Entrainement force mentale

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
rombx
Messages : 68
Inscription : 23 août 2015 16:55

Entrainement force mentale

Message non lu par rombx »

Comme beaucoup d'entre vous le savent, la force mentale joue un rôle important dans les performances sportives, notamment en triathlon qui demande beaucoup de discipline à l'entrainement pour être régulier et progresser, et un mental d'acier pour ne rien lâcher sur les courses lorsque l'on est cramé en course à pied et que l'envie de marcher n'est plus très loin.

Lorsque l'on a une vie à cotés, on a des hauts, des bas, des moments de joies, des peines, du stress, des moments où l'on se sent fort et que l'on sait que l'on va tout déchirer à l'entrainement, et des moments où l'on pas envie de sortir mais on y va quand même parce que sans discipline l'on progresse pas. Et pendant ces sorties, on est bien à rien ! Cardio qui s'emballe, les jambes durent, l'envie de raccourcir le parcours et rentrer à la maison...

Le problème c'est quand cette sensation arrive le jour de la course, et résultat => contre perf, des temps moins bon qu'à l'entrainement.

Ma question est comment arrivez vous à travailler ce paramètre ? Est ce que certain mette en place une préparation mentale ? Méditation, coach mentale, exercices diverses et variés pour avoir la gniac, gerer son stress et ses émotions ?

Merci de partager vos conseils !

bnt734
Messages : 1550
Inscription : 31 mars 2016 09:21

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par bnt734 »

rombx a écrit :
23 août 2019 17:19
Le problème c'est quand cette sensation arrive le jour de la course, et résultat => contre perf, des temps moins bon qu'à l'entrainement.
Sur cet aspect je dirais que c'est plus la gestion du stress que la force mentale. La la sophro peut aider pour visualiser son effort, vivre ses transitions etc...

Et je ne suis pas trop d'accord sur le "notamment en triathlon". Bien sur que le mental est important pour aborder une competition avec un bon etat d'esprit mais par rapport à des sports de precisions (tirs...) ou bien les sports de combats, je ne considere pas la force mentale comme une cle de la reussite pour ce sport

bendufff
Messages : 1499
Inscription : 14 oct. 2010 17:18

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par bendufff »

Bah moi je suis peut-être simplet mais je fais du sport parce que j'aime bien ça 😊...

J'ai arrêté les compétitions de triathlon mais je pratique encore ces sports et fais des courses à pied. Et finalement, chaque sortie est un plaisir. Plaisir de prendre l'air, plaisir de découvrir, plaisir des sensations, plaisir de se dépasser... Franchement, entre les 3 sports et la multitude de variations possibles, je ne m'ennuie pas!

Du coup, aucune force mentale... Ah si, les périodes où je ne peux pas trop m'entraîner pour x raisons, là c'est relou😊

Faire un truc qu'on aime c'est cool pour un loisir...

USAT
Messages : 2750
Inscription : 11 nov. 2014 18:21

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par USAT »

tu as du arrivé complètement cuit le jour de tes courses en n'en faisant trop à l'entrainement par rapport à ta vie famille, boulot etc. S'entrainer a reculons, bof bof. la preuve tu arrives cuit a tes courses. difficile a tout gérer je te l'accorde.
Revois tes intensités et tes durées d'entrainement par rapport a ce que tu peux et tes capacités et ta vie en générale.

Sinon le " notamment en tri" est de trop à mon sens. Dans tous les sports, TOUS. et même pas que dans le sport, même les échecs demandent une très grande force mentale pour performer. En loisir...c'est à dire 99% d'entre nous, il faut avoir du recul et avoir du plaisir à y'aller. qd y'a plus le plaisir, faut poser des questions.

Rah12
Messages : 5
Inscription : 25 janv. 2020 01:19

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par Rah12 »

