COVID-19, de l'espoir?

Que faire quand ça va pas?
Avatar de l’utilisateur
Bardamu
Messages : 5554
Inscription : 06 déc. 2013 19:18

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Bardamu »

FAYARD a écrit : 14 avr. 2021 09:33
Boulegan a écrit : 14 avr. 2021 08:50 "Le manque d'activité physique régulière pèserait plus sur le risque d'hospitalisation, d'entrée en réanimation et de décès du Covid-19 que l'obésité ou le tabagisme, d'après une étude américaine. "
https://www.sciencesetavenir.fr/sante/c ... 1618352343
Quand tu vois la tronche de nos politiques, qu’est-ce que tu veux qu’ils comprennent que le sport c’est la vie. On a mis du temps à communiquer sur ce genre d’étude alors que de nombreux médecins le disaient depuis le début de la pandémie. La fermeture des salles de sport, des clubs, des piscines a été une erreur monumentale et elle sera lourde de conséquences...Rien que pour ça, les français devraient demander des comptes à Manu.
Oui mais dans les vestiaires de la piscine, le covid c'est un danger de mort tu comprends... :roll:
Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 10769
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Boulegan »

Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 10:07 Le sport scolaire, c'est le truc pour te dégouter du sport.
Comme le reste des matières cela dit, sauf si on a la chance d'avoir une révélation grâce un prof habité et pédagogue.
Sans mon prof de sport en 3e, je n'aurais jamais fait de course à pied, puis du triathlon, etc.
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde
Trapanelle en nat
Messages : 1060
Inscription : 26 août 2018 18:06

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Trapanelle en nat »

Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 09:28

Avant tout, il faut des compétences, et en France, on n'est pas compétitif en informatique par rapport aux américains. Notre système de grandes écoles sélectionne sur les maths, dispense des enseignements généralistes et souvent plutôt théoriques. La fac n'a pas les moyens de correctement former les étudiants. Les enseignant chercheurs n'ont pas le temps de faire de la recherche etc... tout ça n'est pas le bon environnement pour faire émerger des entreprises novatrices. Et vu la tendance, ça ne le sera jamais. Les grands plans de recherche en France sont des pansements, et des promesses qui ne se réalisent jamais. Aux USA, ils mettent le paquet.

J'étais d'accord avec ton raisonnement mais pas là dessus. Les ingénieurs, matheux et chercheurs français sont recherchés dans le monde entier. Ce qui manque en France, c'est un environnement financier favorable (capital risque) à l'émergence de beaucoup de startups. Quand on pense que c'est Archos qui a inventé l'écran tactile, mais que c'est Apple qui l'a popularisé...
Z__orglub
Messages : 1050
Inscription : 12 nov. 2020 15:08

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z__orglub »

Trapanelle en nat a écrit : 14 avr. 2021 10:46
Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 09:28

Avant tout, il faut des compétences, et en France, on n'est pas compétitif en informatique par rapport aux américains. Notre système de grandes écoles sélectionne sur les maths, dispense des enseignements généralistes et souvent plutôt théoriques. La fac n'a pas les moyens de correctement former les étudiants. Les enseignant chercheurs n'ont pas le temps de faire de la recherche etc... tout ça n'est pas le bon environnement pour faire émerger des entreprises novatrices. Et vu la tendance, ça ne le sera jamais. Les grands plans de recherche en France sont des pansements, et des promesses qui ne se réalisent jamais. Aux USA, ils mettent le paquet.

J'étais d'accord avec ton raisonnement mais pas là dessus. Les ingénieurs, matheux et chercheurs français sont recherchés dans le monde entier. Ce qui manque en France, c'est un environnement financier favorable (capital risque) à l'émergence de beaucoup de startups. Quand on pense que c'est Archos qui a inventé l'écran tactile, mais que c'est Apple qui l'a popularisé...
Oui, les ingénieurs matheux sont recherchés. Typiquement, dans les GAFA, la sélection se fait sur la résolution de problème style bachotage pour lesquels on est bons en France. Les gens sont ensuite formés dans l'entreprise.

