embrunman 2019

Annonces, infos, résultats et lives sur toutes les courses! Vos comptes rendus de courses sont aussi les bienvenus!
Seillonaz
Messages : 152
Enregistré le : 18 janv. 2018 22:12

Re: embrunman 2019

Message non lu par Seillonaz » 14 sept. 2018 12:25

Tu as raison cairo88
Il n’y a pas de performance maximale lorsque la contrainte est trop élevée
Il y a performance maximale lorsque l’équilibre entre le plaisir et la contrainte est optimal

Code : Tout sélectionner

https://www.fredericgrappe.com/wp-content/uploads/2013/09/Framework-training-process.pdf
page94

cairo88
Messages : 144
Enregistré le : 12 mars 2013 15:18

Re: embrunman 2019

Message non lu par cairo88 » 14 sept. 2018 14:55

Seillonaz a écrit :
14 sept. 2018 12:25
Tu as raison cairo88
Il n’y a pas de performance maximale lorsque la contrainte est trop élevée
Il y a performance maximale lorsque l’équilibre entre le plaisir et la contrainte est optimal

Code : Tout sélectionner

https://www.fredericgrappe.com/wp-content/uploads/2013/09/Framework-training-process.pdf
page94
J'ai conscience de ne pas avoir de compétences incroyables mais je prend un plaisir inouie avec ce sport, c'est ben l'essentielle

Gadagne
Messages : 5325
Enregistré le : 02 juin 2015 14:28

Re: embrunman 2019

Message non lu par Gadagne » 15 sept. 2018 15:27

C'est pour ça que tu veux que ça dure si longtemps ? :lol:

yoann-51
Messages : 3689
Enregistré le : 22 nov. 2007 12:19

Re: embrunman 2019

Message non lu par yoann-51 » 15 sept. 2018 16:25

yoyo73 a écrit :
13 sept. 2018 17:51
Les Vosges c'est top pour préparer Embrun. Pleins de petits cols bien casse pattes. C'est sur que l'hiver est un peu rude. Faut mieux aller rouler dans la plaine d'Alsace où l'ont trouve un froid sec. Te prends pas trop la tête pour la prépa. A part pour les cakes devant Embrun c'est une "rando-course" où tu cours le marathon pas bien vite. Les limitations sur cette course sont plutôt "musculaires". Donc travaille ce paramètre avec des enchaînements course à pied après le vélo, des sorties courses à pied avec dénivelée (travail de l'endurance de force) et si tu es limité par le temps des enchaînements 2hvélo-muscu-course. Muscu c'est pas forcément en salle tu peux faire pleins d'exercices en nature (Squat, fentes, chaises,...)
Dans les Vosges tu peux aussi faire du ski de fond, c'est très bien pour la caisse, mieux que de rouler dans le froid....
Le sport va chercher
la peur pour la dominer,
la fatigue pour en triompher,
la difficulté pour la vaincre. P de Coubertin

cairo88
Messages : 144
Enregistré le : 12 mars 2013 15:18

Re: embrunman 2019

Message non lu par cairo88 » 15 sept. 2018 19:16

yoann-51 a écrit :
15 sept. 2018 16:25
yoyo73 a écrit :
13 sept. 2018 17:51
Les Vosges c'est top pour préparer Embrun. Pleins de petits cols bien casse pattes. C'est sur que l'hiver est un peu rude. Faut mieux aller rouler dans la plaine d'Alsace où l'ont trouve un froid sec. Te prends pas trop la tête pour la prépa. A part pour les cakes devant Embrun c'est une "rando-course" où tu cours le marathon pas bien vite. Les limitations sur cette course sont plutôt "musculaires". Donc travaille ce paramètre avec des enchaînements course à pied après le vélo, des sorties courses à pied avec dénivelée (travail de l'endurance de force) et si tu es limité par le temps des enchaînements 2hvélo-muscu-course. Muscu c'est pas forcément en salle tu peux faire pleins d'exercices en nature (Squat, fentes, chaises,...)
Dans les Vosges tu peux aussi faire du ski de fond, c'est très bien pour la caisse, mieux que de rouler dans le froid....
Oui clairement et puis ca évite la lassitude.

Drancis Frake
Messages : 98
Enregistré le : 07 juin 2018 21:11

Re: embrunman 2019

Message non lu par Drancis Frake » 22 sept. 2018 21:04

Bonsoir Cairo88

Je suis d'accord avec Gadagne. Si c'est pour envisager ta course en te fixant comme objectifs de tels chronos autant la faire en mode off. Tu aborderas alors les parcours sans pression, à ton rythme sans avoir à te poser la question des barrières horaires, des ravitaillements, etc. Si tu as une compagne elle pourra te suivre et te faire un câlin au passage. Certes tu n'auras pas de tee-shirt finisher et de médaille à la fin avec lesquels te pavaner mais tu auras au moins fait des économies.

