moderne par exemple face à l'impact des images commence par la maîtrise des images.
On parle des OGM et de leur impact possible, mais guère de recul sur l'impact sociétal / comportemental de la TV (un Japonais passe 5 heures devant ). La génération Dorothée "a donné" les Lofteurs 1 sur M6 qui pendant des semaines n'ont pas ouvert un bouquin... :!:

C'est étudié, il y a même une nouvelle "science", mais pour ce qui est de l'impact, guères de réelles conclusions, si ce n'est les faits divers et leurs causes (être "célèbre" à titre posthume...." en ayant commis des actes répréhensibles, ignobles...).

D'ailleurs, en dehors de la politiques, les PDG, sportifs, juges (...) ont intégré cela : ils ont des "training" de communication.
Exemple : pas terrible si un "sportif" communique mal (vis à vis de ses sponsors...). :idea:

Sinon, un truc "marrant" que tout le monde a oublié : le coup de l'image subliminal de Mitterrand dans un générique d'avant journal TV.
2 fois le générique par jour multiplié par le nombre de jours = influence

Ah j'oubliais, pour les "septiques", y a pas qu'en France, donc, si cela n'avait pas d'influence, je pense que cela se serait
Mais bon, dormons sur nos deux oreilles, les "experts" disent que non (un peu comme le nuage de Tchernobyl...).
http://jamais203.net/index.php/2007/01/ ... subliminal
http://ophtasurf.free.fr/images_subliminales.htm
http://www.cairn.info/article.php?ID_RE ... G_072_0109
Pour les connaisseurs, cela me rappelle un épisode fameux de Columbo :D

Avatar de l’utilisateur
tseusitchu
Messages : 2293
Inscription : 18 août 2005 12:30
Localisation : presque complètement à l'Ouest

Message non lu par tseusitchu »

Richie , comment te dire , je reconnais que ton post tiens plus la marée que celui sur " le choix des femmes ...triathlètes" :lol: :oops: ( sorry ) , son objectif est peut-être même , si je te prends également comme mon propre cobaye et fais l'analyse de tes propres techniques de com' , de retrouver un certain crédit lorsque tu veux parler politique sur ce forum :wink: , mais il n'en reste pas moins que ta réponse confirme que tu amalgames deux phénomènes qui sont difficilement assimilables l'un à l'autre . D'une part l'impact d'une seule émission , encore aujourd'hui extrêmement difficile à mesurer ( je maintiens et pour cause ) , malgré toutes les technologies et références disponibles , d'autre part l'impact des médias en général . Entre les deux , reconnais qu'il y a une marge :sm15: .

Et je ne reviens sur la manière dont tu interprètes la montée au pouvoir de Gorby , qui était de tous les candidats potentiels était celui qui , à l'origine , avait le moins d'aptitude pour une rhétorique adressée au peuple soviétique ... Ce n'est qu'une fois une au pouvoir qu'il s'est en revanche révélé excellent communicateur ( sans pouvoir enrayer le déclin du communisme , ça je pense que tu l'as aussi constaté :wink: ).

Donc Richie , je t'en supplie , à genoux sur une dalle de kersanton s'il le faut : ne refaisons pas l'histoire a posteriori !

knop72
Messages : 88
Inscription : 04 oct. 2004 13:52
Localisation : Le Mans

Message non lu par knop72 »

knop72 a écrit :Un peu long mais tres interressant, et malheureusement c'est exactement comme ca que ca marche !!!!

:sm6: +1

Chris.
Putain les boules je me suis pris un -1 :shock:
why ??????

Vive la democratie !!!!!!