Par contre, pour créer une boite en partant de zéro, il faut d'autres compétences que de savoir résoudre vite des algos ou des problèmes de proba niveau L3. J'ai beaucoup de mal à imaginer les boites citées par Silver émerger en France. Il faut plus que du capital et des ingénieurs formés au bachotage.

Si ces boites sont toutes américaines, c'est pas un hasard. Il y a une concentration de connaissance, de talents, et de savoir faire aux USA (et particulièrement dans la silicon valley) qu'il n'y a nulle part ailleurs.
Dernière modification par Z__orglub le 14 avr. 2021 11:27, modifié 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Bardamu
Messages : 5554
Inscription : 06 déc. 2013 19:18

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Bardamu »

Silver0l
Messages : 8108
Inscription : 19 août 2005 09:45
Localisation : 92
Contact :

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Silver0l »

Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 09:28
Silver0l a écrit : 14 avr. 2021 08:49
Z__orglub a écrit : 13 avr. 2021 23:18

Plus sérieusement, qu'est ce que ça peut faire s'il y a tous ces impôts. Ce que veulent les gens de manière universelle c'est de pouvoir vivre dans un endroit sûr, en environnement non pollué, avoir un travail épanouissant, du temps pour les loisirs, accès aux soins, à l'éducation etc..

C'est ça qu'il faut mesurer. Le nombre d'impôt, le taux d'imposition, le nombre de milliardaires, c'est pas important.
Si c'est important. Toi tu te places du point de vue du salarié, mais place toi une seconde du point de vue de l'entrepreneur ou de l'investisseur. En France, le montant des prélèvements est tel, que si tu as le choix, bien souvent tu vas choisir d'implanter ton siège, ou ton usine, ou tes labos de recherche... ailleurs qu'en France.

En plus, la fiscalité est tellement complexe, le nombre de taxes tellement élevé, que même si tu es de parfaite bonne foi, si tu as un contrôle fiscal sur quelques années d'activités, tu peux être à peu près sûr que tu vas avoir oublié quelque chose ou calculé certains montants sans être en cohérence parfaite avec les règles byzantines de l'administration fiscale, et soumis à des redressements plus ou moins douloureux. Il en résulte que bien des entrepreneurs vivent dans la hantise du contrôle fiscal, ce qui ne crée pas les conditions favorables à l'éclosion des sociétés qui font l'économie d'aujourd'hui et de demain, les Google, Snowflake, Moderna, SpaceX... qui même si elles sont parfois dirigées par des Français, se sont montées ailleurs qu'en France. En France si tu regardes le CAC40, tu n'as que des boîtes centenaires, on s'appuie sur notre histoire, aux USA, tu regardes les plus grosses capitalisation, tu n'as que des startup des 30 dernières années (Google, Amazon, Apple, Facebook, Microsoft, Tesla...). C'est tout notre drame: nous avons tout fait pour faire fuir nos entrepreneurs qui sont allé ailleurs faire leurs affaires.
Les boites que tu cites sont dans le secteur de l'informatique. La "tech" comme on dit maintenant. Elles ont toutes été crées par des gens qui étaient déjà aux USA, et le plus souvent qui ont étudié dans des universités américaines, et bénéficié des talents locaux. Google n'aurait jamais pu émerger en France parce qu'à cet époque, personne ne bossait sur les moteurs de recherche. Par ailleurs, les américains ont un esprit d'entreprenariat et ont accès à du capital beaucoup plus qu'en France. Même le PDG français de Moderna n'est pas un entrepreneur, c'est un salarié comme toi et moi qui n'a jamais monté la moindre boite. Les français de Snowflake ont passé une bonne partie de leur carrière dans des boites américaines. Le mythe de l'entrepreneur qui quitte de la France pour monter sa boite pour y payer moins d'impôts n'est que ça, un mythe.

Avant tout, il faut des compétences, et en France, on n'est pas compétitif en informatique par rapport aux américains. Notre système de grandes écoles sélectionne sur les maths, dispense des enseignements généralistes et souvent plutôt théoriques. La fac n'a pas les moyens de correctement former les étudiants. Les enseignant chercheurs n'ont pas le temps de faire de la recherche etc... tout ça n'est pas le bon environnement pour faire émerger des entreprises novatrices. Et vu la tendance, ça ne le sera jamais. Les grands plans de recherche en France sont des pansements, et des promesses qui ne se réalisent jamais. Aux USA, ils mettent le paquet.