Celui qui dit qu'il y va juste pour finir je le trouve inintéressant, fade. Chez eux où est le plaisir d'avoir des bonnes sensations en course, de s'éclater dans l'effort, le plaisir d'avoir construit ou simplement vécu son entraînement avec passion. "Finir !" Quelle misère émotionnelle s'il ne reste rien de plaisant de ce qui s'est passé avant. "Je veux juste finir". Rien qu'en prononçant cette phrase je suis déprimé, j'ai une sensation de vide. C'est comme ses femmes qui sont obsédées par l'idée d'avoir un enfant. "Je veux un enfant", beaucoup oublient que ce sera encore mieux si elles en ont un avec un homme aimé (et tant qu'à faire aimant) et que cette relation doit se construire, et cette construction peut-être elle-même palpitante car pas toujours simple, tant qu'à faire. De l'émotion ou rien, bordel !

Tu abordes la course dans le mauvais sens. Les pionniers qui ont gravi les premiers l'Everest ne se sont pas dits : « Nous allons y arriver en tant de jours et tant d'heures », ils se sont dits : « Nous voulons atteindre le sommet ! ». Là ils se sont posés la question : « Comment ? » Il y a eu des échecs, ils s'y sont repris à plusieurs fois et ont fini par réussir.

Pour un triathlète c'est la même chose. Tu n'as jamais participer à un Ironman et encore moins, donc, à l'Embruman, alors poses toi la question du : « Comment y arriver ? » Les chronos, tu n'y penses pas.
Heureusement pour tous les débutants, le chemin a été largement défriché (et c'est à se demander si certains l'ont compris, les idées reçues ont encore de l'avenir...). Qu'en ressort-il ? Qu'il faut s'entraîner comme un branque ou insuffisamment (avec le risque d'y laisser des plumes au niveau de sa santé) pour passer la ligne d'arrivée à la limite des délais. Il y a des fondamentaux largement éprouvés qui sont valables pour tous les types de courses. L'Embrunman s'aborde comme tous les Ironmans : du kilomètre avant tout (et pas forcément plus qu'un IM « roulant ») en endurance fondamentale et au moins des séances au seuil lactique pour optimiser ta consommation d'énergie. Le reste, à la limite, tu peux t'en passer, c'est à dire VMA, PMA, etc.

Tu es à 11 mois de l'échéance, tu as largement le temps (3 à 4 mois) de te préparer techniquement que ce soit en natation, à vélo et en CP. Ensuite tu pourras éventuellement travailler ta vitesse et ta puissance mais tu devras impérativement accumuler de la borne en endurance à moins d'avoir des aptitudes exceptionnelles.
Tu as largement le temps de planifier ton entraînement en fonction de tes disponibilités. Si tu ne sais pas le faire trouves toi un coach ou plonges toi dans les bouquins et les magasines, il y a de quoi faire aujourd'hui.

Le but de l'entraînement est de se préparer physiquement et aussi de se rassurer mentalement pour le jour J en se disant : « Je sais que j'ai fait l'essentiel, donc tout se passera bien et je passerais l'arrivée avec un méga-sourire (et avec des chronos qui te surprendront certainement). ».
N'écoutes pas ceux qui te disent de bouffer du dénivelé, penses fondamentaux. Construis toi ton expérience. Faire un tour en montagne quelques semaines avant l'échéance peux rassurer mentalement, de découvrir à quoi ressemble l'ascension d'un col et y apprendre à gérer ton effort, permet d'optimiser ses développements, de régler sa position à vélo, de découvrir des sensations en cote que ce soit à pied ou à vélo. Il y a un tas de choses que l'on peut faire en plus pour sa préparation mais dont on peut se passer, elles dépendent surtout du temps disponible, de son lieu d'habitation, de ses moyens financiers, etc.

Pas besoin de se bouffer des transitions comme prescrit plus haut, si tu abordes ton marathon à 10 km/h ou moins elle ne sont pas indispensables. Il compte d'abord de descendre du vélo en étant « frais ».

Il faut être conscient qu'au niveau de la plupart des amateurs que nous sommes, même si nous sommes entrain de participer à une course, nous sommes rapidement et principalement en lutte avec nous même, ce que font les autres on n'y pense peu, du moins j'encourage à être focalisé sur soi et ses sensations. Seuls les cadors sont en mesure de se soucier du classement. L'avantage de participer à une course c'est l'ambiance, le public, il y a une date butée qui nous oblige à réfléchir à notre préparation, à la construire.La préparation est un challenge en soi et c'est ce qui rend le tout intéressant.

