Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
raoul
Messages : 2203
Enregistré le : 20 avr. 2004 22:11

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par raoul » 20 avr. 2019 06:43

francky48 a écrit :
19 avr. 2019 06:44
raoul a écrit :
18 avr. 2019 21:04
Oui et i4 conduit à i5, car l'état n'est pas stable en i4.
Salut raoul
Que veux tu dire par " l'état n'est pas stable en i4 " ?
Si tu conserves une allure donnée en i4 sans ralentir, tu finis en i5. Car en i4, le taux de lactates va augmenter si tu conserves exactement la même allure. Au final tu arrives à ton VO2 max.

Tu l'as remarqué, sur une course de cap régionale de 8 km par exemple, si tu as une VMA de 17.6 km/h et que tu cours à 91 % en i4 à 16 km/h (3'45" au km), tu finis parfois à FC max et VO2 max si tu fais les 2 derniers km à 3'40" (16.4 km/h) alors que 16.4 km/h est inférieur à ta VMA de 17.6 km/h. C'est la composante lente de VO2 max. L'état n'est pas stable >SV2.

L'entraînement polarisé compte une zone (zone polarisé 3/3 pour i4 à i7). Parfois, je remplace une séance de VMA par un 5 km sur piste. J'ai vu que cela a aussi un effet sur la VMA, mais moindre qu'un 6x800 m. J'avais remarqué cela en ayant une augmentation nette de VMA en faisant une course régionale de 6 étape de 8 km environ chaque semaine. Je me disais bien, je vois des pulsations plus élevée qu'en séance VMA, ça doit faire qqch sur VO2 max et VMA, i4 doit conduire à i5 ? Puis je l'ai lu plus tard. Ça s'appelle la composante lente de VO2 max où le maintien d'une allure >SV2 conduit à VO2 max pour une allure ou puissance inférieure à VMA/PMA.

Il faut minimiser cette composante lente de VO2 max, c'est pour cela que je remplace 1 séance de VMA sur 4 par un 5 km avec de bon résultats. Par contre courir un 5 km par semaine au lieu de faire de la VMA fonctionne moins bien que de faire de la VMA (j'ai essayé).

francky48
Messages : 2661
Enregistré le : 26 nov. 2008 16:21

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par francky48 » 20 avr. 2019 07:07

Ce que tu décris je l'avais remarqué sur une séance piste de 3 x 20'. Le premier à 3'46" au kilo, le deuxième 3'43" et le troisième 3'39". En fin de dernière répète ma fréquence cardiaque était alors montée à i5 alors que je n'étais pas encore à vma.
Merci pour ta réponse

raoul
Messages : 2203
Enregistré le : 20 avr. 2004 22:11

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par raoul » 20 avr. 2019 07:46

francky48 a écrit :
20 avr. 2019 07:07
Ce que tu décris je l'avais remarqué sur une séance piste de 3 x 20'. Le premier à 3'46" au kilo, le deuxième 3'43" et le troisième 3'39". En fin de dernière répète ma fréquence cardiaque était alors montée à i5 alors que je n'étais pas encore à vma.
Merci pour ta réponse
Oui et les pros ont une petite composante lente de VO2 max alors qu'à l'extrême un sédentaire en a une énorme où il passe à VO2 max au bout d'un certain temps pour un effort classique au seuil.

Réduire cette composante lente de VO2 permet de performer. C'est pour cela que j'aime le haut de la zone i4 en vélo et voir des FC élevées à la fin de l'entraînement.

shika
Messages : 2452
Enregistré le : 20 sept. 2015 14:51

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par shika » 20 avr. 2019 14:06

Drancis Frake a écrit :
18 avr. 2019 09:30
Il n'y a pas de croisade contre i3, il y a des éléments prouvant l'efficacité de l'entraînement à i4.
Oh je ne parlais pas que d'ici, je vois pas mal de personnes qui parlent d'i3 comme d'une "zone grise" pour reprendre le terme employé, et que celle-ci était à éviter. Pour moi elle est à utiliser à bon escient comme tu le dis très justement après!
Drancis Frake a écrit :
18 avr. 2019 09:30
Concernant la Gimenez on parle sur seuil haut en i3 mais je te défie de faire ce type de séance en i4 car ce serait rapidement insoutenable à cause de l'acide lactique.
Déjà fait un truc dans le genre (au sweet spot donc au bas de i4, et en effet c'est horrible :)

