Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Des images ou liens vers des images de tri ...
Avatar de l’utilisateur
Thierry *OnlineTri*
Messages : 7564
Inscription : 09 déc. 2002 21:36
Localisation : Saint Herblain
Contact :

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Thierry *OnlineTri* »

En parallèle, pour voir ce qui se fait coté "pro" IM top-niveau, c'est bon de regarder la préparation de Sanders, qui sera peut-être aussi sur la ligne de départ en Août prochain ;)

phpBB [video]

(il me semble qu'on peut mettre les sous-titres pour ceux qui aurait du mal avec l'anglais...)

Petit notre hors sujet :
Il ne faut pas se méprendre si lui a bien baissé son volume dans ce block intitulé "sprint", les pros du long et du court s'entrainent grosso modo autant en volume (les intensités cibles varient juste). Au top niveau on prend tout ce que le corps humain peu encaisser (25+ h / sem.)

T.
RunningAddict
Messages : 9
Inscription : 11 janv. 2021 17:20

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par RunningAddict »

Je ne loupe pas un vidéo de notre ami Lionel ! Le plus amateur des pros ! Il partage tout c'est vraiment cool à suivre :)
Avatar de l’utilisateur
Thierry *OnlineTri*
Messages : 7564
Inscription : 09 déc. 2002 21:36
Localisation : Saint Herblain
Contact :

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Thierry *OnlineTri* »

Je te laisse la responsabilité de l'appellation "le plus amateur des pros" :lol: :lol: :lol:

T.
RunningAddict
Messages : 9
Inscription : 11 janv. 2021 17:20

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par RunningAddict »

Thierry *OnlineTri* a écrit : 26 janv. 2021 16:56 Je te laisse la responsabilité de l'appellation "le plus amateur des pros" :lol: :lol: :lol:
T.
Je voyais ça dans le sens qui à pas peur de montrer ce qu'il fait, qui est hyper ouvert, pas secret sur ces méthodes comme beaucoup de pros ! :D
Après c'est vrai qu'on peut le prendre autrement... parfois il semble manquer un peu de la rigueur que d'autres ont... mais c'est pour ça qu'on s'y attache aussi à Lionel ! ;)
Choupix
Messages : 1203
Inscription : 28 nov. 2008 17:26

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Choupix »

RunningAddict a écrit : 26 janv. 2021 16:59
Thierry *OnlineTri* a écrit : 26 janv. 2021 16:56 Je te laisse la responsabilité de l'appellation "le plus amateur des pros" :lol: :lol: :lol:
T.
Je voyais ça dans le sens qui à pas peur de montrer ce qu'il fait, qui est hyper ouvert, pas secret sur ces méthodes comme beaucoup de pros ! :D
Après c'est vrai qu'on peut le prendre autrement... parfois il semble manquer un peu de la rigueur que d'autres ont... mais c'est pour ça qu'on s'y attache aussi à Lionel ! ;)
C'est pas les autres pros qui sont secrets, c'est lui qui markète sa vie de pro. Il est aujourd'hui autant "youtubeur" que triathlète pro. On ne va quand même pas reprocher aux autres de se concentrer sur leurs entraînements (= leur travail) et moins sur la mise en scène de ces derniers. Je sais que c'est important aujourd'hui de communiquer pour exister, mais bon. Et pour finir, il n'y a guère de "secrets" quant à la préparation athlétique des élites aujourd'hui. Ils n'ont rien à cacher, juste pas envie de se vendre en permanence.
Avatar de l’utilisateur
Thierry *OnlineTri*
Messages : 7564
Inscription : 09 déc. 2002 21:36
Localisation : Saint Herblain
Contact :

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Thierry *OnlineTri* »

On pourrait avoir un débat sur ce qu'est le réel "travail" d'un sportif pro dans une discipline individuelle :)

T.
PEB
Messages : 199
Inscription : 20 mai 2019 09:37

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par PEB »

Choupix a écrit : 26 janv. 2021 20:55 C'est pas les autres pros qui sont secrets, c'est lui qui markète sa vie de pro. Il est aujourd'hui autant "youtubeur" que triathlète pro. On ne va quand même pas reprocher aux autres de se concentrer sur leurs entraînements (= leur travail) et moins sur la mise en scène de ces derniers. Je sais que c'est important aujourd'hui de communiquer pour exister, mais bon. Et pour finir, il n'y a guère de "secrets" quant à la préparation athlétique des élites aujourd'hui. Ils n'ont rien à cacher, juste pas envie de se vendre en permanence.
Je crois que tu as une vision idéalisée du "métier" de triathlète professionnel. La plupart n'ont pas d'agent pour organiser le buzz autour d'eux et négocier avec des sponsors. Pour avoir échangé avec certains, ils sont contraint de passer un temps considérable à alimenter les réseaux sociaux, répondre aux sollicitations des sponsors, etc. Ils préféreraient s'en passer, mais pas le choix, pour pouvoir (sur)vivre de leur sport.Yonnel Sanders fait juste très efficacement son boulot. Peut-être trouve t'il un certain plaisir à faire des vidéos sur YouTube, mais rien n'est moins sûr... C'est comme ça qu'il intéresse des sponsors (tu as vu le nombre de gros plans sur le sigle "Canyon" ?). Certes, avoir un gros niveau est une condition nécessaire, mais non suffisante pour être "triathlète professionnel" (ou alors, avoir un contrat type "douanier" qui reconnaît indirectement un statut "professionnel', mais cela n'existe que dans peu de pays, et même en France, peu d'athlètes en bénéficient...).
prechet
Messages : 1153
Inscription : 31 mars 2011 20:50