Alors là je suis content de tomber sur ce sujet car je pense qu'il est vraiment essentiel à la préparation. Pour ma part je pense que ce qui fait la différence dans les grandes performances sportives c'est la force mentale. Et quand l'on pense à tous les sportifs de très haut niveau, ils ont tous comme point commun d'avoir un mental très puissant. Du coup, voici mes quelques réflexions afin de se forger un bon mental
1/ Pour commencer, je dirais que le mental se forge par la discipline. Autrement dit, il faut s'habituer à être intransigeant lors de son entraînement. Se fixer des objetis précis et s'y tenir! Ne pas se donner des excuses pour dormir un peu plus, aller boire des coups avec des amis ou je ne sais quoi. C'est la discipline de travail, qui sur le long terme augmentera la force mentale et sera déterminante dans la performance.
2/ Pour accompagner la discipline, il peut être très utile de pratiquer des séances de méditation de pleine conscience. Cela permet de synchroniser le corps et l'esprit afin d'être pleinement présent. Au fil de la pratique, on apprend une forme de détachement des évènements mentaux qui nous encombrent quotidiennement. On se crée ainsi un espace de paix et d'amour à l'intérieur de soi. Cette pratique permet au fil du temps d'être plus ancré dans sa vie, d'avantage en phase avec la réalité, ce qui peut être d'une grande aide lors de performances sportives.
Personnellement je suis assez stressé de nature, et depuis que je pratique la méditation j'ai remarqué que mon rapport au stress avait beaucoup changé. Je me fais d'avantage confiance sur mes capacités. C'est aussi cela qu'apporte la pratique de la méditation je pense. Au fil du temps on apprend à faire confiance à ses propres capacités ce qui permet de mieux performer par la suite même dans les situations les plus extrêmes.. :D

rombx
Messages : 68
Inscription : 23 août 2015 16:55

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par rombx »

Merci pour ton retour Rah12, je suis totalement d'accord avec toi

shika
Messages : 2860
Inscription : 20 sept. 2015 14:51

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par shika »

Rah12 a écrit :
26 janv. 2020 00:07
Alors là je suis content de tomber sur ce sujet car je pense qu'il est vraiment essentiel à la préparation. Pour ma part je pense que ce qui fait la différence dans les grandes performances sportives c'est la force mentale. Et quand l'on pense à tous les sportifs de très haut niveau, ils ont tous comme point commun d'avoir un mental très puissant. Du coup, voici mes quelques réflexions afin de se forger un bon mental
1/ Pour commencer, je dirais que le mental se forge par la discipline. Autrement dit, il faut s'habituer à être intransigeant lors de son entraînement. Se fixer des objetis précis et s'y tenir! Ne pas se donner des excuses pour dormir un peu plus, aller boire des coups avec des amis ou je ne sais quoi. C'est la discipline de travail, qui sur le long terme augmentera la force mentale et sera déterminante dans la performance.
2/ Pour accompagner la discipline, il peut être très utile de pratiquer des séances de méditation de pleine conscience. Cela permet de synchroniser le corps et l'esprit afin d'être pleinement présent. Au fil de la pratique, on apprend une forme de détachement des évènements mentaux qui nous encombrent quotidiennement. On se crée ainsi un espace de paix et d'amour à l'intérieur de soi. Cette pratique permet au fil du temps d'être plus ancré dans sa vie, d'avantage en phase avec la réalité, ce qui peut être d'une grande aide lors de performances sportives.
Personnellement je suis assez stressé de nature, et depuis que je pratique la méditation j'ai remarqué que mon rapport au stress avait beaucoup changé. Je me fais d'avantage confiance sur mes capacités. C'est aussi cela qu'apporte la pratique de la méditation je pense. Au fil du temps on apprend à faire confiance à ses propres capacités ce qui permet de mieux performer par la suite même dans les situations les plus extrêmes.. :D
Ça sonne très bien mais dans la pratique je ne vois pas trop quels leviers on peut avoir. Quand je fais un test triangulaire même si j'y mets toute ma volonté quand j'explose ben y a rien que je puisse faire pour aller plus loin, vision tunnel, les jambes m'abandonnent et pouf c'est fini. De toutes façons ce genre de test se finit toujours par un échec donc l'objectif est de tenir le plus longtemps possible.
En course y a toujours un moment où j'ai un coup de mou, et pourtant j'ai toujours du jus pour coller un sprint sur la fin, ça prouve bien que c'est dans la tête. Je me dis que c'est une façon de me préserver, quand je calcule le temps qu'il reste je régule l'allure pour arriver au bout avec des sensations qui sont trompeuses. Du coup j'ai jamais vraiment explosé en course, c'est peut-être mieux ainsi, mais à un moment donné plus qu'un espace de sérénité je me dis qu'au contraire ce qu'il me faudrait c'est genre activer une sorte d'instinct de survie, genre comme un pitbull qui débarquerait au coin d'une rue. À un moment donné faudrait pouvoir débrancher le cerveau, plus qu'une question de confiance c'est une question de surpasser des limites qu'on peut se fixer de manière plus ou moins conscientes.
Intéressé pour avoir des pistes sur ce type de situations ;)

raoul
Messages : 2307
Inscription : 20 avr. 2004 22:11

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par raoul »

Pour moi cela se travaille à l'entraînement tout simplement en fonction du problème rencontré. Quel est ton souci précisément ?