Chris

Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 9842
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Message non lu par Boulegan »

tseusitchu a écrit : ce qui ne les empêche pas de prêter la plus grande attention à leur préparation , un peu comme le sportif d'endurance qui à quelques jours de l'objectif , alors qu'il sait que les dés sont jetés , se focalise sur la séance x ou y , persuadé , sans vouloir se l'avouer parce-qu'il sait qu'au fond c'est un raisonnement idiot , que cette séance peut lui ouvrir les portes de l'état de grâce athlétique :lol: !!!
Sechitsu spirit :idea: :!:

CQFD. :wink:
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde

Avatar de l’utilisateur
alecbrac
Messages : 1760
Inscription : 14 janv. 2005 16:37
Localisation : Paris

Message non lu par alecbrac »

Sans oublier le débat de 1995 entre Chirac et Jospin durant lequel Guillaume Durand avait salué Chirac d'un "bonjour Monsieur Chirac" et Jospin d'un "Bonjour Lionel Jospin"...
Ce n'est pas le doute, c'est la certitude qui rend fou.

Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

Message non lu par Richie »

tseusitchu a écrit :Richie , comment te dire , je reconnais que ton post tiens plus la marée que celui sur " le choix des femmes ...triathlètes" :lol: :oops: ( sorry ) , son objectif est peut-être même , si je te prends également comme mon propre cobaye et fais l'analyse de tes propres techniques de com' , de retrouver un certain crédit lorsque tu veux parler politique sur ce forum :wink: , mais il n'en reste pas moins que ta réponse confirme que tu amalgames deux phénomènes qui sont difficilement assimilables l'un à l'autre . D'une part l'impact d'une seule émission , encore aujourd'hui extrêmement difficile à mesurer ( je maintiens et pour cause ) , malgré toutes les technologies et références disponibles , d'autre part l'impact des médias en général . Entre les deux , reconnais qu'il y a une marge :sm15: .

Et je ne reviens sur la manière dont tu interprètes la montée au pouvoir de Gorby , qui était de tous les candidats potentiels était celui qui , à l'origine , avait le moins d'aptitude pour une rhétorique adressée au peuple soviétique ... Ce n'est qu'une fois une au pouvoir qu'il s'est en revanche révélé excellent communicateur ( sans pouvoir enrayer le déclin du communisme , ça je pense que tu l'as aussi constaté :wink: ).

Donc Richie , je t'en supplie , à genoux sur une dalle de kersanton s'il le faut : ne refaisons pas l'histoire a posteriori !
Bon, bon,

1er truc : ta « dalle » c’est « une » dalle précise ou une expression liée à des dalles fabriquées en Kersanton ?
Je ne connaissais pas l’expression : des recherches rapides sur google, peu concluantes, trop d’entrées…

Si je crois avoir « compris » ce que tu sous-entends, tu fais fausse route.
Moi aussi, j’aime bien l’Orbé Orca dans sa couleur initiale !

Je réfléchis beaucoup, je m’intéresse, je lis, je décrypte (ou j’essaye de le faire : gros plans sur les doigts de Ségolène à la TV dans « 80 mm…) : pas mariée mais des bagues aux doigts qu’il faut… : anodin de faire ces gros plans ? je ne crois pas / crois-tu que Sego et Nico vont être debout côte à côte ce soir ? elle est plus grande donc je ne crois pas) quoi de plus normal…
Crois-tu que la programmation hier soir de la "France qui triche" dans le Droit de savoir soit anodine sur TF1 hier soir :?:

Au fait et « l’image subliminale », t’en pense quoi ? : « supercherie », du « vent » ?
Imaginons que tu penses cela : la question est de savoir pourquoi cela a été utilisé avant « dénonciation » ?

http://jamais203.net/index.php/2007/01/ ... subliminal

http://ophtasurf.free.fr/images_subliminales.htm

http://www.cairn.info/article.php?ID_RE ... G_072_0109

Pour le débat TV :

