COVID-19, de l'espoir?

Que faire quand ça va pas?
Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 10284
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Boulegan »

Bardamu a écrit : 20 oct. 2020 14:48 Là par contre t'as tout faux.
Macron est débordé, le monde réel lui arrive en pleine gueule et il est débordé... Le peuple n'est plus dupe des slogans débiles sur le "vivre-ensemble"
Tu parles de quel peuple ?
Celui qui accepte sans broncher un couvre-feu inique, sans se révolter et qui serait (à 78 %) ok pour un reconfinement ?
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde
FAYARD
Messages : 24978
Inscription : 18 juin 2007 08:53

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par FAYARD »

Bardamu a écrit : 20 oct. 2020 14:48
Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 14:12 C'est pas du tout un "caillou dans la chaussure", au contraire, ça va permettre à Macron de ratisser large sur les créneaux du RN et de LR sur la question (et le problème) de l'Islam radical. Attends-toi aux grosses ficelles et aux punchlines qu'on entend depuis trente ans sur l'immigration qui n'ont jamais rien solutionné, au contraire. Pas plus tard que ce midi, je lisais une dépêche du Monde où Darmanin explique "plus aucun islamiste ne dormira tranquille en France". Putain, suis sûr qu'ils tremblent les mecs depuis :roll: :roll:
Et au second tour des Présidentielles, on aura un duel Macron-Le Pen (Marion ou Marine).
C'est tout bénéf crois-moi :arrow:
Là par contre t'as tout faux.
Macron est débordé, le monde réel lui arrive en pleine gueule et il est débordé... Le peuple n'est plus dupe des slogans débiles sur le "vivre-ensemble"
Je crains que tu aies raison...
Le Sphinx n’est plus :character-afro: RIP
Z_orglub
Messages : 892
Inscription : 16 juin 2015 22:52

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z_orglub »

Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 13:51
superyoyo a écrit : 20 oct. 2020 00:24 Et donc pour se faire réélire, ils n'ont rien trouvé de mieux que de plomber l'économie et de prendre des mesures impopulaires pour un virus même pas dangereux ? Ça ne tient pas !
Bien sûr que ça tient et plomber l'économie, c'est l'unique but - qu'il n'avouera jamais - de ce gouvernement.
Tu ne l'entends pas la petite musique des banques et du MEDEF en bruit de fond ?
Tu n'entends pas les centaines de milliards que les banques vont prêter aux entreprises, à l’État, aux entrepreneurs exsangues ?
Tu n'entends pas les vagues de licenciements souhaités depuis tant d'années par le patronat qui va enfin frapper aveuglement les cadres et les salariés non qualifiés, sous couvert de Covid19 ?
Tu n'entends pas la petite musique sur le télétravail que joue le MEDEF depuis le début pour accomplir son rêve ultime : plus de salariés, que des prestataires payés à la mission = zéro charge = encore plus de bénéfices.
Tu ne sens pas le souffle des banques, celui des grands groupes immobiliers, de la restauration, des assurances et d'autres encore qui vont racheter pour une poignée de figues les derniers biens des petits entrepreneurs surendettés ? Tu ne me crois pas ? Ça fait trente ans que les agriculteurs vivent cette situation à tel point qu'un agriculteur se suicide chaque jour en France.
Tu ne palpes pas les 245 milliards de dollars que les 25 milliardaires les plus puissants du monde ont accumulé entre la mi-mars et la mi-mai ?
Ah bah oui, tu n'entends pas parce qu'il n'y a plus de bruit à partir de 21 h... :arrow:
Et surtout, la dette publique sera un énorme argument pour mener les réformes libérales dont rêve Macron. Suppressions de fonctionnaires, privatisations, réforme des retraites, assouplissement du code du travail etc etc... le jour où les taux d'intérêt remontent, on aura le droit à tout ça.
Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 10284
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Boulegan »