J'ai beaucoup aimé l'interview d'Yves Cordier après son abandon.Il ne s'est pas caché derrière des excuses bidons, il a reconnu qu'il sentait qu'en cherchant à aller plus loin il se ferait plus de mal qu'autre chose au dépend du plaisir d'être là. Il ne s'était pas suffisamment préparé. Il n'y a pas de plaisir sans une préparation suffisante, une médaille et un tee-shirt ne remplacent pas le plaisir d'avoir de bonnes sensations en course.

W.

Gadagne
Messages : 5325
Enregistré le : 02 juin 2015 14:28

Re: embrunman 2019

Message non lu par Gadagne » 22 sept. 2018 21:58

Descendre du velo en étant frais :?: :?: :?: :?: :?: :?: Pour l avoir fait 5 fois , à la pose du velo j en pouvais plus, et l année où je fais 8ième je suis sur ma chaise ,à la transition,fini, mort, rincé et Braziou me gueule dessus que devant les autres sont rôtis, plus un autre pote qui m insulte comme une merde, et je vois ma mother.......

C’est aussi beaucoup au mental une fois que le travail en amont est fait :idea:

kestrel
Messages : 709
Enregistré le : 13 sept. 2011 16:30
Localisation : Pays Basque

Re: embrunman 2019

Message non lu par kestrel » 23 sept. 2018 12:02

cairo88 a écrit :
13 sept. 2018 20:56
Gadagne a écrit :
13 sept. 2018 18:17
5h30 c'est ton "objectif" ?Arrête même une mamie asthmatique ferait mieux, un peu d'ambitions, c'est de la marche là :idea:
Je n’ai jamais couru un marathon en triathlon alors oui je préfère jouer la sécurité mais j’ai bien compris que pour toi c’était un niveau pas terrible mais j’assume de viser La finish Line et pas plus haut, chacun ses objectifs et quoi qu’il arrive je compte y aller et prendre un pied d’enfer...
Tu as raison si tu as envie de le faire, fais-le quelque soit ton objectif car c'est ton objectif.
N'écoute pas les donneurs de leçons qui ne sont souvent que des champions du monde de leur quartier et qui de toute façon n'auront pas la même vision de l'effort que toi.
Bonne préparation

Drancis Frake
Messages : 98
Enregistré le : 07 juin 2018 21:11

Re: embrunman 2019

Message non lu par Drancis Frake » 23 sept. 2018 13:55

Gadagne a écrit :
22 sept. 2018 21:58
Descendre du velo en étant frais :?: :?: :?: :?: :?: :?: Pour l avoir fait 5 fois , à la pose du velo j en pouvais plus, et l année où je fais 8ième je suis sur ma chaise ,à la transition,fini, mort, rincé et Braziou me gueule dessus que devant les autres sont rôtis, plus un autre pote qui m insulte comme une merde, et je vois ma mother.......

C’est aussi beaucoup au mental une fois que le travail en amont est fait :idea:
Hello Gadagne

J'aurais du mettre frais entre guillemets. Je l'ai également terminé 4 fois et une année j'ai tenté de diminuer mon kilométrage à l'entraînement et je l'ai senti passé, je n'avais pas l'aisance des autres années, le juge avait été l'ascension vers Chalvet. J'ai un niveau global très inférieur au tien mais à vélo je m'en sors très bien, donc je m'exprime en connaissance de cause.
Il est évident que le mental est primordial. J'en ai vu avec de très bons niveaux à l'entraînement se ramasser complètement en course. :wink:

W.

cairo88
Messages : 144
Enregistré le : 12 mars 2013 15:18

Re: embrunman 2019

Message non lu par cairo88 » 23 sept. 2018 18:05

Merci pour vos retours en tout cas. Et oui, j'ai bien conscience que s'aligner sur une telle course et ambitionner simplement dans les délais peut paraître fade et pourrais se faire en off. Je ne cours ni pour un tee shirt ou une quelconque médaille, je cours pour moi même et m'inscrire me donne un objectif daté, stimulant et accompagné.
Visiblement il faut borner, borner et encore borner. J'adore cela donc je vais et je m'y attelle déjà, c'est plus le climat des Vosges jusque fin Mars qui me fait un peu peur mais bon, se tenir à un objectif m'aidera surement à braver le froid.
Bravo à toi qui fais 8éme, je respecte beaucoup cette performance mais pour autant, nous ne jouons clairement pas dans la même cours et bien que je comprenne que mon objectif te paraisse déplorable, je pense que chacun ses ambitions, finalement premiers ou derniers nous avons en commun l'amour du sport et c'est pas mal déjà....