Y a pas 36 solutions, soit tu diminues l'intensité au dessus du seuil lactique, soit tu diminues la durée des fractions, soit tu augmentes la récup mais tout le bénéfice de ces sessions est justement de permettre un recyclage plus efficace de l'acide lactique. Tu as raison, un cycliste en tirera sûrement plus de bénéfice qu'un triathlète. J'avais pas forcément conscience de cette histoire de réponse hormonale, ça donnerait l'avantage à des variations moindre d'intensité en restant plus haut tout le temps.

raoul ce que tu dis sur la composante lente de VO2Max est très intéressant, par contre j'ai encore du mal à faire le lien entre tous les concepts. Ce que tu exprimes c'est le fait qu'en i4 tu accumules de l'acide lactique plus vite que tu ne peux la recycler, jusqu'à saturation. Cette saturation t'amène à hyperventiler, donc VO2Max. Par contre t'es sûr que ça n'intervient pas dès que tu dépasses SV1? Dit autrement, qu'est-ce qui fait que tu exploses sur un IM si tu te mets à 6/10 au lieu de 4.5/10 ? Juste l'épuisement des ressources en glycogène ? Je dis ça car sur des efforts interseuils à des durées prolongées tu obtiens le même phénomène, par exemple sur un semi-marathon tu es en dessous du seuil, pour autant tu n'épuises pas tes réserves en glycogène. La différence c'est qu'au delà de SV2 ce phénomène s'accélère de façon très marquée.

Venner192
Messages : 1115
Enregistré le : 24 juin 2017 17:45

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par Venner192 » 20 avr. 2019 15:29

Ma réponse, il n’y en a pas, tout dépend des prédispositions génétiques, ta masse musculaire, ta fibre musculaire et ta VO2 max.
Et dans tes kms, tout dépend aussi de la qualité de ton entraînement.
BleuBlancRage
"En ces temps d'imposture universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire." Georges Orwell

raoul
Messages : 2203
Enregistré le : 20 avr. 2004 22:11

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par raoul » 21 avr. 2019 07:10



raoul ce que tu dis sur la composante lente de VO2Max est très intéressant, par contre j'ai encore du mal à faire le lien entre tous les concepts. Ce que tu exprimes c'est le fait qu'en i4 tu accumules de l'acide lactique plus vite que tu ne peux la recycler, jusqu'à saturation. Cette saturation t'amène à hyperventiler, donc VO2Max. Par contre t'es sûr que ça n'intervient pas dès que tu dépasses SV1? Dit autrement, qu'est-ce qui fait que tu exploses sur un IM si tu te mets à 6/10 au lieu de 4.5/10 ? Juste l'épuisement des ressources en glycogène ? Je dis ça car sur des efforts interseuils à des durées prolongées tu obtiens le même phénomène, par exemple sur un semi-marathon tu es en dessous du seuil, pour autant tu n'épuises pas tes réserves en glycogène. La différence c'est qu'au delà de SV2 ce phénomène s'accélère de façon très marquée.

Les physiologistes nous montrent en effet aujourd'hui que les "barrières" entre métabolismes ne sont pas si marquées et que toutes les filières travaillent en même temps. C'est la notion de "moteur hybride". Par contre, il y a une consommation prioritaire d'un substrat ou l'autre. Mais même pour consommer des lipides il faut un certain taux de glycogène, car la lipolyse et glycolyse sont imbriquées via l'oxaloacétate dans le cycle de dégradation.

En pratique :

i3 est aérobie et le taux de lactate ne s'emballe pas. Il n'y a pas d'atteinte de VO2 max. Par contre, il y a une très forte demande en glycogène au niveau local (muscles proches de l'effort). La poursuite d'un effort jusqu'à épuisement en i3 engendre un taux de glycogène très faible dans les muscles (4-6x plus petit qu'à l'état initial). A ce stade, on a très mal aux jambes. L'effort peut continuer lentement, mais la vitesse en i2 avec des réserves en glycogène très basse est inférieure à celle de i2 avec des réserves normales. Genre, si i2 = 10 à 12 km/h en étant frais, on passe à 7 à 10 km/h ou on marche...

Mais parfois c'est la déshydratation qui fait plus de ravage que la baisse de glycogène. C'est aussi lié à i3 en pratique car en i2 ou transpire moins, on peut mieux s'alimenter, le ventre travaille (plus de sang dans le système digestif en i2 que i3).

Je ne suis toujours pas contre un peu de travail en i3, mais pas trop. Dans la Gimenez, c'est le mix i5 et i3 qui fonctionne, pas i3 tout seul.

