Au suivant du suivant...

Des infos pas des ragots!
Avatar de l’utilisateur
koukoukouk
Messages : 8937
Enregistré le : 10 avr. 2006 10:54
Localisation : au mont ventoux avec toi

Message non lu par koukoukouk » 21 août 2007 15:58

sylvain a écrit :
Dave a écrit :[..] Quand il y a des gros doutes comme la (hematocrite > 50 ?), pourquoi ne pas faire suivre systematiquement pas un dosage EPO ?
salut Dave
parce qu'il n'y a pas que l'epo qui permet d'augmenter son hématocrite...
à part une déshydration je vois pas ,si ?transfu ? j ai bon ?
enfin là c est balèze à mettre en oeuvre quand meme................

Avatar de l’utilisateur
Dave
Messages : 2268
Enregistré le : 16 janv. 2004 07:10
Localisation : Copacabana

Message non lu par Dave » 21 août 2007 16:03

Je me demande aussi parce que quand on voit les cyclistes du tour qui en sont a se faire des transfus, je me demande s'il y a equivalent pharmaco de l'EPO qui est utilise actuellement?
Puis s'il y a d'autres moyens connus, pourquoi ne pas les mesurer?
Membre du team:
Just do it a bloc

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 21 août 2007 16:03

y'a des trucs autorisés... et y'a aussi des trucs pas autorisés...

D'ailleurs, une constation d'hématocrite > 50% n'entraîne pas une suspension pour dopage, mais seulement un "arrêt de travail" pour un paramètre biologique anormal pouvant entraîner un risque pour la santé de l'athlète.

Et vous verrez que cette affaire n'ira pas bien loin...
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
Dave
Messages : 2268
Enregistré le : 16 janv. 2004 07:10
Localisation : Copacabana

Message non lu par Dave » 21 août 2007 16:05

sylvain a écrit :Et vous verrez que cette affaire n'ira pas bien loin...
Apparemment oui et c'est pour ca que je demandais pourquoi ne pas faire les dosages EPO etc ..?
Membre du team:
Just do it a bloc

Avatar de l’utilisateur
koukoukouk
Messages : 8937
Enregistré le : 10 avr. 2006 10:54
Localisation : au mont ventoux avec toi

Message non lu par koukoukouk » 21 août 2007 16:14

sylvain a écrit :y'a des trucs autorisés... et y'a aussi des trucs pas autorisés...

D'ailleurs, une constation d'hématocrite > 50% n'entraîne pas une suspension pour dopage, mais seulement un "arrêt de travail" pour un paramètre biologique anormal pouvant entraîner un risque pour la santé de l'athlète.

Et vous verrez que cette affaire n'ira pas bien loin...
les trucs autorisés : stages en altitude ,sinon si tu as des trucs ok je suis preneur tu parles !

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 21 août 2007 16:18

Dave a écrit :Je me demande aussi parce que quand on voit les cyclistes du tour qui en sont a se faire des transfus, je me demande s'il y a equivalent pharmaco de l'EPO qui est utilise actuellement?
Puis s'il y a d'autres moyens connus, pourquoi ne pas les mesurer?
quand tu fais pub med, tu trouves pas mal de papiers qui parle des voies de synthèse de l'epo et tu t'appercois qu'il y a pas mal d'autres molécules qii module l'expression de cette hormone.
Aujourd'hui on a encore beaucoup de mal (on n'y arrive pas d'ailleurs) a détecter les prises d'hormones de croissance, donc je ne parle pas de la détection des progéniteurs de l'érythropoièse : hormones: notamment thyroïdiennes et androgènes, mais aussi l'insuline ; facteurs de transcription GATA et EKLF et d'autres encore...
Facteur de gycolsylation de l'epo qui augmentent sa stablité, Recepteur de l'epo, Fas, Fas-L, facteur d'activation de JAK2 (permet la dimérisation de STAT 5, facteur de transcription induisant la prolifération des érythroblastes) ; Mais encore, les cytokines : Interleukine 3, GM-CSF, SCF, Interleukine 9, Interleukine 11...
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 21 août 2007 16:22

koukoukouk a écrit :
sylvain a écrit :y'a des trucs autorisés... et y'a aussi des trucs pas autorisés...

D'ailleurs, une constation d'hématocrite > 50% n'entraîne pas une suspension pour dopage, mais seulement un "arrêt de travail" pour un paramètre biologique anormal pouvant entraîner un risque pour la santé de l'athlète.