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par prechet »

On peut aussi diviser les pros en certaines catégories dont les tops guns qui ont une structure et des moyens qui leur permettent de rester secret/ne pas 'perdre' du temps pour se marketer: Frodo, Sebi, Patrick Lange, Ben Hoffmann..... Bien que Sebi Kienle avait commencé quelques videos sur Youtube, Sanders occupe un créneau que personne ne remplissait jusque là: le top gun qui communique ouvertement. Et ca marche au vu du nombre d'abonnés à sa chaine youtube (111 000 abonnés). Talbot Cox se charge des vidéos pour Sanders. C'est plutot bien fait, ouvert et qui sait, il prépare peut-etre sa seconde vie de coach :?:
et les autres pros dont certains galèrent financièrement et vivent leur passion
Choupix
Messages : 1203
Inscription : 28 nov. 2008 17:26

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Choupix »

PEB a écrit : 27 janv. 2021 08:47
Choupix a écrit : 26 janv. 2021 20:55 C'est pas les autres pros qui sont secrets, c'est lui qui markète sa vie de pro. Il est aujourd'hui autant "youtubeur" que triathlète pro. On ne va quand même pas reprocher aux autres de se concentrer sur leurs entraînements (= leur travail) et moins sur la mise en scène de ces derniers. Je sais que c'est important aujourd'hui de communiquer pour exister, mais bon. Et pour finir, il n'y a guère de "secrets" quant à la préparation athlétique des élites aujourd'hui. Ils n'ont rien à cacher, juste pas envie de se vendre en permanence.
Je crois que tu as une vision idéalisée du "métier" de triathlète professionnel. La plupart n'ont pas d'agent pour organiser le buzz autour d'eux et négocier avec des sponsors. Pour avoir échangé avec certains, ils sont contraint de passer un temps considérable à alimenter les réseaux sociaux, répondre aux sollicitations des sponsors, etc. Ils préféreraient s'en passer, mais pas le choix, pour pouvoir (sur)vivre de leur sport.Yonnel Sanders fait juste très efficacement son boulot. Peut-être trouve t'il un certain plaisir à faire des vidéos sur YouTube, mais rien n'est moins sûr... C'est comme ça qu'il intéresse des sponsors (tu as vu le nombre de gros plans sur le sigle "Canyon" ?). Certes, avoir un gros niveau est une condition nécessaire, mais non suffisante pour être "triathlète professionnel" (ou alors, avoir un contrat type "douanier" qui reconnaît indirectement un statut "professionnel', mais cela n'existe que dans peu de pays, et même en France, peu d'athlètes en bénéficient...).
Mais c'est exactement ce que je dis, pourquoi me parles-tu de vision idéalisée ? Je suis tout à fait conscient qu'aujourd'hui, à moins de gagner régulièrement les plus grosses courses (et donc de n'avoir besoin que de son talent athlétique pour obtenir sponsoring et primes de courses flatteuses), un triathlète "pro" doit faire du storytelling pour (sur)vivre, et la plupart ne gagnent pas assez pour déléguer cela (surtout sur le long et surtout depuis que la WTC a sabré dans les primes de courses). On peut parler de Sanders, j'en sais rien si ça le saoule d'avoir Cox en permanence sur son dos, mais au moins il perd le moins de temps possible avec ça. Pour moi l'exemple archétypal c'est Ryf/Charles-Barclay chez les femmes. La première met 9 fois sur 10 à l'amende la seconde, mais devine qui est la plus suivie ? Celle qui poste en permanence sur les RS, qui a une chaîne youtube à sa gloire (et à celle de ses sponsors). La première, par son talent, peut se contenter du service minimum en termes d'image. La seconde ne manque évidemment pas de talent sportif, mais elle le fait fructifier aussi en faisant un max de mousse (perso je me suis même désabonné de sa chaîne car j'étais saoulé par les mises en avant commerciales). Pour la première, je n'appelle pas ça se cacher. Même si son business dépend du regard du public, elle n'a pas besoin d'en faire des caisses et, comme certains d'entre nous encore, se porte très bien de ne pas voir son compteur de vues ou de likes monter indéfiniment. Elle fait son truc, quoi.
Aujourd'hui, les cartes sont complètement rebattues sur le marché du sportif individuel. La frontière pro/amateur ne voulait déjà pas dire grand-chose avant, mais maintenant c'est un concept carrément dépassé. Les résultats en course ne veulent plus rien dire. Un mec ou une nana moyen(ne) mais qui communique bien (et c'est encore mieux s'il/elle a une belle gueule) chope plus de contrats qu'un(e) top athlète qui “vit caché(e)”. Il faut influencer, occuper le terrain. C'est un concept que je comprends, mais que je déplore.
PEB
Messages : 199
Inscription : 20 mai 2019 09:37