Au final, il faut travailler toutes les allures, mais avec une priorité pour i2, i4 et i5 en triathlon. C'est ce qui paie le plus.

Drancis Frake
Messages : 189
Enregistré le : 07 juin 2018 21:11

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par Drancis Frake » 22 avr. 2019 11:09

Bonjour

Pour compléter ce que dit Raoul, et en simplifiant un peu, plus on est proche d'i2 et plus on utilise comme substrat principal les lipides, plus on se rapproche de i4, plus on utilise comme substrat principal le glucose (qui est stocké sous forme de glycogène dans les muscles et dans le foie)

Comme le dit également Raoul les barrières entre les filières ne sont pas marquées et pour compliquer la tâche des physiologistes il a été découvert qu'il existe des fibres musculaires qui sont hybrides, à la fois de type lent et de type rapide, pouvant posséder plusieurs formes de myosine, une des protéines qui participe à la contraction musculaire. Ce pourrait être des fibres qui ne sont pas encore spécialisées.

Il est quand même difficile d'échapper à i3 pendant son entraînement, la moindre cote (à moins d'avoir des développements de VTT), nous y conduit obligatoirement. C'est une des raisons qui fait que je ne suis pas du tout favorable à l'idée de "bouffer" du dénivelé à l'entraînement pour préparer certains triathlons car cela nous conduit à être très souvent en i3, la FC moyenne est alors guère représentative même si elle est inférieure à celle de notre seuil aérobie. Mais là n'est pas le sujet.

Je me permet un petit résumé pour répondre à la question : Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un bon niveau à vélo ?

3000, 6000, 10000 ?

D'abord, qu'est ce qu'un bon niveau ? C'est plutôt vague comme concept.
A la lecture des différents messages se dégage une certitude : les différences interindividuelles sont telles qu'il est impossible de statuer sur un kilométrage à effectuer. Comme Raoul le signale également, chez les cyclistes professionnels on s'est rendu compte que malgré les forts kilométrages effectués il se produit une stagnation de la progression qui oblige à élaborer et à utiliser de nouveaux modes d'entrainements : le HIIT (High Intensity Interval Training) par exemple.

Ce qui est certain aussi c'est que l'entraînement doit être structuré. 3000 kilomètres en respectant les intensités (entraînement polarisé dont il est souvent fait référence dans ce sujet) seront certainement bien plus efficaces que 6000 kilomètres à rouler en groupe tous les week-ends en étant obsédé par sa vitesse moyenne ou en cherchant à tout prix à être The King of Moutain chaque semaine sur Strava. Certes, cette dernière méthode conduira à une progression mais elle sera brève et conduira aussi rapidement au sur-entraînement.

Bien plus que le kilométrage effectué, ce qui compte c'est la régularité et la progressivité de l'entraînement à des intensités calibrées. Je recommande vivement à l'amateur (que nous sommes pour la majorité d'entre nous) de construire ses entraînements non pas sur un kilométrage à effectuer coute que coute mais sur ses disponibilités hebdomadaires. A celui ou à celle qui souhaite participer à un ironman, si vous n'avez pas la possibilité d'effectuer des sorties de 150 km ou 180 km à vélo en endurance, ne faites que 100 km , mais faites les biens (à i2) sans chercher à augmenter l'allure en pensant par là compenser le manque de distance.

Aujourd'hui il existe aussi des moyens techniques qui sont devenus abordables et qui permettent un entraînement efficace sans y consacrer plus de temps que l'on ne dispose : je pense aux capteurs de puissance intégrés dans les pédales par exemple. Ne pas oublier d'effectuer au minimum un test d'effort orienté compétition pour bien exploiter ce matériel.

Certains vont trouver ces entraînements calibrés ennuyeux, ils ont plus envie d'un entraînement au jour le jour sans contrainte, c'est leur choix mais il ne faut pas qu'ils se fassent d'illusion, leurs résultats ne seront pas exceptionnels et surtout ils seront très aléatoires.

Tout ce qui est dit là est aussi valable pour la natation et la course à pied.

Bonne journée

W.

USAT
Messages : 2587
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par USAT » 22 avr. 2019 18:36

francky48 a écrit :
17 avr. 2019 19:02
Pour les calcules des intensités, vaut il mieux les définir en % de la FTP ou du % de la PMA ? Quelle méthode donne la meilleure précision ?
Merci
PAs évident de répondre.

