Comparatif 2018 boissons d'effort par Nicolas Aubineau...

Quoi manger? Quoi boire?
Avatar de l’utilisateur
Jaginho
Messages : 2412
Enregistré le : 14 nov. 2009 11:29

Re: Comparatif 2018 boissons d'effort par Nicolas Aubineau...

Message non lu par Jaginho » 21 févr. 2018 12:02

Christian Robin a écrit :
21 févr. 2018 11:52
Jaginho, je ne retiens de tes délires qu'une phrase, coupée de son contexte certes, mais qui te résume bien: [b]"Honnêtement, je n'y pipe rien "[/b]
je crois que c'est là ton problème.....
Si Nicolas Aubineau a quelque chose à me dire, je pense qu'il peut se passer d'un justicier.
C'est un nutritionniste reconnu et que je reconnais, son comparatif entre les boissons est intéressant en lui même. Ce que je récuse, c'est son échelle de notation, fondamentalement clivante.
Adieu à toi
Je retourne dans mon petit univers de frustré socialement.... :D
Dommage j'avais soulevé qques questions concrètes avec une mise en avant de tes contradictions... La critique est tjs facile surtout en balançant de grosses conneries avec des exemples qui n'ont ni queues ni têtes. Quant à Nicolas Aubineau, je pense que sa réponse est claire même si encore une fois, tu la lis sans vouloir la comprendre.

Tu as raison, isole les phrases, je pense que c'est ta seule porte de sortie, ciao mec
« L'entraineur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire. » (John Kessel)

Frank
Messages : 2779
Enregistré le : 08 août 2009 18:05
Localisation : Var

Re: Comparatif 2018 boissons d'effort par Nicolas Aubineau...

Message non lu par Frank » 01 mars 2018 18:32

Bonjour !

Ce comparatif de boissons m’a beaucoup intéressé, bien que je n’ai pas grande compétence en nutrition sportive, juste quelques bases. Détailler la composition de plus de 40 boissons est un travail conséquent et sûrement fastidieux, qu’il faut reconnaître.

Néanmoins je rejoins pour une partie l'avis de Christian Robin: le caractère très discriminant du classement découlant de ce « dépouillage » m’interpelle, car jetant le discrédit sur plusieurs boissons : comment accorder confiance à un produit noté à 5 ou 6 sur 20, voire moins ? Combien aurait été noté un produit inadapté au sport, voire carrément mauvais pour la santé ?

Ensuite, un descriptif même précis et fouillé est à mes yeux insuffisant pour ensuite prétendre classer. C’est comme si l’Acheteur Cycliste classait 40 vélos après en avoir uniquement énuméré et comparé les composants, et en ayant décrété que « Campa c’est mieux que Shim » ou que « alu haut de gamme c’est mieux que titane ». Si l'on veut noter et classer, il faut aussi essayer.

Par ailleurs, comment comparer des boissons aussi différentes (l’une d’entre elles est définie comme un complément alimentaire, d’ailleurs) ayant pour certaines des apports d’origine naturelle tandis que d’autres chimique, et en occultant le fait que pour certains utilisateurs le conditionnement du produit est un facteur important (transport, stockage) mais engendre un surcoût? Je sais que certains éléments d’une boisson s’oxydent en quelques jours après ouverture du pot (la vitamine C, notamment).

De plus, il n’est nulle part fait allusion à l’utilisation de la boisson, qui permettrait une notation bien plus objective : une boisson de qualité et adaptée avec tout ce qu’il faut dedans ok, mais pour quelles conditions d’utilisation (chaudes, froides), pour quel athlète (vieux, jeune, sensible du ventre à l’effort), pour quelle gestion alimentaire de la course (apport solide supplémentaire ou pas) ??? Quid de l’osmolarité et de la tolérance (PH) des boisson au dosage recommandé dans ce tableau ???

Enfin, je remarque que ma boisson habituelle est très mal notée sur ce comparatif. Je n’ai pas de parts chez eux aussi ne la nommerai-je pas, mais je remarque sur le tableau qu’elle ne contiendrait pas assez de sucres (le « s » c’est exprès car il y en a plusieurs en fait, assimilables jusqu’à 80 mn, c’est pour cela que je l’utilise avec bonheur depuis presque 8 ans). C’est pourtant bien indiqué 19g (donc 38g par litre) sur la boîte, l’auteur du comparatif a donc mal lu (ou en tout cas mal interprété la présence des sucres puisque les lignes qui suivent prouvent qu’il y en a suffisamment), et de fait a pénalisé cette boisson. S’il y a une erreur ou une interprétation hasardeuse du dosage des composants sur la boisson que j’utilise, il y en a peut-être sur d’autres boissons figurant sur ce tableau.
L’auteur, qui indique sur son site www.nicolas-aubineau appartenir à la SNFS (société française de nutrition du sport), recommande sur cecomparatif des apports glucidiques qui sont différents de ceux d’un rapport datant de 2015 de cette même organisation, qui précise en outre que cet apport diffère suivant la température de pratique sportive. Voici ce que dit ce rapport concernant les glucides :