Z_orglub a écrit : 20 oct. 2020 15:00 Et surtout, la dette publique sera un énorme argument pour mener les réformes libérales dont rêve Macron. Suppressions de fonctionnaires, privatisations, réforme des retraites, assouplissement du code du travail etc etc... le jour où les taux d'intérêt remontent, on aura le droit à tout ça.
... mais il n'y aura même plus besoin de réformes, ça se fera de facto.
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde
Avatar de l’utilisateur
Blueboy
Messages : 502
Inscription : 09 déc. 2005 19:08
Localisation : Paname

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Blueboy »

Z_orglub a écrit : 20 oct. 2020 15:00
Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 13:51
superyoyo a écrit : 20 oct. 2020 00:24 Et donc pour se faire réélire, ils n'ont rien trouvé de mieux que de plomber l'économie et de prendre des mesures impopulaires pour un virus même pas dangereux ? Ça ne tient pas !
Bien sûr que ça tient et plomber l'économie, c'est l'unique but - qu'il n'avouera jamais - de ce gouvernement.
Tu ne l'entends pas la petite musique des banques et du MEDEF en bruit de fond ?
Tu n'entends pas les centaines de milliards que les banques vont prêter aux entreprises, à l’État, aux entrepreneurs exsangues ?
Tu n'entends pas les vagues de licenciements souhaités depuis tant d'années par le patronat qui va enfin frapper aveuglement les cadres et les salariés non qualifiés, sous couvert de Covid19 ?
Tu n'entends pas la petite musique sur le télétravail que joue le MEDEF depuis le début pour accomplir son rêve ultime : plus de salariés, que des prestataires payés à la mission = zéro charge = encore plus de bénéfices.
Tu ne sens pas le souffle des banques, celui des grands groupes immobiliers, de la restauration, des assurances et d'autres encore qui vont racheter pour une poignée de figues les derniers biens des petits entrepreneurs surendettés ? Tu ne me crois pas ? Ça fait trente ans que les agriculteurs vivent cette situation à tel point qu'un agriculteur se suicide chaque jour en France.
Tu ne palpes pas les 245 milliards de dollars que les 25 milliardaires les plus puissants du monde ont accumulé entre la mi-mars et la mi-mai ?
Ah bah oui, tu n'entends pas parce qu'il n'y a plus de bruit à partir de 21 h... :arrow:
Et surtout, la dette publique sera un énorme argument pour mener les réformes libérales dont rêve Macron. Suppressions de fonctionnaires, privatisations, réforme des retraites, assouplissement du code du travail etc etc... le jour où les taux d'intérêt remontent, on aura le droit à tout ça.
Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier, tu n'as pas du en croiser beaucoup qui essaient de renverser des montagnes et de tout faire pour sauver les emplois, envers et contre tous les vents contraires (pandémie, fiscalité, réglementation)...C'est un peu triste de ne voir le patronat que sous ce seul angle.

Quant aux réformes, mais enfin c'est bien le contraire qui attend Macron : impossibilité totale de mener la moindre réforme désormais alors que l'on a laissé penser qu'on a trouvé la recette de l'argent magique...
Sois fier et prends cher.
Z_orglub
Messages : 892
Inscription : 16 juin 2015 22:52

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z_orglub »

Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35 Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier, tu n'as pas du en croiser beaucoup qui essaient de renverser des montagnes et de tout faire pour sauver les emplois, envers et contre tous les vents contraires (pandémie, fiscalité, réglementation)...C'est un peu triste de ne voir le patronat que sous ce seul angle.
Le but d'une entreprise c'est le profit. L'emploi c'est un juste moyen, ce n'est pas une fin en soi. Par ailleurs, le medef aimerait profiter de la situation pour revenir sur des acquis sociaux, ils ne s'en cachent pas.
Selon le patron des patrons, "il faudra bien se poser la question tôt ou tard du temps de travail, des jours fériés et des congés payés pour accompagner la reprise et faciliter, en travaillant un peu plus, la création de croissance supplémentaire"
https://www.ladepeche.fr/2020/04/12/fau ... 843604.php
Quant aux réformes, mais enfin c'est bien le contraire qui attend Macron : impossibilité totale de mener la moindre réforme désormais alors que l'on a laissé penser qu'on a trouvé la recette de l'argent magique...
Il sera bien obligé de mener des réformes. Du jour au lendemain, les taux d'intérêt sur la dette peuvent exploser, on sera contraint de couper les dépenses publiques, privatiser les biens publics etc... Rien ni personne ne pourra l'empêcher. Voir ce qui est arrivé en Grèce par exemple. Aujourd'hui, Macron nous fait croire que l'argent tombe du ciel, mais quand l'épidémie de Covid sera passée, le discours va changer.
FAYARD
Messages : 24978
Inscription : 18 juin 2007 08:53

