drafting en CAP

Que faire pour aller plus vite, plus loin, plus longtemps? Ici on débat de tout ce qui touche de près ou de loin à la préparation physique et mentale (y compris les clubs).
nikus
Messages : 60
Inscription : 11 oct. 2010 22:08

Re: drafting en CAP

Message non lu par nikus »

C'est quoi le pavillon?

Biz

rom03
Messages : 403
Inscription : 09 avr. 2009 08:36

Re: drafting en CAP

Message non lu par rom03 »

nikus a écrit :C'est quoi le pavillon?

Biz

Un col du Trisapin.
Avec la Cambuse et Favardy.


Le Pavillon c'est le raidillon au début du parcours la chapelle de mardore.
Tu le prends en sortie de village.
Une petite route qui monte sur la droite.
Préparateur Physique - CEP Cometti Dijon

Avatar de l’utilisateur
Fabio
Messages : 880
Inscription : 19 janv. 2006 18:46

Re: drafting en CAP

Message non lu par Fabio »

Moi je ne sais pas si le fait de se caler derriere un autre coureur peut avoir des effets comparables à ceux que l'on retrouve en cycliste ... toutes proportions de vitesses gardées. Sachant que les résistances à l'avancement sont régit par une relation qui est loin d'être linéaire. En revanche sur le plan psycho, l'effet est indémiable. Ne pas avoir à faire le train, c'est un avantage non négligable (exemple comme sur marathon qd tu reste avec le meneur d'allure (ou plutôt le groupe avec le meneur d'allure). Sauf, CAP, avec fort vent de face sur une grande partie du tracé.
Aprés pour avoir travailler sur la question, il se passe vraiment des choses que l'on a du mal a expliquer sur les efforts prolongés (effort de longue durée sup à 2h). Les mécanismes périphériques et centraux de la fatigues sont encore obscures. La preuve, vous pouvez être collé sur un parcours CAP (marathon sec ou même Ironman) et être capable d'accélérer sur les derniers kilométres...pourtant vous êtiez au bord de la rupture 30 minutes avant! :lol:
La composante psycho est en interaction directe avec le physiologique = le psycho-physiologique...et là il y a un champs d'investigation énorme.

oukaimeden
Messages : 82
Inscription : 25 juin 2010 14:05
Localisation : 85

Re: drafting en CAP

Message non lu par oukaimeden »

rom03 a écrit : CA SERT STRICTEMENT A RIEN ET SI TU DRAFTES EN CAP C'EST QUE T'ES VRAIMENT UN GROS C** QUI N'A QUE CA A FOUTRE!!!!
= Langage de jeune blanc bec prétentieux qui ne fait que du Court ... Dans qq années petit scarabée tu reviseras ton jugement ... et sache que la CAP ne se coure pas qu'avec tes 2 guiboles.


Pour ceux qui ne savent pas lire : ce qu'il faut dégager de la question initiale de ce post (qui risque de faire encore couler beaucoup d'encre ...) c'est :
En situation course sur un TRI, est-ce que c'est réellement payant de s'abriter derrière un (ou des) autre(s)s concurrents sur la partie CAP. "est-ce que ça vaut vraiment le coup, en gros jusqu'à quel point ?"

Loin de toute considération mathématique, je t'assure qu'en situation de course ça vaut vraiment le coup de (se faire)
drafter jusqu'à ce que tu aperçoives la ligne d'arrivée. Cela s'appelle tout simplement une tactique de course, CQFD.

Loin d'être un grand coureur à pied, j'ai souvent gagné des places (par ex. sur semi ou la CAP d'un tri LD) au finish en ayant bien pris soin de me protéger auparavant. Inutile de dire que c'est assez jouissif ... :sm2: même si bien sûr cela ne permet pas de jouer la gagne.

Fervent partisan du "No drafting" en vélo, le drafting pratiqué de manière correcte en NAT comme en CAP ne me dérange pas puisque que ce n'est pas interdit par le règlement. Cela fait partie du jeu en situation de course, et permet aussi à quelques vétérans d'arriver à torcher quelques jeunots bien plus fringuants ...
C'est sûrement ce que n'arrive pas à digérer notre_cador_du_trisapin_version_light, rom03. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:

rom03
Messages : 403
Inscription : 09 avr. 2009 08:36

Re: drafting en CAP

Message non lu par rom03 »

oukaimeden a écrit :
rom03 a écrit : CA SERT STRICTEMENT A RIEN ET SI TU DRAFTES EN CAP C'EST QUE T'ES VRAIMENT UN GROS C** QUI N'A QUE CA A FOUTRE!!!!
= Langage de jeune blanc bec prétentieux qui ne fait que du Court ... Dans qq années petit scarabée tu reviseras ton jugement ... et sache que la CAP ne se coure pas qu'avec tes 2 guiboles.


Pour ceux qui ne savent pas lire : ce qu'il faut dégager de la question initiale de ce post (qui risque de faire encore couler beaucoup d'encre ...) c'est :
En situation course sur un TRI, est-ce que c'est réellement payant de s'abriter derrière un (ou des) autre(s)s concurrents sur la partie CAP. "est-ce que ça vaut vraiment le coup, en gros jusqu'à quel point ?"