Pour Moderna, tu n'arrêtes pas de nous parler d'entrepreneur, mais avant tout, il a fallu développer les méthodes, et ça s'est fait dans des universités américaines.
Tu as une vision très biaisée du système éducatif français, et de l'opposition enseignement généraliste en France vs. enseignement pratique aux USA.

La force de notre système, c'est justement un très bon niveau en math, dans les aspects théoriques. Si tu fais un moteur de recherche, ou de l'IA, ou des systèmes financiers, ou du Big Data, ou des systèmes de compressions de données, ou des puces quantiques, ou des fusées qui arrivent à se reposer sur Terre, ou plein d'autres choses... c'est avant tout des maths de très bon niveau, et c'est pour ces compétences que nos ingénieurs sont recherchés dans le monde entier.

Tu dis par exemple "Google n'aurait jamais pu émerger en France parce qu'à cet époque, personne ne bossait sur les moteurs de recherche", mais il n'y a rien de plus faux. Renseigne-toi par exemple sur l'histoire d'Alta Vista, d'Exalead, de François Bourdoncle, de Louis Monnier... Ces gars là auraient pu faire le Google français, ils avaient les idées pour ça, mais le système français rend impossible l'émergence d'un Google en France. La fiscalité des stock options rend complètement impossible le recrutement des talents nécessaires (les stock options sont un moyen de rémunérer les gens avec des promesses quand on n'a pas d'argent), la fiscalité sur le capital rend impossible l'émergence de Venture Capitalist équivalents à ceux que l'on trouve dans la Silicon Valley etc etc. On a les gens, les idées, la recherche qui vont bien, le problème est dans l'environnement social, financier, fiscal et administratif qui est foncièrement hostile aux startups quand on le compare à ce qui se fait en Israël, aux USA, en UK etc.
Augmentus, le roman des cyclistes qui aiment l'IA
Apprenez à nager avec Le journal d'un nageur de l'ère post-Trump
Avatar de l’utilisateur
Bardamu
Messages : 5554
Inscription : 06 déc. 2013 19:18

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Bardamu »

Silver0l a écrit : 14 avr. 2021 11:25
Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 09:28
Silver0l a écrit : 14 avr. 2021 08:49

Si c'est important. Toi tu te places du point de vue du salarié, mais place toi une seconde du point de vue de l'entrepreneur ou de l'investisseur. En France, le montant des prélèvements est tel, que si tu as le choix, bien souvent tu vas choisir d'implanter ton siège, ou ton usine, ou tes labos de recherche... ailleurs qu'en France.

En plus, la fiscalité est tellement complexe, le nombre de taxes tellement élevé, que même si tu es de parfaite bonne foi, si tu as un contrôle fiscal sur quelques années d'activités, tu peux être à peu près sûr que tu vas avoir oublié quelque chose ou calculé certains montants sans être en cohérence parfaite avec les règles byzantines de l'administration fiscale, et soumis à des redressements plus ou moins douloureux. Il en résulte que bien des entrepreneurs vivent dans la hantise du contrôle fiscal, ce qui ne crée pas les conditions favorables à l'éclosion des sociétés qui font l'économie d'aujourd'hui et de demain, les Google, Snowflake, Moderna, SpaceX... qui même si elles sont parfois dirigées par des Français, se sont montées ailleurs qu'en France. En France si tu regardes le CAC40, tu n'as que des boîtes centenaires, on s'appuie sur notre histoire, aux USA, tu regardes les plus grosses capitalisation, tu n'as que des startup des 30 dernières années (Google, Amazon, Apple, Facebook, Microsoft, Tesla...). C'est tout notre drame: nous avons tout fait pour faire fuir nos entrepreneurs qui sont allé ailleurs faire leurs affaires.
Les boites que tu cites sont dans le secteur de l'informatique. La "tech" comme on dit maintenant. Elles ont toutes été crées par des gens qui étaient déjà aux USA, et le plus souvent qui ont étudié dans des universités américaines, et bénéficié des talents locaux. Google n'aurait jamais pu émerger en France parce qu'à cet époque, personne ne bossait sur les moteurs de recherche. Par ailleurs, les américains ont un esprit d'entreprenariat et ont accès à du capital beaucoup plus qu'en France. Même le PDG français de Moderna n'est pas un entrepreneur, c'est un salarié comme toi et moi qui n'a jamais monté la moindre boite. Les français de Snowflake ont passé une bonne partie de leur carrière dans des boites américaines. Le mythe de l'entrepreneur qui quitte de la France pour monter sa boite pour y payer moins d'impôts n'est que ça, un mythe.