Drancis Frake
Messages : 98
Enregistré le : 07 juin 2018 21:11

Re: embrunman 2019

Message non lu par Drancis Frake » 23 sept. 2018 19:27

kestrel a écrit :
23 sept. 2018 12:02
cairo88 a écrit :
13 sept. 2018 20:56
Gadagne a écrit :
13 sept. 2018 18:17
5h30 c'est ton "objectif" ?Arrête même une mamie asthmatique ferait mieux, un peu d'ambitions, c'est de la marche là :idea:
Je n’ai jamais couru un marathon en triathlon alors oui je préfère jouer la sécurité mais j’ai bien compris que pour toi c’était un niveau pas terrible mais j’assume de viser La finish Line et pas plus haut, chacun ses objectifs et quoi qu’il arrive je compte y aller et prendre un pied d’enfer...
Tu as raison si tu as envie de le faire, fais-le quelque soit ton objectif car c'est ton objectif.
N'écoute pas les donneurs de leçons qui ne sont souvent que des champions du monde de leur quartier et qui de toute façon n'auront pas la même vision de l'effort que toi.
Bonne préparation
Bonsoir Kestrel

Au lieu de qualifier certains intervenants de  donneurs de leçons tu as tout à fait le droit de faire part de ton expérience et je pense que c'est ce que Cairo88 attend. En ce qui me concerne je cherche à faire profiter au mieux de la mienne et comme je me sens visé par ton commentaire je vais ajouter un élément important à mes yeux qui justifie un propos et une démarche que je prends à cœur.

En 1999 j'étais dans la même situation que Cairo88, je participais à mon premier Embrunman et par la même occasion à mon premier triathlon au format Ironman. J'étais totalement novice concernant l'entraînement, je m'étais juste nourri de quelques infos glanées dans les magazines. Bref ! J'improvisais et ceux que j'accompagnais avaient plus d'expérience que moi et pourtant n'en savaient guère plus sur l'entraînement.

Je termine avec un chrono plus que convenable pour un débutant qui n'a pas de qualités physiques exceptionnelles. Mais il y a un problème, le lendemain de la course mon cœur danse le Rock'n Roll. Il « cogne » ! Depuis ce jour ce phénomène se produit dès que je suis très fatigué ou contrarié. Dès cet instant j'aurais pu me dire : « Oh, là, là, le triathlon c'est dangereux, j'arrête et je fais du prosélytisme pour en décourager la pratique ». Au contraire, j'ai continué à pratiquer, je me suis (et je continue) à m'intéresser à la physiologie et mes résultats ont progressé. Les tests d'efforts et des examens approfondis n'ont rien révélé d'anormal, je me suis même rendu compte qu'avec une meilleure préparation le phénomène n’apparaît pas et lors de ma dernière participation à l'Embrunman j'ai très vite récupéré.

Cela fait 35 ans que je fais du sport régulièrement, et l'idée de base est d'en faire pour rester en « bonne santé », jamais je ne terminerais une course en rampant ou à la limite de m’effondrer, je préfère abandonner et cela m'est déjà arrivé.

Mon cas est peut-être particulier et d'autres personnes ne rencontreront certainement jamais ce problème, malgré cela quand j'interviens sur le forum, ou quand j’entraînais un peu, ma préoccupation première est la santé de la personne. Je ne suis guère enthousiaste à l'idée de voir une personne participer à un Ironman, d'autant plus à l'Embrunman, insuffisamment préparée. Je ne vais pas la décourager ou lui dire « vas-y comme tu le sens », je vais faire de mon mieux pour que cela se passe bien pour elle.
Construire son entraînement est important, ce ne sont pas des conseils glanés par-ci et par-là qui sont mis dans un chapeau et que l'on tire au sort au fil des jours. Je n'aime pas ces conseils qui sont donnés en vrac et qui n'entre pas dans une construction globale. On peut faire des écarts à l'occasion pendant sa préparation pour rompre la routine mais il faut conserver une ligne directrice au risque d'aller droit dans le mur.

Mais Cairo88 a la liberté de choix, à la fin c'est lui qui choisi.

W.

chocho
Messages : 1807
Enregistré le : 12 nov. 2004 18:17
Localisation : COUTRAS USAT.