Loin de toute considération mathématique, je t'assure qu'en situation de course ça vaut vraiment le coup de (se faire)
drafter jusqu'à ce que tu aperçoives la ligne d'arrivée. Cela s'appelle tout simplement une tactique de course, CQFD.

Loin d'être un grand coureur à pied, j'ai souvent gagné des places (par ex. sur semi ou la CAP d'un tri LD) au finish en ayant bien pris soin de me protéger auparavant. Inutile de dire que c'est assez jouissif ... :sm2: même si bien sûr cela ne permet pas de jouer la gagne.

Fervent partisan du "No drafting" en vélo, le drafting pratiqué de manière correcte en NAT comme en CAP ne me dérange pas puisque que ce n'est pas interdit par le règlement. Cela fait partie du jeu en situation de course, et permet aussi à quelques vétérans d'arriver à torcher quelques jeunots bien plus fringuants ...
C'est sûrement ce que n'arrive pas à digérer notre_cador_du_trisapin_version_light, rom03. :mrgreen: :mrgreen: :mrgreen:
Et alors???
Quelle sensation quand tu finis 158 eme au lieu de finir 172eme grâce à ta fabuleuse tactique du drafting en cap???

Décris nous qu'on se rende comtpe...!! :mrgreen: :wink:

Moi un cador du Trisapin??? oulà, non. Je souffre à chaque fois. Mais je préfère finir anonymement sans drafter que de finir anonymement en draftant!!
Question de goût sans doute! et de fierté.

Pour finir, tu parles du CD comme une version light, mais un vieux crouton comme toi ( :mrgreen: :wink: ) doit être meilleur sur du long que sur du court. Avec le temps la puissance a du se faire la malle, pour cèder sa place à sa vieille cousine l'endurance.

Un CD n'a jamais été plus facile qu'un LD. Tout simplement parce que tu peux être puissant, endurant, résistant...bref, selon le profil de chacun la sensation diffère.

J'ai quelques amis au club qui finissent des IM sans trop de probleme, et joliment, alors que si tu les fous sur CD et qu'ils le font à fond, ils vont souffrir le martyr.
Comme quoi, "light" ou pas "light", c'est une question de profil!
Préparateur Physique - CEP Cometti Dijon

tritof
Messages : 571
Inscription : 29 juil. 2004 16:09
Localisation : Lyon

Re: drafting en CAP

Message non lu par tritof »

Excuse moi Rom03 , mais ceux qui dans ton club finissent bien les IM sont aussi ceux qui finissent très bien les CD au niveau du club :wink:

FAYARD
Messages : 22623
Inscription : 18 juin 2007 08:53

Re: drafting en CAP

Message non lu par FAYARD »

T'as raison rom03, rien ne vaut ce petit goût de sang dans la bouche à l'arrivée d'un sprint ou d'un Cd... :sm10:
Les verts vainqueur du Derby !!! :sm3: :sm3:
Les verts en finale de la coupe de France :sm3: :sm3:

clemm
Messages : 13
Inscription : 11 mai 2009 11:13

Re: drafting en CAP

Message non lu par clemm »

Merci pour les réponses.

Pour être plus précis sur ma question, il ne s'agit pas d'un point de vue moral sur "drafter ou pas drafter", j'ai ma position là dessus (qui suit tout simplement le règlement) et je conçois (et constate :roll: ) que d'autres ont des avis différents, mais après tout pourquoi pas. Toujours est-il que ce n'est pas interdit en cap.

Je m'interrogeais vraiment d'un point de vue mathématique, pour avoir un ordre d'idée du genre :
"A 15 km/h, à l'abri derrière un autre coureur, on gagne x watts, soit x km/h, et donc x sec sur un semi ou un 10k"

Tout ça pour savoir si le temps gagné sur 10k par exemple est de l'ordre de 0 à 5 secondes, auquel cas on est d'accord pour dire que cette technique ne présente aucun intérêt, ou bien si on parle de 30 sec ou plus (mais là je serais très surpris...).


Pour parler de mon expérience (encore maigre...) je dois avouer que l'effet psychologique peut être très surprenant. Quand je cours, je me dis bêtement que le mec devant moi est capable de tenir, donc pourquoi pas moi. Et si je sens qu'il flanche à un moment donné, ça me donne des ailes de savoir que je le dépasse. Alors qu'à l'inverse, quand c'est moi qui suis rincé, que je me fais doubler, là j'ai bien du mal à me pousser....
Certains diront que c'est parce que je ne suis pas assez fort dans ma tête, ou bien que c'est parce que je ne connais pas encore assez bien mes limites, et ils auront peut être raison...

Donc pour en revenir à ma question de base, qui saurait appliquer une formule (même avec des approximations...) physique, mathématique pour y répondre ?

rom03
Messages : 403
Inscription : 09 avr. 2009 08:36

Re: drafting en CAP

Message non lu par rom03 »

tritof a écrit :Excuse moi Rom03 , mais ceux qui dans ton club finissent bien les IM sont aussi ceux qui finissent très bien les CD au niveau du club :wink:
Oui, un club de 50 licenciés et un club très jeune..pas très représentatif..