Avant tout, il faut des compétences, et en France, on n'est pas compétitif en informatique par rapport aux américains. Notre système de grandes écoles sélectionne sur les maths, dispense des enseignements généralistes et souvent plutôt théoriques. La fac n'a pas les moyens de correctement former les étudiants. Les enseignant chercheurs n'ont pas le temps de faire de la recherche etc... tout ça n'est pas le bon environnement pour faire émerger des entreprises novatrices. Et vu la tendance, ça ne le sera jamais. Les grands plans de recherche en France sont des pansements, et des promesses qui ne se réalisent jamais. Aux USA, ils mettent le paquet.

Pour Moderna, tu n'arrêtes pas de nous parler d'entrepreneur, mais avant tout, il a fallu développer les méthodes, et ça s'est fait dans des universités américaines.
Tu as une vision très biaisée du système éducatif français, et de l'opposition enseignement généraliste en France vs. enseignement pratique aux USA.

La force de notre système, c'est justement un très bon niveau en math, dans les aspects théoriques. Si tu fais un moteur de recherche, ou de l'IA, ou des systèmes financiers, ou du Big Data, ou des systèmes de compressions de données, ou des puces quantiques, ou des fusées qui arrivent à se reposer sur Terre, ou plein d'autres choses... c'est avant tout des maths de très bon niveau, et c'est pour ces compétences que nos ingénieurs sont recherchés dans le monde entier.

Tu dis par exemple "Google n'aurait jamais pu émerger en France parce qu'à cet époque, personne ne bossait sur les moteurs de recherche", mais il n'y a rien de plus faux. Renseigne-toi par exemple sur l'histoire d'Alta Vista, d'Exalead, de François Bourdoncle, de Louis Monnier... Ces gars là auraient pu faire le Google français, ils avaient les idées pour ça, mais le système français rend impossible l'émergence d'un Google en France. La fiscalité des stock options rend complètement impossible le recrutement des talents nécessaires (les stock options sont un moyen de rémunérer les gens avec des promesses quand on n'a pas d'argent), la fiscalité sur le capital rend impossible l'émergence de Venture Capitalist équivalents à ceux que l'on trouve dans la Silicon Valley etc etc. On a les gens, les idées, la recherche qui vont bien, le problème est dans l'environnement social, financier, fiscal et administratif qui est foncièrement hostile aux startups quand on le compare à ce qui se fait en Israël, aux USA, en UK etc.
Après on peut voir les choses différemment.
D'accord avec toi sur les existants : La France dans ses écoles d'excellence forme encore (au moins pour les écoles scientifiques parce que les sciences humaines avec les décoloniaux ça devient n'importe quoi) des types géniaux.
Mais le problème c'est pas la mentalité Française ou sa fiscalité dissuasive. Franchement, est-ce que Pasteur serait allé se vendre à l'Allemagne ou à la Grande-Bretagne, même pour un pont d'or ?
Quand on détruit la Patrie dans l'éducation et dans les esprits pour y substituer un Hybris de l'individualisme fondé sur le but de gagner de l'argent, faut pas s'étonner de se faire piller...
Z__orglub
Messages : 1050
Inscription : 12 nov. 2020 15:08

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z__orglub »

Silver0l a écrit : 14 avr. 2021 11:25
Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 09:28
Silver0l a écrit : 14 avr. 2021 08:49

Si c'est important. Toi tu te places du point de vue du salarié, mais place toi une seconde du point de vue de l'entrepreneur ou de l'investisseur. En France, le montant des prélèvements est tel, que si tu as le choix, bien souvent tu vas choisir d'implanter ton siège, ou ton usine, ou tes labos de recherche... ailleurs qu'en France.

