Impossible de se maintenir au delà du seuil

Que faire quand ça va pas?
FAYARD
Messages : 18848
Enregistré le : 18 juin 2007 08:53

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par FAYARD » 20 mars 2018 12:08

USAT nous sommes tous différents, certains ont la chance de pouvoir aller loin dans la souffrance sans abîmer leur corps, d’autres non. Tu ne peux pas généraliser, ça n’a pas de sens. Et puis tu as des blessures liées à la vie courante qui te limite en sport, et c’est pas l’acrivite physique qui en est la cause principale. Demande à Gadagne, il est assez bien placé pour le savoir.
Fin des travaux sur le topic Ericd. Les modos bossent même le dimanche !!! :mrgreen:

100km
Messages : 3148
Enregistré le : 29 sept. 2010 13:39

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par 100km » 20 mars 2018 12:55

USAT a écrit :
20 mars 2018 11:55
Voir le sport comme une guerre ou de la souffrance, je trouve ça très négatif.
Bah pourquoi ? Si c'était facile ca serait plus de la compet mais bien du jeu. Y'a forcément un moment dans le sport où la difficulté arrive

USAT a écrit :
19 mars 2018 15:58
Le problème est peut être que tu as un mental trop fort qui te pousse a supporter la douleur plus que de raison et donc induit d'abimer encore plus ton physique. je le dis avec des pincettes :wink:
C'est possible. Je suis un peu maso et j'aime ca :twisted:
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul

tomP
Messages : 55
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 20 mars 2018 13:33

il faut avoir la sagesse d’arrêter qd tu sens que ça va pas. j'ai fini des courses dans un etat lamentable en étant pas malade .mais aujourd hui on joue pas une place a Hawai, on joue une articulation...on a des maladies qui sont incurables. seule la rémission peut être espérée.
100km tu n'es pas sans savoir que la course a pieds nous est interdit. qu'un cartilage détruit ne se remplace pas. ah si par une prothèse...tu essayeras courir avec tiens.
pour en revenir a ton post de départ, je maintiens que tu dois axer ta prepa sur le vélo, carrément type cycliste. tout les post sur les IM te dirons la même chose. 1h de nat ou 1h30: on s'en fou par contre 7 a 8 h de vélo où tu poses le vélo a T2 pas trop entame ca compte!!! le marathon reste une rando course pour les 3/4 des concurrents, a gérer l'hydratation et l'alimentation.

100km
Messages : 3148
Enregistré le : 29 sept. 2010 13:39

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par 100km » 20 mars 2018 14:19

tomP a écrit :
20 mars 2018 13:33
il faut avoir la sagesse d’arrêter qd tu sens que ça va pas. j'ai fini des courses dans un etat lamentable en étant pas malade .mais aujourd hui on joue pas une place a Hawai, on joue une articulation...on a des maladies qui sont incurables. seule la rémission peut être espérée.
C'est peut-être là le problème, j'ai souvent fini en étant malade : des ampoules, en passant par les vomissements aux douleurs dans les fesses (typiques des spondyleux), tendinites, sciatiques... Je courrais rarement sans anti-inflammatoire en fait, que je prenais juste avant la course pour gérer les futures douleurs :roll:

Merci pour tes conseils de préparation, c'est un peu de cette manière que je l'ai envisagé l'année dernière. Mais c'est dommage je voulais reprendre un peu la CAP car à chaque fois c'est pareil, jusqu'au moment où je pose le vélo tout va bien... Mais bon faut faire avec et de toutes facons là j'ai clairement un genou qui dit non : TFL, tendinite de la pâte d'oie plus des décharges électriques sous la partie haute de la rotule et douleurs à l'arrière sous le genou. Mais même pour nager c'est chiant car à chaque poussée je dérouille
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul

tomP
Messages : 55
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 20 mars 2018 23:16

Qd je lis ton dernier post j ai l impression que c’est moi qui l ait écrit !!
Mon genoux gauche est dans le mm état que le tiens, depuis 3 semaines. Anti inflammatoire juste avant la course, sciatique, enthesites...
J imagine qu avec ton crohn tu as essayé plusieurs régime ? Probiotiques ?
As tu essayé les huiles essentielles pour tes articulations? Ça marche pas mal, je m en sers aussi avec de l argile verte en cataplasme...
la phytothérapie ?
La cryothérapie ?