« …/… Les recommandations européennes (SCF) préconisent des concentrations en glucides de 20g/l pour des conditions de pratique en ambiance chaude à 60g/l en ambiance froide (à intensité et durée égale) …/…»
Source :
Faculté de Médecine Pitié Salpetrière
91 Bd de l’Hôpital
75 013 Paris
www.sfns.fr
contact@sfns.fr
« Avis et recommandations de la SFNS, Sécurisation vis-à-vis du dopage, des boissons d’effort et de récupération consommées chez les sportifs » Avril 2015

Concernant l’apport glucidique, ce comparatif est donc au mieux tronqué voire arrangé, au pire faux, en tout cas incertain.
Je ne maîtrise pas suffisamment le sujet pour étayer une argumentation concernant les autres facteurs importants d’une boisson sportive, mais les glucides à eux seuls suffisent à créer un doute concernant ce tableau. Et si nous sommes plusieurs à soulever ce problème, c'est qu'il y a clairement de quoi s'interroger.
Il s’agit donc d’un comparatif très discriminant (c’est le choix de son auteur, admettons qu’il faille le respecter), mais hélas reposant sur des critères manquant d’objectivité et négligeant à mon avis des paramètres importants aux yeux des utilisateurs. De plus, des erreurs ou des pourcentages calculés viennent fausser la donne. Enfin, l’auteur s’y contredit concernant un aspect important voire essentiel d’une boisson sportive : les sucres.

Je continuerai à suivre ses publications avec intérêt, mais aussi une certaine distance, dorénavant, car un tel comparatif de données n’est pas un test, surtout si les données sont adaptées en pourcentages sur Dieu sait quelle base. Le vrai test, c’est l’utilisateur qui le réalise, je vais continuer à utiliser mon excellente boisson mal notée avec laquelle je me prépare, nage, roule et cours aussi bien que je récupère, et j’accorderai maintenant bien plus de crédit aux avis éclairés et argumentés de pratiquants expérimenté qu’à un tableau additionnant des données débouchant sur une note et un classement, y compris (et surtout) si ce dernier est rédigé par un « expert » probablement non pratiquant.

A+ !

Avatar de l’utilisateur
Thierry *OnlineTri*
Messages : 6455
Enregistré le : 09 déc. 2002 21:36
Localisation : Saint Herblain
Contact :

Re: Comparatif 2018 boissons d'effort par Nicolas Aubineau...

Message non lu par Thierry *OnlineTri* » 01 mars 2018 22:22

Tout cela est bien dit ;)

Il aurait été intéressante de voir comment la bière aurait été notée avec les critères utilisés. Suivant les marques on peut être dans les clous au niveau des glucides, du potassium, du magnésium, des vitamines B, ... :lol:

Bon point de noter l'influence de la chaleur... à mon avis ce qui change c'est la quantité de liquide que l'on boit. Forcement si l'on boit plus la concentration de glucides & cie devra être abaissée sous peine que la dose totale dépasse ce que notre organisme peut absorber durant l'effort (=> soucis gastriques!).

Il faut aussi prendre en compte si la boisson est prise de manière isolée ou non. Gel + boisson d'effort pris simultanément ne feront pas forcement bon ménage... Exclure ce paramètre dans les recommandations peut paraitre hasardeux.

Autre truc qui me vient à l'esprit : l'activité est aussi à prendre en compte, s'alimenter en cap n'est pas la même chose qu'en vélo la stratégie hydratation/nutrition évoluera donc au fil de la course (et de la fatigue aussi...).

Pour rendre la chose encore plus complexe sur une course en dehors des ravitos persos on est souvent limité à la boisson partenaire l'épreuve et si elle est préparée par des bénévoles la concentration est bien souvent aléatoire... :? Comment adapter sa stratégie? (personnellement pour mon prochain marathon ça sera d'emporter mes gels maisons et de ne prendre que de l'eau sur les ravitaillements...).

T.

Répondre