une chose est sûre : le "vainqueur" du débat TV a toujours "gagné par la suite.
Alain DUHAMEL qui n’est pas un « peintre » a clairement indiqué lundi soir que cela jouait sur le résultat final, car comme déjà dit : « projection en tant que futur Président, donc pas de « looser » » : il ou elle peuvent-ils être dans la peau d’Un Président… ?
Si tu as écouté l'actualité, tu peux constater que Nicolas n’a pas voulu du débat Segolène / François à la TV, car visiblement, lui, il ne veut pas devoir en faire un derrière avec François. Le résultat : cela a été sur RMC et BFM.
Le « leader » peut perdre plus que le challenger dans un débat.
Et de plus comment expliques tu la différence de « perception » entre la radio et la TV en 1962 (Kennedy / Nixon) ? Sentir meilleur Nixon à la radio et l’inverse à la TV : « meilleur » comme « plus compétent »…
A partir de là, tu ne nies pas alors le fait de dire que quelqu’un « gagne ou perd », mais que ce ressentiment n’a aucune influence ?
Si tel était le cas, la publicité, le marketing politique, les spin doctors n’existeraient pas !

Il y a eu jusqu’à 24 millions de postes TV allumés devant des débats, combien en 2007 ?
1 poste TV, ce n’est pas qu’ 1 téléspectateur : cela peut être 2 / 3 / 4…
Donc : c’est « énorme ».
En 1974, 1.5 % en direct qui ont « dit » avoir « bougé »…

2007 : qui va « gagner » le débat ?

Réponse ce soir !

Libre à toi de considérer que tu es pleinement maître des émotions, de ton inconscient que seule ta pensée réfléchie te guide.. qu’elle n’est influencée par rien du tout de ce qui t’entoure…
C’est cependant nier tout simplement énormément de travaux scientifiques depuis une centaine d’années.
Tu devrais en informer toutes les grandes marques qui dépensent des millions en communication…
Ce que je fais remarquer n’a de sens que chez les personnes faiblement « politisées », je l’ai déjà souligné précédemment.
De plus, ce n’est pas « nouveau » (lire machiavel / « « prince éclairé.. »), les moyens évoluent simplement avec leur impact qui est plus fort…

Si tu veux « un peu » t’intéresser quand même, tu jettes des coup d’œil à des bouquins de Boris Cyrulnik.
Encore plus simple, en kiosque tu as une revue en vente actuellement « cerveau et psycho » qui parle de la « psychologie des élections ». Tu y verras notamment l’importance des mots et leur impact direct, qu’avait mis en relief une dizaine d’année le communicant à Le Pen (« arithmétique » et non « mathématiques » etc…). La communication commence en effet par les mots, puis vient l’image.

Sinon, si tu rejettes « l’image », intéresse toi à « l’effet de sondages » : tu verras notamment qu’un phénomène a été mis en exergue : le fait que certains ne veulent pas se sentir en minorité et donc, vont voter au final pour la majorité qui se dégage des sondages (d’où le « semblant » de juridisme en la matière).
Cela s’appelle l’effet « contagion » : BANDWAGON.
Tu as aussi l’effet inverse : « croix rouge / chien battu…) : UNDERDOG
http://vedel.blogspot.com/2007/03/le-rl ... s-sur.html
http://elections.france3.fr/presidentie ... 241-fr.php
Donc rien que cela, c’est assez éloquent sur « l’influence » dont peuvent être victimes certains.

Je passe sur les « innocents » qui avouent etc…
Si l’être humain n’était pas « fragile », influençable, les sectes n’auraient pas autant d’adeptes : on parle de « viol psychique » pour décrire le phénomène.
De la même façon, des boîtes de BTP, des industriels, des fabricants d’armes n’auraient pas de chaînes TV.
Puisque tu as voté Bayrou, je pense que tu as vu qu’il dénonçait cela justement.
Il y a une vingtaine d’années, Coluche dénonçait déjà cela sur le plateau de Polack en décortiquant les journaux : la « même info », le même groupe, pas dit pareil… Il aurait sûrement dit pareil avec la TV aujourd’hui.