Pour la piscine je fais quasiment plus de poussée,de toute façon y a pas de mur dans la mer ni dans les lacs :lol:

USAT
Messages : 2189
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par USAT » 21 mars 2018 12:03

j'arrive pas a comprendre pourquoi vous vous mettez dans des états pareil. ça me dépasse. pas une critique négative, juste une interrogation. J'arrive pas a comprendre cette attitude.
FAYARD a écrit :
20 mars 2018 12:08
USAT nous sommes tous différents, certains ont la chance de pouvoir aller loin dans la souffrance sans abîmer leur corps, d’autres non. Tu ne peux pas généraliser, ça n’a pas de sens. Et puis tu as des blessures liées à la vie courante qui te limite en sport, et c’est pas l’acrivite physique qui en est la cause principale. Demande à Gadagne, il est assez bien placé pour le savoir.
Souffrir dans l'instant est une chose, se détruire en est une autre. ( Etj'ai bien souffert dimanche :evil: )

En course à pied ça va de paire. Les "compétiteurs" sont tous foutus à 50 piges. Ce que je comprends pas, encore une fois, c'est que tu sais que ça va finir comme ça, avec un corps détruit, et que malgré tout, ils le font quand même, en essayant de recourir à tous les moyens possible pour continuer jusqu'au bout du bout, bien souvent jusqu'à l'opération. Comme un fumeur qui continue en sachant qu'il aura un cancer. L'argument " oh y'en a qui ont fumé toute leur vie ils ont rien eu". oui, il y a toujours des exceptions qui confirme la règle.

j'ai arrêté la course pour ça, avant qu'il soit trop tard, parce que je veux pas être comme tous ceux que je vois autour de moi avec des genoux ou une hanche en plastoque dans 15 piges.

warp1977
Messages : 1059
Enregistré le : 13 avr. 2012 10:36

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par warp1977 » 21 mars 2018 13:11

USAT a écrit :
21 mars 2018 12:03
j'arrive pas a comprendre pourquoi vous vous mettez dans des états pareil. ça me dépasse. pas une critique négative, juste une interrogation. J'arrive pas a comprendre cette attitude.
Idem. Je trouve ça limite inconscient de s'infliger du sport de manière intense, alors que le corps ne suit plus..
À croire que la vie ne tourne qu'autour du triathlon.

IRONMAN04
Messages : 887
Enregistré le : 09 août 2015 18:48

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par IRONMAN04 » 21 mars 2018 13:29

Salut,
La question est,,,, jusqu’ou Aller??? Certains vont très (trop) loin dans la recherche de la performance,,,, d’autres dans le «plaisir » ce qui n’empeche pas la performance. Après reste la notion de santé,,, mais là on est pas tous égaux devant ce critère.........
Perso, tout comme la justice,,,,, la balance doit être à l’equilibre et avec l’age, les aléas de santé, j’essaie d’être performant mais pas à n’importe quel prix. Et si je me sais avoir de la marge en CAP, en ayant commencé à courir tard (la cinquantaine), je ne suis pas prêt à courir le risque de me blesser sérieusement pour une hypothétique performance dans mon GA,,,,, alors je m’en tiens à 2-3 séances CAP Max par semaine en privilégiant les sports portés, vélo et natation bien moins traumatisants.... Et si cette façon de faire m’eloigne des meilleures places en GA, je n’en suis pas loin et suffit à mon bonheur, le tout en me faisant plaisir dans la seule pratique.....
Mais chacun a sa façon de voir la chose, avec son âge, son profil, ses objectifs et surtout ses moyens physiques,,,, et c’est à chacun de trouver son bonheur.....
C’est l’experience et souvent l’age qui va avec qui module cette vision de plaisir. Les témoignages plus hauts en sont un exemple, tout comme eux, un « pépin cardiaque » voilà 1 an et demi à modifier mon point de vue et le simple fait de reprendre le sport et encore plus remettre un dossard est devenu une belle victoire.... Il faut être passer par là pour ressentir cette sensation......
Bref, l’essentiel est de trouver ce que l’on cherche,,,, ou qu’il soit... :wink:
Ciao

