coach

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
Olive2244
Messages : 641
Enregistré le : 05 févr. 2019 11:00

Re: coach

Message non lu par Olive2244 » 11 mars 2019 16:33

Je vais chialer :sm1:

Avatar de l’utilisateur
Leonick
Messages : 2654
Enregistré le : 14 oct. 2004 07:26
Localisation : Champigny
Contact :

Re: coach

Message non lu par Leonick » 11 mars 2019 16:57

Drancis Frake a écrit :
10 mars 2019 11:34
Le diplôme est insuffisant et j'ose ajouter pas du tout indispensable pour entraîner (En dehors de l'aspect légal)
la carte professionnelle est la condition minimum nécessaire pour encadrer une activité contre rémunération.
Il existe un portail de recherches permettant de connaitre quelles activités peuvent être (ou non !!) encadrées par un éducateur sportif
http://eapspublic.sports.gouv.fr/CarteP ... urCartePro
Rappel : sauf de très très rares exceptions, les brevets fédéraux (dépendant des fédérations) ne permettent pas d'obtenir ce droit à encadrement rémunéré

Avatar de l’utilisateur
lopapy
Messages : 2868
Enregistré le : 24 août 2007 21:11

Re: coach

Message non lu par lopapy » 12 mars 2019 15:17

Drancis Frake a écrit :
11 mars 2019 09:25
yoann-51 a écrit :
10 mars 2019 18:21
Quand tu lis les postes d'usat tu comprends que le type est une pince et que toute sa vie tourne autour de comment faire des économies.
L'intérêt d'un coach est de gagner du temps car tu n'as plus besoin de te prendre la tête.
Pour ma part je connais les bases, mais je n'ai jamais été capable de faire de la programmation en étant au top sur des objectifs définis. Un coach permet aussi d'explorer de nouvelles zones de travail, de sortir de sa zone de confort. Et puis arrivé à un certain âge c'est aussi une source de motivation.
C'est très agréable d'échanger avec son coach, de voir comment progresser de planifier sa saison.
Bref j'en avais un en tri, je trouve que ça m'a permis de mieux gérer l'enchaînement des 3 disciplines.
J'en ai un en trail et ça m'a permis de passer d'un honnête coureur de km verticale à un coureur de niveau mondial (certes dans une discipline assez confidentielle) mais c'est la preuve qu'il y a une vraie plus value. En tout cas j'en suis convaincu. Après peut être que ce n'est que psychologique.
Que ce soit une pince c'est son affaire, ça ne nous nuit pas. Et puis son choix de s'entraîner par lui-même est certainement sincère et sans arrières pensées, je trouve aussi qu'il a des interventions intéressantes.
Quand tu navigues sur ce forum tu t'aperçois qu'il y en a qui sont vraiment à fuir tant leurs interventions révèlent à quel point ils sont toxiques. A contrario, par expérience, certaines personnes au premier abord sympathiques et attachantes s'avèrent être dans la vrai vie obsédées par leur désirs et leurs problèmes. Toi, bonne poire, tu leur consacres du temps et de l'énergie, tu les écoutes réciter leurs interminables diatribes, patient et bourré d'empathie, pour finalement te rendre compte que tu n'es qu'un outil multi-fonctions qu'elles sont bien contentes de trouver, mais qu'elles balancent sur un établi crasseux et poussiéreux après usage. Sur le coup ça fait mal à la gueule, ça laisse un goût amer qui, en comparaison, donne à un morceau de gingembre un goût de douce sucrerie.

Mais ça va aller. Il faut être droit dans ses bottes, savoir où on veut aller et ce que l'on a à donner. Et puis je connais quelques rares personnes qui donneraient leur âme pour les autres, bien plus que moi-même n'en serait capable.

Bonne journée
C'est intéressant ce que tu écris et cela montre toute l'étendue que l'on peut attendre ou pas d'un coach.
Etant empathique, il faut apprendre à se préserver (Spéciale dédicace à Herminator)

Maintenant comme il y a foultitude d'athlète, il y a foultitude de coach, ainsi chacun peut trouver chaussure à son pied.