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par FAYARD »

Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35
Z_orglub a écrit : 20 oct. 2020 15:00
Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 13:51

Bien sûr que ça tient et plomber l'économie, c'est l'unique but - qu'il n'avouera jamais - de ce gouvernement.
Tu ne l'entends pas la petite musique des banques et du MEDEF en bruit de fond ?
Tu n'entends pas les centaines de milliards que les banques vont prêter aux entreprises, à l’État, aux entrepreneurs exsangues ?
Tu n'entends pas les vagues de licenciements souhaités depuis tant d'années par le patronat qui va enfin frapper aveuglement les cadres et les salariés non qualifiés, sous couvert de Covid19 ?
Tu n'entends pas la petite musique sur le télétravail que joue le MEDEF depuis le début pour accomplir son rêve ultime : plus de salariés, que des prestataires payés à la mission = zéro charge = encore plus de bénéfices.
Tu ne sens pas le souffle des banques, celui des grands groupes immobiliers, de la restauration, des assurances et d'autres encore qui vont racheter pour une poignée de figues les derniers biens des petits entrepreneurs surendettés ? Tu ne me crois pas ? Ça fait trente ans que les agriculteurs vivent cette situation à tel point qu'un agriculteur se suicide chaque jour en France.
Tu ne palpes pas les 245 milliards de dollars que les 25 milliardaires les plus puissants du monde ont accumulé entre la mi-mars et la mi-mai ?
Ah bah oui, tu n'entends pas parce qu'il n'y a plus de bruit à partir de 21 h... :arrow:
Et surtout, la dette publique sera un énorme argument pour mener les réformes libérales dont rêve Macron. Suppressions de fonctionnaires, privatisations, réforme des retraites, assouplissement du code du travail etc etc... le jour où les taux d'intérêt remontent, on aura le droit à tout ça.
Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier, tu n'as pas du en croiser beaucoup qui essaient de renverser des montagnes et de tout faire pour sauver les emplois, envers et contre tous les vents contraires (pandémie, fiscalité, réglementation)...C'est un peu triste de ne voir le patronat que sous ce seul angle.

Quant aux réformes, mais enfin c'est bien le contraire qui attend Macron : impossibilité totale de mener la moindre réforme désormais alors que l'on a laissé penser qu'on a trouvé la recette de l'argent magique...
Boulegan ne parle pas des patrons de PME, ni d’artisans, il parle des grands groupes, qui eux n’ont que faire de leurs salariés.
Le Sphinx n’est plus :character-afro: RIP
Avatar de l’utilisateur
Boulegan
Messages : 10284
Inscription : 10 févr. 2005 11:11
Localisation : Sud

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Boulegan »

Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier
:lol: :lol: :dance: :dance: :clap: :clap:
Ah purée, ça va me faire la semaine je crois !
Dis-toi une chose : en mai 68, les patrons ont eu tellement chaud aux fesses qu'ils se sont jurés de ne plus jamais revivre pareille "révolution".
50 ans après, les patrons (je parle bien sûr des patrons du CAC 40, pas les patrons de PME ou PMI qui survivent comme ils peuvent et font réellement marcher l'économie en réinjectant leurs profits dans leur entreprise ou pour leurs salariés) peuvent licencier comme bon leur semble, tout en faisant des bénéfices (distribués aux actionnaires) et tout en se gavant de crédits d'impôts, de subventions et/ou de niches fiscales.
Les grands patrons arrosent les politiques qui créent des "avantages" sur-mesure pour le patronat, c'est win-win.
Les grands patrons qui ne remercieront jamais assez François Hollande d'avoir pondu le CICE, « l’ambition est de créer un million d’emplois en cinq ans » :roll: :roll: , a dit Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, je m'en souviens encore.
Un allègement de charges aux entreprises sans contrepartie, purée le pied absolu ! Le MEDEF en a rêvé, le boss du PS l'a fait :clap: :clap:
En 2019, en cumulé, on en est à plus de 100 milliards de coût pour les finances publiques (pour à peine 100 000 emplois crées :roll: )... de quoi financer quelques lits en réa, non ?
:arrow: :arrow:
"Etre beau et bien habillé est indispensable. Avoir un but dans la vie ne l'est pas." Oscar Wilde
Z_orglub
Messages : 892
Inscription : 16 juin 2015 22:52

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z_orglub »

FAYARD a écrit : 20 oct. 2020 16:10
Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35
Z_orglub a écrit : 20 oct. 2020 15:00

Et surtout, la dette publique sera un énorme argument pour mener les réformes libérales dont rêve Macron. Suppressions de fonctionnaires, privatisations, réforme des retraites, assouplissement du code du travail etc etc... le jour où les taux d'intérêt remontent, on aura le droit à tout ça.
Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier, tu n'as pas du en croiser beaucoup qui essaient de renverser des montagnes et de tout faire pour sauver les emplois, envers et contre tous les vents contraires (pandémie, fiscalité, réglementation)...C'est un peu triste de ne voir le patronat que sous ce seul angle.

Quant aux réformes, mais enfin c'est bien le contraire qui attend Macron : impossibilité totale de mener la moindre réforme désormais alors que l'on a laissé penser qu'on a trouvé la recette de l'argent magique...
Boulegan ne parle pas des patrons de PME, ni d’artisans, il parle des grands groupes, qui eux n’ont que faire de leurs salariés.
De toutes façons, dans ces grands groupes, le patron n'est qu'un pion qui saute s'il n'optimise pas les profits des actionnaires. C'est toute la perversité du système. On a des espèces d'entités autonomes qui ne répondent qu'à une logique de profit. D'une certaine manière, il n'y a même plus d'humains aux commandes.
Avatar de l’utilisateur
Blueboy
Messages : 502
Inscription : 09 déc. 2005 19:08
Localisation : Paname

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Blueboy »

Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 16:20
Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier
:lol: :lol: :dance: :dance: :clap: :clap:
Ah purée, ça va me faire la semaine je crois !
Dis-toi une chose : en mai 68, les patrons ont eu tellement chaud aux fesses qu'ils se sont jurés de ne plus jamais revivre pareille "révolution".
50 ans après, les patrons (je parle bien sûr des patrons du CAC 40, pas les patrons de PME ou PMI qui survivent comme ils peuvent et font réellement marcher l'économie en réinjectant leurs profits dans leur entreprise ou pour leurs salariés) peuvent licencier comme bon leur semble, tout en faisant des bénéfices (distribués aux actionnaires) et tout en se gavant de crédits d'impôts, de subventions et/ou de niches fiscales.
Les grands patrons arrosent les politiques qui créent des "avantages" sur-mesure pour le patronat, c'est win-win.
Les grands patrons qui ne remercieront jamais assez François Hollande d'avoir pondu le CICE, « l’ambition est de créer un million d’emplois en cinq ans » :roll: :roll: , a dit Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, je m'en souviens encore.
Un allègement de charges aux entreprises sans contrepartie, purée le pied absolu ! Le MEDEF en a rêvé, le boss du PS l'a fait :clap: :clap:
En 2019, en cumulé, on en est à plus de 100 milliards de coût pour les finances publiques (pour à peine 100 000 emplois crées :roll: )... de quoi financer quelques lits en réa, non ?
:arrow: :arrow:
Je pense que la vision que tu as du monde de l'entreprise et de l'économie est tellement biaisée et caricaturale qu'elle rend le dialogue impossible. S'offusquer d'allègement de charges sans contreparties après des décennies de hausse sans contrepartie, c'est malhonnête....
Sois fier et prends cher.
kestrel
Messages : 1052
Inscription : 13 sept. 2011 16:30
Localisation : Pays Basque