A te lire on dirait que c'est la baisse de motivation non ?

La 2ème question serait pourquoi fais-tu du triathlon et qu'est-ce qui te motive ? Tes rêves, les séances que tu kiffes etc...

Tu as fais du renforcement négatif (double contrainte)...

Essaie le renforcement positif ! (cercle vertueux vs cercle vicieux...)

Si ça te branche de faire du VTT en forêt au lieu de te taper une séance précise sur HT, fais-le ! Si tu veux faire du ski de randonnée, raquette ou autre, c'est le moment.

Perso je rencontre une lassitude si je n'ai pas de défi. Dans ce cas, je me fais un mini clm en cap, nat ou vélo. Si l'objectif est peu motivant, je vais faire l'entraînement à reculons. L'objectif doit être attractif.

Mais les goûts et couleurs varient... Il faut que tu saches ce que tu kiffes.

shika
Messages : 2860
Inscription : 20 sept. 2015 14:51

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par shika »

Je ne sais pas si tu t'adresses à rombx ou moi mais je vais tenter de répondre à tes questions.
raoul a écrit :
30 janv. 2020 14:38
Pour moi cela se travaille à l'entraînement tout simplement en fonction du problème rencontré. Quel est ton souci précisément ?
Je m'efforce de faire de mon mieux du début à la fin, et souvent j'ai une baisse de régime sur la fin, je crois pas avoir déjà fait un seul negative split sur une course, donc sentiment de pas exploiter 100% de mes capacités.
raoul a écrit :
30 janv. 2020 14:38
A te lire on dirait que c'est la baisse de motivation non ?
Pas vraiment, quand je prends le départ d'une course la fraîcheur et la lucidité sont au top. Vers la fin, l'effort produit jusque là se fait sentir, mais ces sensations sont trompeuses, ce qui fait que je laisse toujours une "marge de sécurité". En fait, j'ai déjà explosé au milieu d'une course et connu une vraie fringale en vélo, c'est comme quand une crampe arrive, en général y a des signes avant-coureurs, tu vois ce que je veux dire?
raoul a écrit :
30 janv. 2020 14:38
La 2ème question serait pourquoi fais-tu du triathlon et qu'est-ce qui te motive ? Tes rêves, les séances que tu kiffes etc...
Ce que j'aime dans le tri c'est la possibilité de faire quelque chose dont l'issue dépend essentiellement de moi et de l'énergie que j'y mets, qui me permet de me dire que je suis capable de faire quelque chose. Au quotidien y a des tas de trucs qui ne dépendent pas de nous et souvent ça demande une énergie prodigieuse pour obtenir un résultat pas toujours à la hauteur de nos espérances.
Et puis comme le dit la pub, il y a des choses qui ne s'achètent pas, pour tout le reste, il y a mastercard. Ben là c'est pareil, franchir une ligne d'arrivée avec un gros PR à la clé c'est une décharge de dopamine qui vaut bien tout l'or du monde. Et avant ça tu vis une aventure humaine.
Des rêves je ne sais pas si c'est le terme qui convient, j'ai plein de projets plutôt, avec l'envie de les concrétiser un jour mais les journées ne font que 24h alors certains sont priorisés. Mais concernant le tri, progresser et être en bonne santé pour durer dans ce sport est un fil rouge.
Et pour les séances j'aime la variété, même si j'avoue préférer les efforts longs type sweet spot ou seuil que les efforts courts type 30/30 (même si j'en fais sans rechigner :))
raoul a écrit :
30 janv. 2020 14:38
Tu as fais du renforcement négatif (double contrainte)...

Essaie le renforcement positif ! (cercle vertueux vs cercle vicieux...)

Si ça te branche de faire du VTT en forêt au lieu de te taper une séance précise sur HT, fais-le ! Si tu veux faire du ski de randonnée, raquette ou autre, c'est le moment.

Perso je rencontre une lassitude si je n'ai pas de défi. Dans ce cas, je me fais un mini clm en cap, nat ou vélo. Si l'objectif est peu motivant, je vais faire l'entraînement à reculons. L'objectif doit être attractif.