En plus, la fiscalité est tellement complexe, le nombre de taxes tellement élevé, que même si tu es de parfaite bonne foi, si tu as un contrôle fiscal sur quelques années d'activités, tu peux être à peu près sûr que tu vas avoir oublié quelque chose ou calculé certains montants sans être en cohérence parfaite avec les règles byzantines de l'administration fiscale, et soumis à des redressements plus ou moins douloureux. Il en résulte que bien des entrepreneurs vivent dans la hantise du contrôle fiscal, ce qui ne crée pas les conditions favorables à l'éclosion des sociétés qui font l'économie d'aujourd'hui et de demain, les Google, Snowflake, Moderna, SpaceX... qui même si elles sont parfois dirigées par des Français, se sont montées ailleurs qu'en France. En France si tu regardes le CAC40, tu n'as que des boîtes centenaires, on s'appuie sur notre histoire, aux USA, tu regardes les plus grosses capitalisation, tu n'as que des startup des 30 dernières années (Google, Amazon, Apple, Facebook, Microsoft, Tesla...). C'est tout notre drame: nous avons tout fait pour faire fuir nos entrepreneurs qui sont allé ailleurs faire leurs affaires.
Les boites que tu cites sont dans le secteur de l'informatique. La "tech" comme on dit maintenant. Elles ont toutes été crées par des gens qui étaient déjà aux USA, et le plus souvent qui ont étudié dans des universités américaines, et bénéficié des talents locaux. Google n'aurait jamais pu émerger en France parce qu'à cet époque, personne ne bossait sur les moteurs de recherche. Par ailleurs, les américains ont un esprit d'entreprenariat et ont accès à du capital beaucoup plus qu'en France. Même le PDG français de Moderna n'est pas un entrepreneur, c'est un salarié comme toi et moi qui n'a jamais monté la moindre boite. Les français de Snowflake ont passé une bonne partie de leur carrière dans des boites américaines. Le mythe de l'entrepreneur qui quitte de la France pour monter sa boite pour y payer moins d'impôts n'est que ça, un mythe.

Avant tout, il faut des compétences, et en France, on n'est pas compétitif en informatique par rapport aux américains. Notre système de grandes écoles sélectionne sur les maths, dispense des enseignements généralistes et souvent plutôt théoriques. La fac n'a pas les moyens de correctement former les étudiants. Les enseignant chercheurs n'ont pas le temps de faire de la recherche etc... tout ça n'est pas le bon environnement pour faire émerger des entreprises novatrices. Et vu la tendance, ça ne le sera jamais. Les grands plans de recherche en France sont des pansements, et des promesses qui ne se réalisent jamais. Aux USA, ils mettent le paquet.

Pour Moderna, tu n'arrêtes pas de nous parler d'entrepreneur, mais avant tout, il a fallu développer les méthodes, et ça s'est fait dans des universités américaines.
Tu as une vision très biaisée du système éducatif français, et de l'opposition enseignement généraliste en France vs. enseignement pratique aux USA.

La force de notre système, c'est justement un très bon niveau en math, dans les aspects théoriques. Si tu fais un moteur de recherche, ou de l'IA, ou des systèmes financiers, ou du Big Data, ou des systèmes de compressions de données, ou des puces quantiques, ou des fusées qui arrivent à se reposer sur Terre, ou plein d'autres choses... c'est avant tout des maths de très bon niveau, et c'est pour ces compétences que nos ingénieurs sont recherchés dans le monde entier.