Vois dans les clubs lyonnais....
Préparateur Physique - CEP Cometti Dijon

Avatar de l’utilisateur
Christian Robin
Messages : 6079
Inscription : 10 juin 2005 12:13
Localisation : V6 Triathlon Côte d'Amour /La Turballe

Re: drafting en CAP

Message non lu par Christian Robin »

clemm a écrit :Merci pour les réponses.


Tout ça pour savoir si le temps gagné sur 10k par exemple est de l'ordre de 0 à 5 secondes, auquel cas on est d'accord pour dire que cette technique ne présente aucun intérêt, ou bien si on parle de 30 sec ou plus (mais là je serais très surpris...).


Pour parler de mon expérience (encore maigre...) je dois avouer que l'effet psychologique peut être très surprenant.
Donc pour en revenir à ma question de base, qui saurait appliquer une formule (même avec des approximations...) physique, mathématique pour y répondre ?
Je pense que dans cette question (hormis les ânes qui en sont encore à jouer les gros bras avec leurs LD de tacticiens versus les CD de bourrins et vice versa) on prend les causes pour des conséquences et vice versa aussi:
remarque 1: un record de cap est invalidé si le vent est favorable: CQFD: le vent joue un rôle, donc s'abriter du vent aussi ( cf par exemple le marathon de La Rochelle avec un petit vent d'ouest bien dans ta gueule
Là, drafting très intéressant...
Remarque 2): les purs coureurs cap prennent des "lièvres" pour battre des records . Drafting pour l'aéro, ou bien pour rythmer l'allure ? Je ne sais: mais ceci encore: je crois que Chris Boardman, pour son record de l'heure à vélo, avait utilisé un rayon laser qu'il suivait comme un âne suit la carotte...

Donc, intérêt indéniable, mais:
quand je suis au taquet, à pied à cheval ou en voiture, m'accrocher comme un morpion à un poil de c.l peut être néfaste: c'est l'explosion si l'affaire dure trop.
En substance, si mon allure est celle du peloton ( en cap, j'entends) tant mieux: ça ne veut pas dire que je drafte, mais que naturellement je peux suivre ce peloton sans dommage. Si le peloton n'était pas là, mon allure serait identique. Mais souvent, je me sens comme "enchaîné" par l'allure d'un peloton: parfois, pas assez vite, je remettrais bien une petite couche, et souvent imperceptiblement trop vite, et je me dis: "je ne tiendrai pas"...Je préfère mener mon allure de course "en fartlek" si j'ose dire, avec pour base mon rythme cardiaque à maintenir à bloc sans péter, mais non pas avec pour base une vitesse imposée par autrui

Bref, pas la peine de s'empoigner sur un sujet aussi mince...
le husky

Avatar de l’utilisateur
Jaginho
Messages : 2412
Inscription : 14 nov. 2009 11:29

Re: drafting en CAP

Message non lu par Jaginho »

Christian Robin a écrit : Remarque 2): les purs coureurs cap prennent des "lièvres" pour battre des records . Drafting pour l'aéro, ou bien pour rythmer l'allure ? Je ne sais: mais ceci encore: je crois que Chris Boardman, pour son record de l'heure à vélo, avait utilisé un rayon laser qu'il suivait comme un âne suit la carotte...

Donc, intérêt indéniable, mais:
quand je suis au taquet, à pied à cheval ou en voiture, m'accrocher comme un morpion à un poil de c.l peut être néfaste: c'est l'explosion si l'affaire dure trop.
En substance, si mon allure est celle du peloton ( en cap, j'entends) tant mieux: ça ne veut pas dire que je drafte, mais que naturellement je peux suivre ce peloton sans dommage. Si le peloton n'était pas là, mon allure serait identique. Mais souvent, je me sens comme "enchaîné" par l'allure d'un peloton: parfois, pas assez vite, je remettrais bien une petite couche, et souvent imperceptiblement trop vite, et je me dis: "je ne tiendrai pas"...Je préfère mener mon allure de course "en fartlek" si j'ose dire, avec pour base mon rythme cardiaque à maintenir à bloc sans péter, mais non pas avec pour base une vitesse imposée par autrui.
Tout est dit : le principe du lièvre pour ne pas s'endormir et le fait que le drafting peut être dangereux si les km/h sont trop différents. Par contre au niveau éthique (même si c'est autorisé), c'est moyen de sucer les pompes du mec sans prendre de relais !
Le truc est qu'en Triathlon, vu qu'il y a des spécialistes dans 1 des 3 sports (spécialistes ou moins mauvais 8) ) l'ordre d'arrivée en vélo n'a pas forcément de lien avec le temps en CaP donc il y a un risque à suivre un mec si jamais il est plus running que cycle...
« L'entraineur médiocre parle, le bon explique, le super démontre et le meilleur inspire. » (John Kessel)

Répondre