Dans le domaine sportif, une marque de vélos qui donne 160 vélos à 200 par an à une équipe leader du peloton et une soulte, pour que l’équipe cycliste utilise le vélo de la marque. Tu crois que c’est pourquoi ?
Que c’est juste pour que tu « vois » le vélo sur le TDF, ou que c’est par ce que la marque sait que si le vélo « gagne », au delà du « champion » qui est dessus, le cerveau de certains vont faire l’addition : victoire + vélo = bon vélo. Au pire, même un être pas influençable va se dire, que cela ne peut pas être un « mauvais » vélo. L’image du vélo, de la marque en sortent forcément grandie, et c’est le but initial.
Au pire, à défaut de résultats sportifs « brillants », l’association du vélo et de l’équipe véhicule une « image sportive » de terrain (une sorte de « validation » par des pros).

Pour la distinction entre une « une émission et l’impact » des médias :

des Médiologues ont constaté et caractérisé une pratique politique moderne : « créer » une « opinion politique », puis s’appuyer sur elle pour justifier « sa » « politique ». Cela a été le but des faux rapports sur les armes en Irak et autres (affaire Palm qui en découle aujourd’hui aux USA) lors de la dernière guerre en Irak : « créer » une opinion publique qui soutient un choix politique, de fait légitimé.
Quand le pouvoir politique donne aux médias des éléments faux (avérés faux) dans un but précis et que l’opinion plonge, tu ne vois pas un « lien » ? Si tu regardes des sondages sur les croyances des Américains sur le 11 septembre, les armes de dissuasions massives (…), tu verras qu’encore aujourd’hui, une forte proportion voit un lien entre Hussein et Al Quaida (alors que « politiquement » parlant, ils étaient adversaires !), ce « lien » justifiant par lui même la « rouste » en Irak.
http://www.primo-europe.org/showdocs.ph ... -150957457

Allez, un exemple Européen : les attentats à Madrid, où comment Aznar a voulu « ré-attribué » les attentats à des fins électorales : c’était trop « gros » : échec cette fois, le PS a gagné les élections avec une certaine marge en « réaction » (sentiment de colère : tromperie alors que drame sans nom).
Voir aussi plus bas (Timisoara etc.. .).
Le « vrai » problème est que la TELEVISION a supplanté en crédibilité « l’écrit » et touts autres vecteurs d’informations. « L’image » semble plus « juste » alors que c’est celle qui est la plus facile à déformer, à travestir, manipuler.. ou plus simplement ne prend pas son sens si elle n’est pas expliquée.

Pour le coup de la « solidarité féminine» :

j’aime bien réfléchir, m’interroger, associer des éléments.
Un « truc » m’a marqué il y a quelques années.
Dans l’administration, un constat est apparu : l’absence de cadres féminines AA+, alors qu’en fac elles sont meilleures.
Que s’est-il passé ? Pas de « quotas » mais l’obligation d’une « parité » dans les jurys de concours, car des « audits » ont montré une inégalité de traitement vis à vis des femmes, lors des jurys oraux (particularité : pas de recours possible, pas de traces objectives..). Donc, bizarrement, il semblerait que des Enarques (bêtes sûrement) aient trouvé la « parité dans les jurys de concours » pour mettre fin à cette bizarrerie, ou du moins ne pas laisser perdurer une inégalité de traitement. Donc, tu vois, il semblerait que « certains » aient réfléchi sur la question…
A cela, j’ai suivi les diverses expériences politiques étrangères, et suite à l’ascension de Ségolène en France, j’ai fait des petits tests autour de moi directs ou indirects, et j’ai pu voir que cela jouerait de façon évidente pour les « femmes » les moins marquées politiquement. Moi, je trouve cela « logique ».
Après bien sûr, on peut « nier » car cela ne plaît pas. La terre n’est pas ronde, le ciel n’est pas bleu, pourtant « la terre est bleue comme une orange ».
Moi j’ai fait un « constat » simple, qui confirme ce que je pensais et je trouve étrange que personne n’en parle, comme si surtout, il ne fallait pas que justement, il y ait une « prise de conscience » pour les intéressées.
Des étudiants thésards devraient se pencher sur la question.
T’as demandé à ta femme ce qu’elle en pensait ?
Si vous regardez le débat ensemble, fais attention à ses mimiques…