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par kestrel »

Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 16:54
Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 16:20
Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier
:lol: :lol: :dance: :dance: :clap: :clap:
Ah purée, ça va me faire la semaine je crois !
Dis-toi une chose : en mai 68, les patrons ont eu tellement chaud aux fesses qu'ils se sont jurés de ne plus jamais revivre pareille "révolution".
50 ans après, les patrons (je parle bien sûr des patrons du CAC 40, pas les patrons de PME ou PMI qui survivent comme ils peuvent et font réellement marcher l'économie en réinjectant leurs profits dans leur entreprise ou pour leurs salariés) peuvent licencier comme bon leur semble, tout en faisant des bénéfices (distribués aux actionnaires) et tout en se gavant de crédits d'impôts, de subventions et/ou de niches fiscales.
Les grands patrons arrosent les politiques qui créent des "avantages" sur-mesure pour le patronat, c'est win-win.
Les grands patrons qui ne remercieront jamais assez François Hollande d'avoir pondu le CICE, « l’ambition est de créer un million d’emplois en cinq ans » :roll: :roll: , a dit Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, je m'en souviens encore.
Un allègement de charges aux entreprises sans contrepartie, purée le pied absolu ! Le MEDEF en a rêvé, le boss du PS l'a fait :clap: :clap:
En 2019, en cumulé, on en est à plus de 100 milliards de coût pour les finances publiques (pour à peine 100 000 emplois crées :roll: )... de quoi financer quelques lits en réa, non ?
:arrow: :arrow:
Je pense que la vision que tu as du monde de l'entreprise et de l'économie est tellement biaisée et caricaturale qu'elle rend le dialogue impossible. S'offusquer d'allègement de charges sans contreparties après des décennies de hausse sans contrepartie, c'est malhonnête....
Et ce n'est pas malhonnête de toucher 100 milliards pour ne créer que 100 000 emplois, le tout en détournant l'argent public, mon argent, ton argent

https://www.capital.fr/economie-politiq ... os-1355583
Avatar de l’utilisateur
Blueboy
Messages : 502
Inscription : 09 déc. 2005 19:08
Localisation : Paname

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Blueboy »

Je ne parle pas du CICE.

Je parle de l'ensemble des charges patronales et salariales.
Sois fier et prends cher.
Z_orglub
Messages : 892
Inscription : 16 juin 2015 22:52

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Z_orglub »

Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 16:54
Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 16:20
Blueboy a écrit : 20 oct. 2020 15:35Franchement c'est terriblement cynique de penser que le souhait des patrons est de pouvoir licencier
:lol: :lol: :dance: :dance: :clap: :clap:
Ah purée, ça va me faire la semaine je crois !
Dis-toi une chose : en mai 68, les patrons ont eu tellement chaud aux fesses qu'ils se sont jurés de ne plus jamais revivre pareille "révolution".
50 ans après, les patrons (je parle bien sûr des patrons du CAC 40, pas les patrons de PME ou PMI qui survivent comme ils peuvent et font réellement marcher l'économie en réinjectant leurs profits dans leur entreprise ou pour leurs salariés) peuvent licencier comme bon leur semble, tout en faisant des bénéfices (distribués aux actionnaires) et tout en se gavant de crédits d'impôts, de subventions et/ou de niches fiscales.
Les grands patrons arrosent les politiques qui créent des "avantages" sur-mesure pour le patronat, c'est win-win.
Les grands patrons qui ne remercieront jamais assez François Hollande d'avoir pondu le CICE, « l’ambition est de créer un million d’emplois en cinq ans » :roll: :roll: , a dit Pierre Gattaz, le patron du MEDEF, je m'en souviens encore.
Un allègement de charges aux entreprises sans contrepartie, purée le pied absolu ! Le MEDEF en a rêvé, le boss du PS l'a fait :clap: :clap:
En 2019, en cumulé, on en est à plus de 100 milliards de coût pour les finances publiques (pour à peine 100 000 emplois crées :roll: )... de quoi financer quelques lits en réa, non ?
:arrow: :arrow:
Je pense que la vision que tu as du monde de l'entreprise et de l'économie est tellement biaisée et caricaturale qu'elle rend le dialogue impossible. S'offusquer d'allègement de charges sans contreparties après des décennies de hausse sans contrepartie, c'est malhonnête....
Tu peux nous en dire un peu plus ?
Silver0l
Messages : 7490
Inscription : 19 août 2005 09:45
Localisation : 92
Contact :