Et vous verrez que cette affaire n'ira pas bien loin...
les trucs autorisés : stages en altitude ,sinon si tu as des trucs ok je suis preneur tu parles !
stages en altitude, caisson hypoxie, métaux (fer, cuivre, cobalt et zinc), vitamines B12 et folates, B6, C, B2...
:lol:
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
Dave
Messages : 2268
Enregistré le : 16 janv. 2004 07:10
Localisation : Copacabana

Message non lu par Dave » 21 août 2007 16:23

Ok ok, mais est- ce utilise ??? Parce que tout ce que tu ecris pour la plus part, ca a les effets dont tu parles mais aussi pas mal d'effets a cote.
Ca empeche de mesurer l'EPO ?
Membre du team:
Just do it a bloc

Avatar de l’utilisateur
koukoukouk
Messages : 8937
Enregistré le : 10 avr. 2006 10:54
Localisation : au mont ventoux avec toi

Message non lu par koukoukouk » 21 août 2007 16:23

ah :?: donc kjefgheohzaoeo avec fkguedfghrflhfvl pour mlkshmsqkh lmk et alors mlkjhgedhmkchmdkc :?: :roll:

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 21 août 2007 16:27

Dave a écrit :
sylvain a écrit :Et vous verrez que cette affaire n'ira pas bien loin...
Apparemment oui et c'est pour ca que je demandais pourquoi ne pas faire les dosages EPO etc ..?
la demi vie de l'epo est de 7 heures dans l'organisme, apparement, on détecte l'epo exogene encore dans les urines pendant 3-4 jours maximum..... je doute qu'il y reste quelconque trace.

Comme celà revient frequemment sur le forum: "il faut être pas malin pour se faire choper à l'epo aujourd'hui"... c'est pour celà qu'il y a des contrôles sanguins inopinés...
:wink:
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 21 août 2007 16:32

Dave a écrit :Ok ok, mais est- ce utilise ??? Parce que tout ce que tu ecris pour la plus part, ca a les effets dont tu parles mais aussi pas mal d'effets a cote.
Ca empeche de mesurer l'EPO ?
a mon avis on en est pas encore aux facteurs de transcriptions pour les raisons que tu cites. Mais les hormones tyroidienne et androgènes et l'insuline sont très bien synthétisées par les labo et très bien distribuées... et indetectables (pour l'instant... ), donc, je suis persuadé que la vente de telles molécules puissent connaître un réel succès auprès de certains...
Et il y a pas si longtemps un spécialiste des questions de dopage mettait le doigt sur l'utilisation des cytokines telles que l'Interleukine par certains athlètes pour activer la synthèse de facteurs de croissance 'indirectement'. Apparement les déséquilibre immunitaires (balance pro inflamatoire / anti imflammatoire) n'est pas si "dramatique" que ça...
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
koukoukouk
Messages : 8937
Enregistré le : 10 avr. 2006 10:54
Localisation : au mont ventoux avec toi

Message non lu par koukoukouk » 21 août 2007 16:37

:roll: déjà qu'on peut se choper des méningites en foutant ses défenses à plat en s'entrainant de mort alors en prenat des merdes ........ :shock: :shock:

Par contre Sylvain je vois vraiment pas en quoi l'insuline peut aider , en diabéto sur les pousses seringues à peine tu t'en sers ça varie la glycémie ,pour des malades ,c'est sur il y a des formes mais déjà que si j'ai pas mon gouter demi-baguette confiture je tourne de l'oeil alors aves de l'insuline ............. :?

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 22 août 2007 08:30

L'insuline et l'IGF agissent comme des facteurs de croissance sur les cellules précurseur des Globules Rouges au niveau de la moelle osseuse, notamment dans les cas d'insulino-resitance.
(Med Hypotheses. 2003 Nov-Dec;61(5-6):567-73.
Hyperinsulinemia may boost both hematocrit and iron absorption by up-regulating activity of hypoxia-inducible factor-1alpha.
McCarty MF et al.)

(Growth Factors. 2006 Sep;24(3):218-23.
Insulin-like growth factor-I stimulates erythropoiesis when administered enterally.
Kling PJ et al.)


de plus, l'insuline va induire le stockage du glucose au niveau des organes spécialisé. "Les Expériences ont pu démontrer qu'on pouvait quasi multiplier par deux la durée d'un effort musculaire avec des injections d'insuline qui le précède", François Poyet, médecin fédéral du cyclisme de la région Auvergne.
Cette technique est cependant hautement dangereuse car peut exposer à une hypoglycémie parfois mortelle.