Tu dis par exemple "Google n'aurait jamais pu émerger en France parce qu'à cet époque, personne ne bossait sur les moteurs de recherche", mais il n'y a rien de plus faux. Renseigne-toi par exemple sur l'histoire d'Alta Vista, d'Exalead, de François Bourdoncle, de Louis Monnier... Ces gars là auraient pu faire le Google français, ils avaient les idées pour ça, mais le système français rend impossible l'émergence d'un Google en France. La fiscalité des stock options rend complètement impossible le recrutement des talents nécessaires (les stock options sont un moyen de rémunérer les gens avec des promesses quand on n'a pas d'argent), la fiscalité sur le capital rend impossible l'émergence de Venture Capitalist équivalents à ceux que l'on trouve dans la Silicon Valley etc etc. On a les gens, les idées, la recherche qui vont bien, le problème est dans l'environnement social, financier, fiscal et administratif qui est foncièrement hostile aux startups quand on le compare à ce qui se fait en Israël, aux USA, en UK etc.
Je ne prétends pas que les maths ne servent à rien, mais niveau enseignement/recherche en informatique, on n'est pas compétitif face aux américains (sauf quelques domaines niche).

Louis Monier a passé sa thèse en 1980, et il s'est barré aux USA pour bosser chez DEC. Et ça 10 avant même l'existence du web ! Donc je maintiens, quasiment personne en France ne bossait sur les moteur de recherche à cette époque. Je ne prétends pas qu'il n'existe pas de français brillants qui peuvent contribuer à ces choses là si on les place dans l'environnement adéquat, mais la recherche sur ces thématiques ne se fait pas chez nous, et elle ne s'y est jamais faite.

Tiens, regarde le programme d'une des plus grande conférence de systèmes

https://www.usenix.org/conference/osdi2 ... l-sessions

Dis moi ou sont les français, et comment dans ces conditions espérer qu'une startup émerge chez nous ?

Au passage la Californie où toute cette innovation est générée a un régime fiscal particulièrement désavantageux aux USA.

Bon, mais tous ça c'est des banalités. Et tu le sais bien, ce sont les américains qui ont quasiment tout inventé dans cette discipline. Forcément, ils partent avec 10 longueurs d'avance. C'est pas qq pourcent dans un taux d'imposition qui va renverser la tendance. Au passage, tu parles d'Israel et du royaume unis, je cherche encore les Microsoft, Apple et Google israeliens.

Sinon, tu parles de fiscalité des stock options, mais je serais curieux d'avoir les chiffres, c'est pas impossible que ce soit encore du bullshit à la Silver et qu'on soit moins imposé en France la-dessus qu'ailleurs.
Petithomme
Messages : 107
Inscription : 20 oct. 2016 07:32
Localisation : Munich

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Petithomme »

Il y a des leaders de la finance en UK, et aussi en jeux vidéos par exemple ... Au delà des taxes, il faut déjà voir la difficulté administrative à ouvrir une boite en France par rapport à l'étranger ....
Comme dit plus haut, la différence de taux est une chose (souvent mineure in fine) mais si on te dit : tu prends ton bénéfice et tu nous donne X, ou tu prends ton CA et tu ponctionnes 785 taxes puis tu XXX et enfin tu YYY, une petite entreprise galère avec ses 3 salariés .....
Jerome.A
Messages : 2569
Inscription : 20 nov. 2015 15:02

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Jerome.A »

Et en france tu ne seras jamais un exemple si tu reussi, mais un ''sale riche''... Il y a une culture e l'exellence, mais ca s'arrete un peu la, il faut respecter l'establishment. Finir sa grande ecole, rentrer dans un grand groupe monter les etapes (mais pas trop vite) montrer sa loyaute.
Aucune culture de la reussite, encore moins si on sort des clous.

Par contre il y a une infrastrucutre enorme pour aider a la creation d'entreprise. C'est la creation d entrepreneur qui coince :)
By failing to prepare you are preparing to fail
Trapanelle en nat
Messages : 1060
Inscription : 26 août 2018 18:06

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Trapanelle en nat »

Jerome.A a écrit : 14 avr. 2021 13:50 Et en france tu ne seras jamais un exemple si tu reussi, mais un ''sale riche''... Il y a une culture e l'exellence, mais ca s'arrete un peu la, il faut respecter l'establishment. Finir sa grande ecole, rentrer dans un grand groupe monter les etapes (mais pas trop vite) montrer sa loyaute.
Aucune culture de la reussite, encore moins si on sort des clous.