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Silver0l »

Marc 4 tri a écrit : 19 oct. 2020 11:40
Salut Silver01 !
J'ai suivi tes conseils littéraires, et voulais acheter ton bouquin.
Mais ya un truc qui me chagrine : figure toi qu'il est en vente sur Amazon (ton principal concurrent contre lequel tu te bats quotidiennement)

https://www.amazon.fr/s?k=augmentus&__m ... nb_sb_noss

Et comme je ne voudrais pas que tu deviennes l'idiot utile d'Amazon malgré toi .. :think:
Merci pour avoir voulu acheter mon bouquin... :sm11:

Sinon, si tu t'y connaissais un minimum en édition, tu saurais qu'un auteur n'a absolument rien à dire sur les canaux de diffusion de son ouvrage: c'est la responsabilité de l'éditeur.

Mais après, ce qui est intéressant dans l'histoire, c'est pas d'être l'idiot inutile d'Amazon en criant "mort à Amazon", en demandant telle ou telle taxe ou en fomentant des grèves, et en empêchant de fait l'émergence de toute forme de concurrence viable.

Ce qui est utile, c'est de comprendre ce qui fait la force d'Amazon, pour pouvoir créer des alternatives qui soient attractives, autant pour les auteurs que pour les consommateurs.

La plupart des éditeurs haïssent Amazon, mais en vérité ils n'ont pas le choix: Amazon est un trop bon canal de vente.

Lorsque j'ai contacté un journaliste qui m'avait interviewé et que je lui ai demandé que suite à sa (très bonne!) critique, le site web de son journal ne renvoie pas sur Amazon pour un achat, mais plutôt sur un autre site (par ex. celui de mon éditeur), il m'a répondu que c'était impossible: Amazon avait conclu un accord avec son journal, par lequel ils rétrocèdent une commission lorsqu'ils vendent un livre grâce à leur lien. Quels sont les vendeurs de livre en France qui ont une stratégie digitale à la hauteur?