Re: embrunman 2019

Message non lu par chocho » 23 sept. 2018 19:49

Gadagne a écrit :
22 sept. 2018 21:58
Descendre du velo en étant frais :?: :?: :?: :?: :?: :?: Pour l avoir fait 5 fois , à la pose du velo j en pouvais plus, et l année où je fais 8ième je suis sur ma chaise ,à la transition,fini, mort, rincé et Braziou me gueule dessus que devant les autres sont rôtis, plus un autre pote qui m insulte comme une merde, et je vois ma mother.......

C’est aussi beaucoup au mental une fois que le travail en amont est fait :idea:

Pas si facile que cela la ballade/randonnée :!:
2018 :


FRENCHMAN

Half Royan

Tung
Messages : 2086
Enregistré le : 05 sept. 2014 14:54

Re: embrunman 2019

Message non lu par Tung » 23 sept. 2018 20:16

drake = yahourtnature ou quoi ????

fred39
Messages : 76
Enregistré le : 11 mai 2015 23:58
Localisation : Lons le Saunier
Contact :

Re: embrunman 2019

Message non lu par fred39 » 24 sept. 2018 20:37

J'ai fait cette année mon premier Embrun manque qui était aussi mon premier Ironman.

Je confirme que le niveau de préparation est vraiment important pour une épreuve de se calibre. Mais dans mon cas,je ne peux pas construire ou suivre un vrai plan d'entraînement car le travail prime sur le sport et mes semaines sont d'environ 70h, WE compris et pas de vacances depuis Fervier. Mais heureusement j'arrive à voler 12h à grand maxi 15h de sport par semaine avec un gros bloc le jeudi après-midi (seule vrai 1/2 journée libre ou je fait souvent 5h avec les 3 disciplines au programme et dans l'ordre). Et bien je m'en suis plutôt bien sorti et fais un temps inférieur à mon objectif, mais pas sans galère suite à une mauvaise gestion de mon alimentation et hydratation pendant le vélo.
Par bonheur j'avais pu prendre 3j en Juillet pour reconnaître le parcours vélo, que j'ai fait en totalité suivit d'1 boucle de la CAP . Et bien cela fut salvateur, car je pense que j'aurai abandonné dans la montée de Chalvet si je n'avais pas du que cette terrible dernière côte, allais se terminer bientôt.
Donc ce que je tire de mon expérience est que le volume prime sur l'organisation, mais faire attention aussi à la qualité des entrainements, perso c'est la CAP qui m'a permis de faire un temps correct, cela je pense suite à 2 séances clés que j'ai rarement raté: une de fractionné (40mn) et une de petite côtes (40mn). Ceci avec un volume faible car la 3ème séance était une course de 1h30 à 2h grand maxi et en trail.
Pour le vélo, très peu de fractionné pure, car je trouve cela difficile à organiser, en dehors du Home trainer l'hiver. Et comme je n'ai pas de vrai bonne côte à proximité (dans mon bas Jura: pas de gros dénivélé) je fait souvent 3 fois 2km à 10%. Et une grosse sortie de 2h30 à 4h, en endurance.
Pour la nat: entraînement club, 2 à 3 fois 1h15.

Je précise que pour moi aussi sortir sans être démoli est primordial, car je dois retravailler le surlendemain et souvent grosse journée à la clé suite à 3j d'absence.

Donc dans ton cas, rien d'impossible et garde des objectifs modestes cela évite la pression, qui ajoute à la fatigue

Et surtout prend plaisir à ce bel objectif, qui fera de toi un Ironman et cela va t'apporter beaucoup de satisfaction. Tu te verras différemment et les autres aussi.
C'est ce que j'ai vécu et c'était une vraie surprise, ou cerise sur le gâteau venant récompensé de longs mois de prépa.*

PS: je ne donne de leçon à personne, car je n'en ai pas les qualités

IRONMAN04
Messages : 991
Enregistré le : 09 août 2015 18:48

Re: embrunman 2019

Message non lu par IRONMAN04 » 25 sept. 2018 07:39

Salut fred39,
Témoignage du triathlete type qui doit concilier boulot,,,,, et sport passion, pas facile... Mais l’on voit que le plaisir qui en est retiré n’en est pas plus petit, bien au contraire et le chrono ne fait pas tout heureusement...
Ça me rappelle les débuts du triathlon,,,, en tous cas de ma pratique avant de se mettre un « peu pression » pour un classement GA ou la lutte contre le temps qui passe....
Prendre du plaisir avant de regarder son temps sous la ligne d’arrivee........ et quelquefois avoir de belles surprises.. :lol:
Bel état d’esprit.... bonne continuation.... :wink:
Ciao

Répondre