La pma bouge assez peu dans l'année, ( 6/7%) c'est en qq sorte ton moteur intrasèque. ( Sous couvert qu'il n y ai pas de pépins de santé, d'arrêt prolongé etc.
La ftp elle, est plus dépendante de l'entrainement, et va pas mal varier au cours de la saison. ( ça peu tdépasser 15% de variation pour moi)

Donc idéalement se baser sur la ftp. le hic c'est que pour qu'elle soit " a jour" il faut souvent faire les tests, et c'est difficile
ce qui est pas mal c'est le cp20. Puissance max sur 20'.

Perso pour les calculs j'utilise les % de pma, quoique.. disons ça permet de pas se triturer la tête pour les zones qui changeraient constamment. Par exemple je dis un truc un pif, je sais que ma limite i2/i3 est à 150watts. ça donne un repère annuel. Dans les faits cette limite change au cours de l'année.

Pour le "calibrage"d"une séance, je fais en fonction du jour. Je m'entraine au pif et sans programme, pour le plaisir mais ça empeche pas de faire des entrainements calibrés.

Auj j'avais envie de faire 3 fois la montée du coin soit entre 7 et 8', à 340 watts, soit équivalent de la valeur cp20 en forme. Bon ben je pouvais pas, je me suis rabattu sur 320 puis 310. C'est surement parce qu'en ce moment mon cp20 est plus bas ( pour x raisons ) et que ces valeurs de 310/320 collent plus à la réalité actuelle qu'à la valeur d'un cp20 en forme.

gasolinefr
Messages : 243
Enregistré le : 16 janv. 2016 17:24

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par gasolinefr » 22 avr. 2019 21:25

Drancis Frake a écrit :
22 avr. 2019 11:09

Il est quand même difficile d'échapper à i3 pendant son entraînement, la moindre cote (à moins d'avoir des développements de VTT), nous y conduit obligatoirement. C'est une des raisons qui fait que je ne suis pas du tout favorable à l'idée de "bouffer" du dénivelé à l'entraînement pour préparer certains triathlons car cela nous conduit à être très souvent en i3, la FC moyenne est alors guère représentative même si elle est inférieure à celle de notre seuil aérobie. Mais là n'est pas le sujet.
Coucou
Peut être un peu hors sujet mais moi ça m'intéresse de creuser cette histoire de dénivelé.
Ok le respect des intensités a l'entraînement c'est fondamental mais entre rouler sur du plat et rouler en cote il me semble que les muscles ne travaillent pas tout a fait de la même manière. Et puis le corps s'habitue à faire des côtes et devient beaucoup plus économe a force d'en faire. Du coup passé un certain cap d'entraînement on peut rester en i2 la plupart du temps sur une montée de col.
C'est pour ça qu'il me paraît risqué de ne pas faire de dénivelé a l'entraînement pour préparer une épreuve de montagne. C'est un peu comme si a l'entraînement on ne faisait que nager et courir en respectant bien les intensités et le volume. Je ne suis pas sûre que le jour de la course on soit dans les meilleures dispositions pour pédaler...
Ce n'est que mon avis, peut être que je me trompe complètement hein 😉

Drancis Frake
Messages : 189
Enregistré le : 07 juin 2018 21:11

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par Drancis Frake » 22 avr. 2019 23:09

Bonsoir Gasoline

Que le vélo soit sur une surface horizontale ou sur une surface inclinée les membres inférieurs effectuent strictement le même mouvement, le pédalier tournant de la même manière. Sur le plan physiologique pour les muscles cela ne change rien.
"Faire du dénivelé" a un impact avant tout psychologique. Le problème est que l'on aborde une ascension dans le mauvais sens, c'est à dire que l'on cherche à aplanir la montagne en utilisant souvent les mauvais braquets (trop grands), c'est un peu comme ci nous cherchions à écraser la pente, à rendre la route horizontale, nous agissons de la même manière lorsque nous sommes confrontés à du vent de face, alors qu'Éole comme Miss Geology auront toujours le dernier mot. Donc c'est à nous d'être humbles en nous adaptant à l'aide d'un choix judicieux de braquets qui correspondent à nos capacités.

La montagne s'est avant tout une histoire de braquet et nombreux sont les triathlètes qui devraient rouler avec un pédalier triple plateaux, quoique aujourd'hui avec les cassettes 11 et 12 pignons il y a de quoi faire !