Les outils comme Gutaï, avec l'IA, sont amené a remplacer une bonne partie des coachs simples émetteur de plan car ils sont capable de thésauriser des paramètres difficilement assimilable par un entraîneur.
Mais jamais, pour bien connaitre l'IA, celle ci ne pourra remplacer totalement le coach empathique.
En effet, sauf si on arrive à mettre de l'affectif dans un raisonnement IA (et ce sera la fin du genre humain), il y a des paramètre qu'aucun logiciel ne sera capable de saisir. J'ai d'ailleurs développé des outils collaboratifs pour recueillir ce type d'information complétant les données remontées dans des outils tel que Strava. Mais pour cela il faut que l'athlète accepte de se livrer, ce n'est pas à la porté de tous.

Je compléterais avec la "difficulté" d’entraîner les amateurs par rapport au haut niveau. C'est un fait car, p.e., l'amateur avec 36 V02Max a du mal à se retrouver dans les abaques des livres best seller et quand son coach l'envois faire des fractionnés alors qu'il n'a meme pas d'endurance, il pleure...
J'ai pu construire, depuis plus de 30 ans, mes bases de données sur ce type de population, c'est étonnant comme avec des méthodes adaptés ils ont des gains de performances énormes, proportionnellement bien plus qu'un haut niveau.
Un haut niveau doit jouer avec sa santé, voire sa vie perso, pour réussir son challenge, il est payé pour cela. Cela demande minutie et accompagnement quasi 24/24 7/7.
Pour un amateur, le challenge est d'être en bonne santé en stabilisant sa vie perso lui permettant d'arriver au course bien frais et faire une performance... A son niveau ! Quand j'ai un amateur qui me sort les plans d'un haut niveau, se plaignant de ne pas faire la même chose, je met en parallèle les volumes d’entraînements. Et c'est quand l'amateur veut jouer au professionnel que souvent tout explose.

Comme Yoan, j'ai accompagné le haut niveau dans un sport marginal, ce n'est pas tous les jours facile et le syndrome du has been frappe aussi très fort. Mais c'est la ou l'on voit aussi des amateurs approcher la condition du haut niveau. La aussi, un peu comme Icare, le volume de l'amateur le fait souvent se brûler les ailes...

Je concluerais que l'on apprend plus avec des amateurs qui peuvent prendre des risques d'entrainements foirant leur année, qu'un haut niveau qui n'en a pas le droit.

L'Papy
Image
Coach
Il n’y a qu’une vérité mais chacun la sienne©LP
Jusqu'à preuve du contraire©Vandel
Que tout les êtres puissent être heureux©Goenka
La satisfaction qu'on tire de la vengeance ne dure qu'un moment, celle que nous donne la clémence est éternelle©Henri4

shika
Messages : 2369
Enregistré le : 20 sept. 2015 14:51

Re: coach

Message non lu par shika » 12 mars 2019 21:46

Ben en fait j'irais même plus loin que toi Lopapy, j'ai rencontré pas mal de personnes "sportives" qui vont faire "du fractionné" avant même d'avoir un volume suffisant pour leur permettre de courir ne serait-ce qu'une heure en continu. Leur pratique de la course à pied est tellement irrégulière que tu peux même pas compter en nombre de sorties par semaine. Dans le même genre j'ai vu sur Youtube des mecs se préparer à monter l'Alpe d'Huez ou le Monte Zoncolan en 1 mois de prépa. Pis dans 2 mois ils passeront à autre chose. C'est très déroutant comme approche. T'as l'impression qu'ils font ça comme ils joueraient pour décrocher un trophée sur leur playstation. Ils vont jamais avoir la patience de se documenter, ils prendront un coach le temps que leur lubie soit passée :|

De nombreuses personnes n'ont juste pas la patience ni la rigueur nécessaire pour exprimer le meilleur de leur potentiel. Un outil comme Gutaï ou Xert s'adresse à une certaine population, geek oserais-je dire (perso j'assume complètement ce trait de personnalité). Ça peut convenir à certaines personnes, mais pas forcément tout le monde. Et t'en as d'autres qui ont plus besoin qu'on leur rentre dans le lard pour sortir de leur zone de confort, d'autres qui vont avoir besoin d'être rassurés, plutôt que de regarder froidement des chiffres et d'en tirer eux-mêmes les conséquences.

Bref, pas demain la veille qu'il y aura plus de boulot pour les coach :)

Répondre