Pour l’histoire :

L'Histoire se fait toujours à posteriori : c'est le principe même de l'Histoire. T'as pas fait "philosophie" en terminal :D :?: :D
Dans le "présent" les Acteurs qui ont "trafiquoté" pour influencer sont toujours en place.
Dans le "présent", tu as les "bébés" jetés hors des couveuses après l'invasion par l'Irak (guerre du golfe 1) : gros "impact" médiatique. Quelques années après : on a su que c'était une manipulation à des fins médiatiques.
Tu ne te souviens du « vrai faux « procès » de Ceausescu, de Timisoara… ?
http://www.primo-europe.org/showdocs.ph ... -150957457
Je passe sur "l'anthrax" à l'ONU etc...les "faux rapports", les certitudes (...) lors de la guerre n°2.
Tu te crois sûrement "non manipulable", non "sensible", je crois que tu te surestimes : tu devrais regarder avec intention les résultats de Milgram.
Tu devrais t’intéresser aussi aux études sur la perception des médias et la « crédibilité » des sources d’infos. Le « journal » version papier a incroyablement baissé. Depuis la TV en fait, « l’image » a imposé sa propre légitimité et crédibilité, alors que c’est celle qui est la moins fiable, car la plus facile à manipuler : (Roumanie : la fausse exécution, les faux charniers…).
A leur mort, l'Histoire parle vraiment, avec les archives...
Je ne sais pas si tu as vu le document "Roger et moi" de Mickael Moore, il s’avère qu’il avait eu un entretien avec le fameux DG, alors qu’il montrait dans son reportage le « refus » and co. Avec l’interview, tout le fil de son récit n’a plus de sens, et n’a pas le même impact.

Si tu regardes l'actualité étrangère, tu verras que dans certains pays de l'est, ils essayent de faire de l'histoire dans le présent et que cela pose quelques petits soucis (prêtre reconnu coupable de rendre des services au parti communiste, un politique actuel qui ne veut pas reconnaître...).

Pour l’URSS et Gorbatchev :

c'est Tchernobyl qui a tout accéléré en 1986 : coût financier énorme, impact psychologique...: à priori, une "simple" catastrophe, beh non. On le sait à posteriori, au regard de l'analyse de Gorbatchev justement. Cela a enclenché le reste. Le « financier » (la course aux armements, Tchernobyl…) a contraint le « politique » et fin d’une page d’histoire.
Après le putsch raté de 1991...Eltsine sur son tank : gros impact de l’image…élu par la suite… !

braziou
Messages : 12410
Inscription : 16 avr. 2005 02:04
Localisation : La Réunion

Message non lu par braziou »

trop long tes posts , meme s'ils sont interessants

Avatar de l’utilisateur
Richie
Messages : 4669
Inscription : 30 janv. 2005 08:34
Localisation : Sur mes cannes anglaises...

Message non lu par Richie »

braziou a écrit :trop long tes posts , meme s'ils sont interessants
L'exemple même de ce que je veux montrer :D

Post trop long = déperdition de l'intérêt porté dessus....

Rapporté aux médias : lire= trop long + impossible de tout lire, donc attention particulière vers les médias rapides : "l'image" permet de"gagner" du temps et de véhiculer rapidement une info.
En "matière de lecture écrite", l'abonnement que permet internet, à des lettres d'infos est typique de ce diallèle : accès à plus d'infos qu'avant, mais problème de temps pour le assimiler, les analyser...

Au niveau capacité à absorber un flux d'info, "trop d'infos tue l'info".
Exemple du jour, face à l'actualité "chaude", la perquisition non autorisée ce matin à 2 Juges à l'Elysée (de quel droit) va passer au mieux dans les brèves TV, alors que sur le fond c'est inadmissible :
Le Président de la République et le garant de l'indépendance de la Justice :idea:

Répondre