En course à pied c'est très différents puisque c'est notre foulée qui doit s'adapter, nos appuis sont également différents et en descente les muscles qui, sur le plat ou sur une ascension servent à pousser, agissent alors en sens inverse, ils doivent nous retenir.

francky48
Messages : 2661
Enregistré le : 26 nov. 2008 16:21

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par francky48 » 23 avr. 2019 06:56

Merci pour ta réponse c'est beaucoup plus clair maintenant.
USAT a écrit :
22 avr. 2019 18:36
Auj j'avais envie de faire 3 fois la montée du coin soit entre 7 et 8', à 340 watts, soit équivalent de la valeur cp20 en forme. Bon ben je pouvais pas, je me suis rabattu sur 320 puis 310. C'est surement parce qu'en ce moment mon cp20 est plus bas ( pour x raisons ) et que ces valeurs de 310/320 collent plus à la réalité actuelle qu'à la valeur d'un cp20 en forme.
J'avais vu ta séance sur Strava. J'espère pour toi que tu vas pouvoir retrouver ton niveau mais surtout que tu vas enfin trouver une solution à tes problèmes :wink:

USAT
Messages : 2587
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par USAT » 23 avr. 2019 10:54

francky48 a écrit :
23 avr. 2019 06:56
Merci pour ta réponse c'est beaucoup plus clair maintenant.
USAT a écrit :
22 avr. 2019 18:36
Auj j'avais envie de faire 3 fois la montée du coin soit entre 7 et 8', à 340 watts, soit équivalent de la valeur cp20 en forme. Bon ben je pouvais pas, je me suis rabattu sur 320 puis 310. C'est surement parce qu'en ce moment mon cp20 est plus bas ( pour x raisons ) et que ces valeurs de 310/320 collent plus à la réalité actuelle qu'à la valeur d'un cp20 en forme.
J'avais vu ta séance sur Strava. J'espère pour toi que tu vas pouvoir retrouver ton niveau mais surtout que tu vas enfin trouver une solution à tes problèmes :wink:
Merci. ça va mieux merci, je croise les doigts. :) pour le niveau c'est anecdotique, c'est juste plaisant d'être à l'aise qd on s’entraîne :wink: .

USAT
Messages : 2587
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par USAT » 23 avr. 2019 11:18

Drancis Frake a écrit :
22 avr. 2019 23:09
Bonsoir Gasoline

Que le vélo soit sur une surface horizontale ou sur une surface inclinée les membres inférieurs effectuent strictement le même mouvement, le pédalier tournant de la même manière. Sur le plan physiologique pour les muscles cela ne change rien.
"Faire du dénivelé" a un impact avant tout psychologique. Le problème est que l'on aborde une ascension dans le mauvais sens, c'est à dire que l'on cherche à aplanir la montagne en utilisant souvent les mauvais braquets (trop grands), c'est un peu comme ci nous cherchions à écraser la pente, à rendre la route horizontale, nous agissons de la même manière lorsque nous sommes confrontés à du vent de face, alors qu'Éole comme Miss Geology auront toujours le dernier mot. Donc c'est à nous d'être humbles en nous adaptant à l'aide d'un choix judicieux de braquets qui correspondent à nos capacités.

La montagne s'est avant tout une histoire de braquet et nombreux sont les triathlètes qui devraient rouler avec un pédalier triple plateaux, quoique aujourd'hui avec les cassettes 11 et 12 pignons il y a de quoi faire !

En course à pied c'est très différents puisque c'est notre foulée qui doit s'adapter, nos appuis sont également différents et en descente les muscles qui, sur le plat ou sur une ascension servent à pousser, agissent alors en sens inverse, ils doivent nous retenir.
Pour l'histoire de D+ ou du vent de face totalement d'accord, ainsi que pour les braquets. Idéalement les cols doivent se monter en i2. pas évident quand ça dépasse le 6%. Enfin..faut juste le braquet adapté.

Ce qui me fait rie c'est quand on dit : le col le plus dur de truc muche etc. le plus dur? juste parce que le braquet est pas adapté. On pourrait pinailler sur la longueur du col en km qui créé une vraie difficulté à un col, mais sur la pente, ça n'a pas vraiment de sens.


Pour la coté biomécanique du pédalage en montée, pas d'accord, enfin en partie en désaccord. le coup de pédale en montée est différent que sur le plat. un bon exemple est le fait qu on arrive a plus developper de watts en bosse sur le plat. parce qu'on sollicite plus de fibres, il n'y a pas de temps mort ; sur le plat on appuie, on écrase les pédales, et le tirage est délaissé ; en cotes, tu vas pédaler plus rond, les muscles qui sur le plat sont moins sollicités, le seront d'avantage en bosse. Le graal étant de pouvoir avoir le même coup de pédales sur le plat qu'en bosse. Très peu y'arrivent.