Mais là où Amazon casse vraiment un paysage centenaire, c'est qu'ils bouleversent totalement le métier de l'édition... en supprimant non seulement le libraire mais aussi l'éditeur. J'ai autopublié certains livres (à vocation plus confidentielle) et c'est là que j'ai compris la force du modèle Amazon. Si tu es un jeune auteur avec un premier manuscrit que tu souhaites publier, tu as 4 possibilités:
  • tu es un people et tu es sûr d'avoir un tirage minimum rien que sur ton nom (que tu aies écrit ou pas le bouquin, d'ailleurs), pas de pb pour trouver un éditeur, ils se pressent à tes pieds
  • personne ne te connaît, tu envois ton manuscrit par la poste à une douzaine d'éditeur (ce que j'ai fait)... et tu as environ 1 chance sur 10000 d'être retenu
  • tu fais de l'autoédition: en France tu as chaque année des milliers d'auteurs qui rêvent d'être publié mais qu'aucun éditeur ne veut publier. Après s'être fait refuser 50 fois leur manuscrit, ils vont voir un spécialiste de l'auto-édition, qui les fera payer pour être édité! Il y a tout un business sur l'auto-édition qui prospère sur la frustration des auteurs non publiés.
  • tu vas voir Amazon: ils prennent TOUS les manuscrits, et ils les publient, gratuitement. Si ça marche, tu perçois des royalties, 30% par livre vendu, beaucoup plus que les 10% que te donne un éditeur traditionnel
Pas besoin d'être un as du marketing pour comprendre pourquoi le modèle Amazon s'impose. De plus en plus de jeunes auteurs se font connaître grâce à Amazon. Pourquoi le modèle Amazon est si puissant?
  • C'est self-service et numérique: l'auteur prépare son manuscrit, le relit, fait la mise en page, la couverture... tout ce que l'éditeur fait traditionellement
  • C'est du print-on-demand: pas de risque de se retrouver avec des invendus à mettre au pilon, les ouvrages sont imprimés au moment où ils sont vendus, les coûts d'impression sont toujours couverts par la vente
  • On vire les libraires de la chaîne de valeur en vendant directement aux lecteurs, donc plus de part de gâteau pour l'auteur... et pour Amazon
  • La fonction traditionnelle de l'éditeur est de trier parmi les milliers de manuscrits qu'il reçoit les quelques uns qu'il estimera digne de publier: Amazon remplace ça par un système de rating des lecteurs et une IA qui fait des recommandations de lecture, ce n'est plus l'éditeur qui décide qui doit être publié, mais le rating de la multitude qui décide qui connaîtra le succès ou sombrera dans la masse des ouvrages inconnus
Bref, Amazon est arrivé à faire un business extrêmement profitable, pour eux mais aussi pour les auteurs et lecteurs, en cassant et en remplaçant toute la chaîne de valeur traditionnelle éditeur / grossiste / libraire. Et pendant ce temps Marc B. et consorts se battent pour faire fermer un entrepôt Amazon en temps de COVID, comme si ça allait changer quelque chose à ce qui fait la suprématie de leur modèle...

En France on n'a rien trouvé d'équivalent ou alternatif à Amazon, et on a rien trouvé de mieux que de profiter de la frustration des jeunes auteurs pour les arnaquer par l'autopublication - sauf s'ils sont une star de la téléréalité, du foot ou de la politique, ou si leurs déclarations fracassantes font le buzz sur les réseaux...

On sait très bien gueuler "à mort Amazon" et se moquer et mettre 12000 bâtons dans les roues des startups, mais pour moderniser la chaîne de valeur du livre et s'adapter aux besoins des nouvelles générations d'écrivains et de lecteurs, il y a déjà nettement moins de monde. Autant dire, qu'ils n'ont pas beaucoup de souci à se faire tant que toute l'intelligence qu'on est capable de mobiliser en France est de gueuler CONTRE quelque chose au lieu d'être capable de se battre POUR créer les conditions de l'émergence d'une vraie alternative. T'auras beau gueuler, protester, taxer, les gens votent avec leur CB: tant qu'Amazon apportera un meilleur service à un meilleur prix, ils iront chez Amazon.
Augmentus, le roman des cyclistes qui aiment l'IA
Apprenez à nager avec Le journal d'un nageur de l'ère post-Trump
Avatar de l’utilisateur
Bardamu
Messages : 4865
Inscription : 06 déc. 2013 19:18

Re: COVID-19, de l'espoir?

Message non lu par Bardamu »

Boulegan a écrit : 20 oct. 2020 14:57
Bardamu a écrit : 20 oct. 2020 14:48 Là par contre t'as tout faux.
Macron est débordé, le monde réel lui arrive en pleine gueule et il est débordé... Le peuple n'est plus dupe des slogans débiles sur le "vivre-ensemble"
Tu parles de quel peuple ?
Celui qui accepte sans broncher un couvre-feu inique, sans se révolter et qui serait (à 78 %) ok pour un reconfinement ?
Faut voir, c'est ce même peuple qui se laisse envahir et humilier tous les jours depuis 50 ans. Là il semble frémir enfin contre la barbarie importée, y a peut-être un espoir qu'il dise un gros fuck à Macron (y a déjà eu un moment avec les tout premiers Gilets Jaunes quand même)
Répondre