Par contre il y a une infrastrucutre enorme pour aider a la creation d'entreprise. C'est la creation d entrepreneur qui coince :)
On a des specimens sur le forum qui n'aiment pas les élites, les décideurs... Alors que eux même semblent être des CSP+...
Z__orglub
Messages : 1050
Inscription : 12 nov. 2020 15:08

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z__orglub »

Jerome.A a écrit : 14 avr. 2021 13:50 Et en france tu ne seras jamais un exemple si tu reussi, mais un ''sale riche''... Il y a une culture e l'exellence, mais ca s'arrete un peu la, il faut respecter l'establishment. Finir sa grande ecole, rentrer dans un grand groupe monter les etapes (mais pas trop vite) montrer sa loyaute.
Aucune culture de la reussite, encore moins si on sort des clous.

Par contre il y a une infrastrucutre enorme pour aider a la creation d'entreprise. C'est la creation d entrepreneur qui coince :)
Déjà, il faut arrêter de confondre "réussir" et être "riche". Beaucoup de gens riches n'ont strictement rien réussi, ils ont juste hérité. C'est flagrant en France. Et je considère pas que "réussir" signifie s'enrichir. Ça n'a même rien à voir.

Et je vois pas bien pourquoi entrepreneur serait mieux qu'autre chose. Il y a plein de façons de contribuer à la société.

Perso, j'ai rien contre les riches, je trouve simplement qu'ils ne payent pas assez d'impôts et qu'on ne taxe pas suffisamment les héritages.
Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 10769
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Boulegan »

Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 14:31 Déjà, il faut arrêter de confondre "réussir" et être "riche".
Bien relevé.
C'est dire si - en France notamment - le glissement sémantique de la réussite a terminé sa course dans le caniveau de la richesse. :arrow:
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde
Jerome.A
Messages : 2569
Inscription : 20 nov. 2015 15:02

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Jerome.A »

enfin dans la conversation actuelle il me semble que l on peut parle de reussite/richesse et des impots que ca engendre ou va engendrer. La non redistribution par son proprietaire est encore un autre probleme. On parle de taxer donc de revenus.

Ca peut etre une bonne idee de taxer la reussite non pecuniere des Francais :), mais on taxe ca en EUR ou en TIG? :)
By failing to prepare you are preparing to fail
FAYARD
Messages : 26227
Inscription : 18 juin 2007 08:53

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par FAYARD »

Z__orglub a écrit : 14 avr. 2021 14:31
Jerome.A a écrit : 14 avr. 2021 13:50 Et en france tu ne seras jamais un exemple si tu reussi, mais un ''sale riche''... Il y a une culture e l'exellence, mais ca s'arrete un peu la, il faut respecter l'establishment. Finir sa grande ecole, rentrer dans un grand groupe monter les etapes (mais pas trop vite) montrer sa loyaute.
Aucune culture de la reussite, encore moins si on sort des clous.

Par contre il y a une infrastrucutre enorme pour aider a la creation d'entreprise. C'est la creation d entrepreneur qui coince :)
Déjà, il faut arrêter de confondre "réussir" et être "riche". Beaucoup de gens riches n'ont strictement rien réussi, ils ont juste hérité. C'est flagrant en France. Et je considère pas que "réussir" signifie s'enrichir. Ça n'a même rien à voir.

Et je vois pas bien pourquoi entrepreneur serait mieux qu'autre chose. Il y a plein de façons de contribuer à la société.

Perso, j'ai rien contre les riches, je trouve simplement qu'ils ne payent pas assez d'impôts et qu'on ne taxe pas suffisamment les héritages.
Pour les héritages, les plus riches sont capable de passer à travers les mailles du filet avec des montages complexes, et c’est encore les classes moyennes qui ramassent. Tant que tu permettras aux plus aisés de ne pas payer leur dû, tu peux bien créer autant de taxes que tu veux, c’est toujours les mêmes qui passeront à la caisse. Il y a une paupérisation de la classe moyenne, on se rapproche de plus en plus de certains pays où il y a des très riches et des pauvres et au milieu plus rien.
Le Sphinx n’est plus :character-afro: RIP
Répondre