FAYARD
Messages : 21125
Enregistré le : 18 juin 2007 08:53

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par FAYARD » 23 avr. 2019 11:44

USAT a écrit :
23 avr. 2019 11:18
Drancis Frake a écrit :
22 avr. 2019 23:09
Bonsoir Gasoline

Que le vélo soit sur une surface horizontale ou sur une surface inclinée les membres inférieurs effectuent strictement le même mouvement, le pédalier tournant de la même manière. Sur le plan physiologique pour les muscles cela ne change rien.
"Faire du dénivelé" a un impact avant tout psychologique. Le problème est que l'on aborde une ascension dans le mauvais sens, c'est à dire que l'on cherche à aplanir la montagne en utilisant souvent les mauvais braquets (trop grands), c'est un peu comme ci nous cherchions à écraser la pente, à rendre la route horizontale, nous agissons de la même manière lorsque nous sommes confrontés à du vent de face, alors qu'Éole comme Miss Geology auront toujours le dernier mot. Donc c'est à nous d'être humbles en nous adaptant à l'aide d'un choix judicieux de braquets qui correspondent à nos capacités.

La montagne s'est avant tout une histoire de braquet et nombreux sont les triathlètes qui devraient rouler avec un pédalier triple plateaux, quoique aujourd'hui avec les cassettes 11 et 12 pignons il y a de quoi faire !

En course à pied c'est très différents puisque c'est notre foulée qui doit s'adapter, nos appuis sont également différents et en descente les muscles qui, sur le plat ou sur une ascension servent à pousser, agissent alors en sens inverse, ils doivent nous retenir.
Pour l'histoire de D+ ou du vent de face totalement d'accord, ainsi que pour les braquets. Idéalement les cols doivent se monter en i2. pas évident quand ça dépasse le 6%. Enfin..faut juste le braquet adapté.

Ce qui me fait rie c'est quand on dit : le col le plus dur de truc muche etc. le plus dur? juste parce que le braquet est pas adapté. On pourrait pinailler sur la longueur du col en km qui créé une vraie difficulté à un col, mais sur la pente, ça n'a pas vraiment de sens.


Pour la coté biomécanique du pédalage en montée, pas d'accord, enfin en partie en désaccord. le coup de pédale en montée est différent que sur le plat. un bon exemple est le fait qu on arrive a plus developper de watts en bosse sur le plat. parce qu'on sollicite plus de fibres, il n'y a pas de temps mort ; sur le plat on appuie, on écrase les pédales, et le tirage est délaissé ; en cotes, tu vas pédaler plus rond, les muscles qui sur le plat sont moins sollicités, le seront d'avantage en bosse. Le graal étant de pouvoir avoir le même coup de pédales sur le plat qu'en bosse. Très peu y'arrivent.
Tu as des cols où tu n’as jamais de temps mort, très peu de virage pour te refaire la cerise et où la pente est toujours très raide. Et puis tout le monde n’a pas envie d’avoir une chappe longue et d’installer une couronne de 32 pour faire un col par an donc forcément quand la pente dépasse les 10% ben tu trouves cela très dur...et puis tu as aussi les conditions climatiques, l’exposition de la pente, le ventoux peut être un enfer si le mistral se met à souffler. Perso c’est pas vraiment la longueur du col qui est importante, mais les pourcentages de la pente.
Clermont en finale du Top 14 :sm2: :sm2:

Bikoon
Messages : 52
Enregistré le : 09 janv. 2017 11:03

Re: Combien de km faut-il avoir dans les jambes pour atteindre un "bon" niveau vélo

Message non lu par Bikoon » 23 avr. 2019 13:48

raoul a écrit :
17 avr. 2019 19:19
Ça me paraît impossible de faire 214 watts de moyenne pour un FTP de 220 watts et des parties en i1...

Refais tous tes tests et suis exactement le protocole. Tes FTP et PMA doivent être plus élevée. Ça te fera une bonne surprise !

Parce que 214 watts de moyenne pour 1h41 avec les descente et du i1... Impossible c'est sûr ! Ta FTP est clairement sous-estimée.
Merci Raoul pour ta réponse !
Je vais donc tâcher de suivre un protocole de test qui tienne la route :roll:
[pour info, sortie hier 49km, 250D+, 1h27, 221w de moyenne :wink: ]

Je vous tiendrai au jus !
...de retour au triple effort en 2017 après une pause de 17 ans 8)

Répondre