Mais les goûts et couleurs varient... Il faut que tu saches ce que tu kiffes.
Je sors d'un cycle de renfo musculaire que je n'affectionne pas particulièrement, j'en fais justement là pour prévenir des soucis éventuels, c'est la bonne période pour en faire, je suis très content d'avoir pu être aussi assidu cette année.

raoul
Messages : 2307
Inscription : 20 avr. 2004 22:11

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par raoul »

@shika

Oui je répondais à ROMBX.

Ton profil est très différent du sien. Tu n'as aucune baisse de motivation. Dans ton cas, l'entraînement pour le mental serait un contre la montre en préfatigue. Ce qui te branche serait la course ultime où tu as tout donné, parfaitement gérée en négative split ou proche de cela.

Donc si tu cours ou roule 1h en i3 pour créer la préfatigue et ensuite tu fais un contre-la-montre gps ou sur un parcours en cap ou vélo de 20' à 30' en i4, tu fais très bien passer le message à ton "gouverneur central" (mental) sur l'attitude à avoir en course !

Pour moi, il n'y a rien qui améliore plus le mental que ce genre "d'entraînement mentaux". On voit les progrès au fil des séances par un seuil en pulsations qui monte et des chronos améliorés.

Il y a aussi la technique qui consiste à faire beaucoup de courses ! Si on a le temps ça fonctionne très bien.

Si on s'entraîne sur du très court, il y a aussi la technique qui consiste à faire un 5000 m par mois sur piste. Ça permet de savoir où on en est et c'est un énorme + sur le mental car la douleur y est de 8/10 si bien couru. Mais si ton problème est de finir un triathlon mieux vaut faire le 5000 m au gps après 1h en i3. Par contre, il faut alléger 2 jours avant et après un tel entraînement de cap.

Rah12
Messages : 5
Inscription : 25 janv. 2020 01:19

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par Rah12 »

Ça sonne très bien mais dans la pratique je ne vois pas trop quels leviers on peut avoir. Quand je fais un test triangulaire même si j'y mets toute ma volonté quand j'explose ben y a rien que je puisse faire pour aller plus loin, vision tunnel, les jambes m'abandonnent et pouf c'est fini. De toutes façons ce genre de test se finit toujours par un échec donc l'objectif est de tenir le plus longtemps possible.
En course y a toujours un moment où j'ai un coup de mou, et pourtant j'ai toujours du jus pour coller un sprint sur la fin, ça prouve bien que c'est dans la tête. Je me dis que c'est une façon de me préserver, quand je calcule le temps qu'il reste je régule l'allure pour arriver au bout avec des sensations qui sont trompeuses. Du coup j'ai jamais vraiment explosé en course, c'est peut-être mieux ainsi, mais à un moment donné plus qu'un espace de sérénité je me dis qu'au contraire ce qu'il me faudrait c'est genre activer une sorte d'instinct de survie, genre comme un pitbull qui débarquerait au coin d'une rue. À un moment donné faudrait pouvoir débrancher le cerveau, plus qu'une question de confiance c'est une question de surpasser des limites qu'on peut se fixer de manière plus ou moins conscientes.
Intéressé pour avoir des pistes sur ce type de situations ;)
Moi je suis souvent dans ce type de situation. J’ai tendance à vouloir me mettre en mode pitbull pour améliorer mes performances et repousser mes limites. Genre je me dis qu’il faut que je me mette en mode machine pour y arriver. Dans ce type d’attitude, il y a une sorte d’envie de se blinder afin de se couper de ses émotions et états d’âmes. Or je pense que ce qui conduit aux grandes performances, c’est justement un puissant ancrage émotionnel. Les sportifs de haut niveau ont souvent des phrases qu’ils se répètent parfois lorsqu’ils sont en difficultés, ce qui leur permet de changer leur état émotionnel et corporel afin de débloquer des ressources. Le coach américain Anthony Robbins parle souvent de cela dans ses livres et conférences.
Voici une citation de A. Robbins que j’aime bien :
“Le manque d’émotion cause le manque de progrès et le manque de motivation.”Tony Robbins
Du coup je pense qu'il est super important de faire un travail justement sur les émotions de façon à y avoir accès à tout moment. Je pense que la clef de la réussite est d'être capable de se mettre dans des états psycho émotionnels féconds en temps voulu. Pour cela la pratique régulière de la méditation pleine conscience, telle que l'enseigne Jon Kabat Zinn, est assez utile je trouve. Parce qu'elle permet de faire un travail en profondeur sur les émotions. De plus elle permet d'apaiser l'esprit et trouver la paix intérieure lors des moments difficiles. Au fil de la pratique, on apprend à synchroniser le corps et l'esprit et renforcer la conscience, ce qui permet de débloquer des ressources très importantes en travaillant sur le moment présent, la respiration, le lâcher prise. Enfin je pense vraiment que la méditation peut permettre d'affronter de grandes épreuves et transformer sa vie. Un article intéressant sur le sujet:
Affronter les épreuves grâce la méditation pleine présence