Je crois que Dave connait mieux le sujet que moi
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
sylvain
Messages : 4317
Enregistré le : 24 oct. 2003 15:58
Localisation : lausanne
Contact :

Message non lu par sylvain » 22 août 2007 08:41

tiens, au passage, il y deux articles très intéressants :
Clin Biochem. 2005 Nov;38(11):959-65.
Doping in the recombinant era: strategies and counterstrategies.
Azzazy HM, Mansour MM, Christenson RH.

Department of Chemistry and Science & Technology Research Center, The American University in Cairo, Cairo, Egypt.

Advances in recombinant DNA technology have created one of the most powerful weapons in the current doping arsenal: recombinant proteins [Sweeney HL. Gene doping. Sci Am 2004;291:62-9; Unal M, Ozer Unal D. Gene doping in sports. Sports Med 2004;34:357-62]. Recombinant erythropoietin (EPO) and human growth hormone (hGH) are currently being abused but are fortunately detectable either directly by employing isoelectric focusing and immunoassays or indirectly by assessing changes in selected hematopoietic parameters. The detection is technically demanding due to the extent of similarity between the recombinant proteins and their endogenous counterparts. Another issue facing detection efforts is the speed and conditions at which blood samples are collected and analyzed in a sports setting. Recently, gene doping, which stemmed out of legitimate gene therapy trials, has emerged as the next level of doping. Erythropoietin (EPO), human growth hormone (hGH), insulin-like growth factor-1 (IGF-1), peroxisome proliferator-activated receptor-delta (PPAR delta), and myostatin inhibitor genes have been identified as primary targets for doping. Sports clinical scientists today are racing against the clock because assuring the continued integrity of sports competition depends on their ability to outpace the efforts of dopers by developing new detection strategies.
PMID: 16286094 [PubMed - indexed for MEDLINE]
Effectivement, les inhibiteurs de la myostatine ont le "vent en poupe" depuis quelques temps. Je me souviens avoir lu un article dessus dans sport&vie il y a un peu plus d'un an.


et plus récemment :
Pharmacol Res. 2007 May;55(5):359-69. Epub 2007 Feb 3.
Doping with growth hormone/IGF-1, anabolic steroids or erythropoietin: is there a cancer risk?
Tentori L, Graziani G.

Department of Neuroscience, University of Rome Tor Vergata, Via Montpellier 1, 00133 Rome, Italy.

Anabolic steroid and peptide hormones or growth factors are utilized to increase the performance of athletes of professional or amateur sports. Despite their well-documented adverse effects, the use of some of these agents has significantly grown and has been extended also to non-athletes with the aim to improve appearance or to counteract ageing. Pre-clinical studies and epidemiological observations in patients with an excess of hormone production or in patients chronically treated with hormones/growth factors for various pathologies have warned about the potential risk of cancer development and progression which may be also associated to the use of certain doping agents. Anabolic steroids have been described to provoke liver tumours; growth hormone or high levels of its mediator insulin-like growth factor-1 (IGF-1) have been associated with colon, breast, and prostate cancers. Actually, IGF-1 promotes cell cycle progression and inhibits apoptosis either by triggering other growth factors or by interacting with pathways which have an established role in carcinogenesis and cancer promotion. More recently, the finding that erythropoietin (Epo) may promote angiogenesis and inhibit apoptosis or modulate chemo- or radiosensitivity in cancer cells expressing the Epo receptor, raised the concern that the use of recombinant Epo to increase tissue oxygenation might favour tumour survival and aggressiveness. Cancer risk associated to doping might be higher than that of patients using hormones/growth factors as replacement therapy, since enormous doses are taken by the athletes often for a long period of time. Moreover, these substances are often used in combination with other licit or illicit drugs and this renders almost unpredictable all the possible adverse effects including cancer. Anyway, athletes should be made aware that long-term treatment with doping agents might increase the risk of developing cancer.
PMID: 17349798 [PubMed - indexed for MEDLINE]
sylvain - pastek!

TRI & SKI

Avatar de l’utilisateur
PLUDJAMB
Messages : 4128
Enregistré le : 13 oct. 2005 20:53
Localisation : paris
Contact :

Message non lu par PLUDJAMB » 22 août 2007 08:44

:shock: ça alors... :shock: :lol:

Les instances anti-dopage auraient un temps de retard et le dopage serait source de cancer... ?
:shock: :shock: :lol:

Ca fait trente ans qu'on a droit a la même chanson et je crois que dans cinquante ans, on en sera toujours au même point...
Pasta Party Finisher since 2006

Répondre