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par PEB »

On est d'accord.
Mais Ryf, par exemple, lorsqu'elle était venu faire le L de l'Alpe d'Huez avait quand même un certain nombre "d'obligations protocolaires" la veille de la course notamment. Personne ne peut y échapper... Après, c'est l'idée même de sport professionnel qu'il faut questionner. Dès l'instant où l'on veut tirer un revenu d'une activité physique, il faut apporter une forme de ROI à ceux qui t'apportent des sous...
Choupix
Messages : 1203
Inscription : 28 nov. 2008 17:26

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Choupix »

PEB a écrit : 27 janv. 2021 13:33 On est d'accord.
Mais Ryf, par exemple, lorsqu'elle était venu faire le L de l'Alpe d'Huez avait quand même un certain nombre "d'obligations protocolaires" la veille de la course notamment. Personne ne peut y échapper... Après, c'est l'idée même de sport professionnel qu'il faut questionner. Dès l'instant où l'on veut tirer un revenu d'une activité physique, il faut apporter une forme de ROI à ceux qui t'apportent des sous...
Bien sûr, personne n'échappe notamment aux obligations presse, mais ça c'est de tout temps. De même qu'on voit Ryf sur Youtube, mais elle n'a pas sa propre chaîne, c'est Red Bull qui la markète.
Le ROI, avant, c'était lié à des top résultats (et éventuellement une bonne gueule et une aisance au micro des commentateurs/journalistes). Aujourd'hui, c'est d'abord une présence (la plus léchée et/ou originale possible) sur les RS/MS, si possible avec une bonne gueule et une aisance, et ensuite les résultats. Une inversion des valeurs qui me déplaît mais que je comprends.
Avatar de l’utilisateur
Thierry *OnlineTri*
Messages : 7564
Inscription : 09 déc. 2002 21:36
Localisation : Saint Herblain
Contact :

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Thierry *OnlineTri* »

Un bruit de couloir m'indiquait que Marine Leuleu prenait plus chez Arena qu'Axel Reymond...

T.
Weshgros
Messages : 120
Inscription : 01 mars 2011 11:05

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Weshgros »

La définition du PRO comme étant quelqu'un qui vit de son sport a bien changé ces dernières année. D'ailleurs puisqu'on est sur ton post, je serais curieux de savoir si tu te considères pro Running Addict ? En tout cas dans la définition de "vivre de son sport" sans parler perfs.
104k abonnés sur youtube + pas mal de vidéos à plus de 100k vues c'est énorme ! Je n'ai aucune idée du trafic qu'il faut générer pour arriver à vivre d'une chaîne youtube.
Avatar de l’utilisateur
Blueboy
Messages : 533
Inscription : 09 déc. 2005 19:08
Localisation : Paname

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par Blueboy »

Thierry *OnlineTri* a écrit : 27 janv. 2021 15:38 Un bruit de couloir m'indiquait que Marine Leuleu prenait plus chez Arena qu'Axel Reymond...

T.
Même avec le plus grand des reculs, ça doit être dur à avaler pour Axel Reymond (si c'est vrai)...
Sois fier et prends cher.
yoyo73
Messages : 1898
Inscription : 08 août 2006 06:41

Re: Série documentaire : L'envers du décor d'une prépa Ironman

Message non lu par yoyo73 »

PEB a écrit : 27 janv. 2021 08:47 ils sont contraint de passer un temps considérable à alimenter les réseaux sociaux, répondre aux sollicitations des sponsors, etc. Ils préféreraient s'en passer, mais pas le choix, pour pouvoir (sur)vivre de leur sport.Yonnel Sanders fait juste très efficacement son boulot. Peut-être trouve t'il un certain plaisir à faire des vidéos sur YouTube, mais rien n'est moins sûr... C'est comme ça qu'il intéresse des sponsors (tu as vu le nombre de gros plans sur le sigle "Canyon" ?). Certes, avoir un gros niveau est une condition nécessaire, mais non suffisante pour être "triathlète professionnel" (ou alors, avoir un contrat type "douanier" qui reconnaît indirectement un statut "professionnel', mais cela n'existe que dans peu de pays, et même en France, peu d'athlètes en bénéficient...).
LS a même optimisé sa vie « perso » puisqu’il délègue la communication à sa femme Erin qui est son « social média manager ».
Trop fort ce Lionel! :mrgreen:
Répondre