Avatar de l’utilisateur
Thierry *OnlineTri*
Messages : 6891
Inscription : 09 déc. 2002 21:36
Localisation : Saint Herblain
Contact :

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par Thierry *OnlineTri* »

Déjà il faudrait définir le concept de "force mentale"...

* Est-ce l'athlète qui arrive mal préparé sur sa course avec 5 ou 10kgs en trop qui forcement explose en vol mais qui se traine jusqu'à la ligne d'arrivée en mode "#DNF is not an option" pour ce rassurer qu'il est un putain de guerrier parce qu'il sera finisher?

* Est-ce l'athlète qui fera toutes ses séances coûte que coûte en mode "no pain, no gain" parce qu'il "le faut" pour mieux finir blessé ou cramé en sur-entrainement?

* Est-ce celui qui s'entraine toujours et se lance les défis les plus fous pour fuir une "vraie" vie qui ne lui plait pas tant que ça finalement?

* Est-ce celui qui s'est super bien préparé mais qui à la sagesse d'abandonner le jour J car un truc ne va pas?

...

Je ne suis absolument pas sur que le mode "PittBull" soit une qualité pour de belles perfs ou la longévité dans le sport, mais qu'il faut plutôt au contraire chercher à se connaitre et savoir s'écouter.

A mes yeux une bonne prépa mentale commencera déjà par se questionner honnêtement sur les motivations derrières nos objectifs sportifs et de s'assurer que ceux-ci sont bien calibrés (suffisamment "challengeant" mais pas trop non plus). Si votre gros objectif du moment est de casser la barre des X minutes sur 10k, est ce que ça aurait du sens pour vous de le faire "simplement" en vous payant les dernières NextFlyPlusMachin ou en prenant une pilule magique?

Ensuite on examinera les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ses objectifs. Pourra-t-on y trouver son équilibre social, professionnel et sportif? (à chacun de mettre les priorités où il veut, il n'y a pas de "mauvais" choix Il faut juste être cohérent!).

Lors de la prépa, le travail continue en engrangeant de la confiance et de l'expérience via des séances 'clés' ou des objectifs intermédiaires notamment. On apprend à se connaitre et parfois s'auto-manipuler (ça peut-être aussi simple que de se fixer rdv avec un pote pour faire sa séance et s'obliger ainsi à sortir quelque soit la météo :lol: C'est pas inutile en ce moment... ).

La méditation peut très bien faire partie de l'hygiène mentale et du temps que l'on s'accorde à soi. Tout le travail de ressenti, de proprioception, sur le neuro-musculaire sera rarement inutile...

Pour l'objectif on est dans de la préparation mentale plus terre à terre (visualisation, auto-motivation, ancrages, etc..) . Mais si le travail a bien été fait en amont on sait pourquoi on est là et ce que l'on va chercher, c'est déjà beaucoup plus "évident". Dans l'idéal on arrive a se mettre dans le flow où l'on est juste à son niveau de compétence, la performance est alors "optimale" et là c'est le jackpot :p

Bref plus tu pousses le sujet, plus on voit que la partie "mentale" est aussi complexe et variée que la partie "physique". Les deux sont liés de toutes façons... ton état mental joue sur ta performance physique autant que ton état physique joue sur ton mental.

Du coup un esprit sain dans un corps sain me semble une bonne devise :)

T.

PEB
Messages : 94
Inscription : 20 mai 2019 09:37

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par PEB »

Je partage tout à fait la perspective de Thierry.
Le concept de "force mentale" me laisse un peu dubitatif tant il peut être mis à toute les sauces. Le "sportif" mal préparé qui veut à tout prix finir son épreuve, en frisant le malaise, en vomissant, en étant plié en deux par la douleur... bref, en écoutant aucun des signaux de son corps et en mettant en danger sa santé me met mal à l'aise. J'aurai là un autre qualificatif que "force mentale" :roll: ...
Globalement, je pense que le "chemin" importe plus que la compétition en tant que telle. Avoir une satisfaction à une véritable discipline sportive (s'organiser pour s'entraîner quotidiennement pendant des années, voire des décennies), en restant à l'écoute de son corps (pour éviter blessures et sur-entraînement), tout en préservant une vie sociale, familiale et professionnelle équilibrée, c'est à mes yeux la "force mentale" (même si je n'aime pas trop l'expression).
Comme il s'agit forcément de conceptions très personnelles, cela renvoi à l'expérience de chacun. Dans mon cas, après des années de "relatif haut niveau" :sm11: , je n'ai plus fait de compétitions pendant 16 ans. Cela ne m'a pas empêcher de continuer à m'entrainer quotidiennement, avec des sessions dures quand j'en avais l'envie (assez régulièrement d'ailleurs :wink: ). J'ai repris avec le triathlon l'année dernière (exclusivement des half, voire un peu plus type l'Alpe d'Huez) avec pour règle de ne jamais rentrer détruit (en gros je continue à m'entrainer la veille et le lendemain de l'épreuve, même si, bien sûr je ne ferai pas de gros fractionné ces jour-là :mrgreen: ). La compétition n'est ainsi conçue que comme une "étape" sur le "chemin", qui met un peu de piment, mais dans une logique de "force mentale" à long terme, profitable pour le corps et l'esprit (comme le dit Thierry). Cela n'empêche nullement d'être performant et de se fixer des objectifs intéressant (par exemple de gagner en groupe d'âge...).

Drancis Frake
Messages : 238
Inscription : 07 juin 2018 21:11

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par Drancis Frake »

PEB a écrit :
03 févr. 2020 09:09
Je partage tout à fait la perspective de Thierry.
Le concept de "force mentale" me laisse un peu dubitatif tant il peut être mis à toute les sauces. Le "sportif" mal préparé qui veut à tout prix finir son épreuve, en frisant le malaise, en vomissant, en étant plié en deux par la douleur... bref, en écoutant aucun des signaux de son corps et en mettant en danger sa santé me met mal à l'aise. J'aurai là un autre qualificatif que "force mentale" :roll: ...
Globalement, je pense que le "chemin" importe plus que la compétition en tant que telle. Avoir une satisfaction à une véritable discipline sportive (s'organiser pour s'entraîner quotidiennement pendant des années, voire des décennies), en restant à l'écoute de son corps (pour éviter blessures et sur-entraînement), tout en préservant une vie sociale, familiale et professionnelle équilibrée, c'est à mes yeux la "force mentale" (même si je n'aime pas trop l'expression).
Comme il s'agit forcément de conceptions très personnelles, cela renvoi à l'expérience de chacun. Dans mon cas, après des années de "relatif haut niveau" :sm11: , je n'ai plus fait de compétitions pendant 16 ans. Cela ne m'a pas empêcher de continuer à m'entrainer quotidiennement, avec des sessions dures quand j'en avais l'envie (assez régulièrement d'ailleurs :wink: ). J'ai repris avec le triathlon l'année dernière (exclusivement des half, voire un peu plus type l'Alpe d'Huez) avec pour règle de ne jamais rentrer détruit (en gros je continue à m'entrainer la veille et le lendemain de l'épreuve, même si, bien sûr je ne ferai pas de gros fractionné ces jour-là :mrgreen: ). La compétition n'est ainsi conçue que comme une "étape" sur le "chemin", qui met un peu de piment, mais dans une logique de "force mentale" à long terme, profitable pour le corps et l'esprit (comme le dit Thierry). Cela n'empêche nullement d'être performant et de se fixer des objectifs intéressant (par exemple de gagner en groupe d'âge...).
Tout à fait d'accord à 100000% et plus
:sm6:

Drancis Frake
Messages : 238
Inscription : 07 juin 2018 21:11

Re: Entrainement force mentale

Message non lu par Drancis Frake »

Thierry *OnlineTri* a écrit :
02 févr. 2020 22:40

* Est-ce celui qui s'est super bien préparé mais qui à la sagesse d'abandonner le jour J car un truc ne va pas?
Parce que la force mentale c'est aussi la capacité d'accepter un échec et de savoir se poser des questions pour que cela ne se reproduise pas et non de se lamenter sur son sort.

Bonne journée.
W.

Répondre