100km
Messages : 3148
Enregistré le : 29 sept. 2010 13:39

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par 100km » 21 mars 2018 16:13

USAT a écrit :
21 mars 2018 12:03
j'arrive pas a comprendre pourquoi vous vous mettez dans des états pareil. ça me dépasse. pas une critique négative, juste une interrogation. J'arrive pas a comprendre cette attitude.
Si je suis le postulat "Je trouve ça limite inconscient de s'infliger du sport de manière intense, alors que le corps ne suit plus" je ne m'y serai tout simplement jamais mis ! +35 ans, +100Kg, jamais fait trop de sport avant... à si un peu : pilier ou talonneur au rugby. Je te laisse imaginer dans quelle proportion mon corps m'a suivi... "Anything is possible, isn't it ?"

Et parce que dans tout ce que j'entreprend je le fais à fond ou je ne le fais pas. La limite n'existe pas : pourquoi se freiner quand même dans la souffrance on y prend du plaisir ? Après une course j'avais déjà envie de repartir pour la refaire et pousser encore pour voir jusqu'où je pouvais aller. A cette époque c'était 12 triathlons par saison, tous formats. La recherche de performance c'est ce qui nous motive tous, non ?

Si c'est pour faire un jogging le dimanche matin à côté de mamie pendant 2h à 8km/h on sait tous faire, pas besoin d'être ironman pour faire ca. Alors on a envie de pousser et parce que l'on a envie d'un entraînement utile pour la suite.

Egalement j'ai le droit, le devoir même, de bouger. Ne rien faire entraîne l'ankylose. Même au point le plus haut des crises de sciatique, ou cruralgie mon médecin ne m'a jamais immobilisé et moi non plus. C'est même les meilleurs moments pour caser une petite séance de nat, vélo ou cap pour se débloquer. Et oui, je marche comme un petit vieux mais j'arrive à courir ! Paradoxal ! Si ca s'est pas favoriser l'état d'esprit dans lequel je suis déjà ? Dans un cas je souffre le martyr et dans l'autre un peu moins en réalisant de vrais exploits, pour moi.
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul

FAYARD
Messages : 18848
Enregistré le : 18 juin 2007 08:53

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par FAYARD » 21 mars 2018 17:01

USAT a écrit :
21 mars 2018 12:03
j'arrive pas a comprendre pourquoi vous vous mettez dans des états pareil. ça me dépasse. pas une critique négative, juste une interrogation. J'arrive pas a comprendre cette attitude.
FAYARD a écrit :
20 mars 2018 12:08
USAT nous sommes tous différents, certains ont la chance de pouvoir aller loin dans la souffrance sans abîmer leur corps, d’autres non. Tu ne peux pas généraliser, ça n’a pas de sens. Et puis tu as des blessures liées à la vie courante qui te limite en sport, et c’est pas l’acrivite physique qui en est la cause principale. Demande à Gadagne, il est assez bien placé pour le savoir.
Souffrir dans l'instant est une chose, se détruire en est une autre. ( Etj'ai bien souffert dimanche :evil: )

En course à pied ça va de paire. Les "compétiteurs" sont tous foutus à 50 piges. Ce que je comprends pas, encore une fois, c'est que tu sais que ça va finir comme ça, avec un corps détruit, et que malgré tout, ils le font quand même, en essayant de recourir à tous les moyens possible pour continuer jusqu'au bout du bout, bien souvent jusqu'à l'opération. Comme un fumeur qui continue en sachant qu'il aura un cancer. L'argument " oh y'en a qui ont fumé toute leur vie ils ont rien eu". oui, il y a toujours des exceptions qui confirme la règle.

j'ai arrêté la course pour ça, avant qu'il soit trop tard, parce que je veux pas être comme tous ceux que je vois autour de moi avec des genoux ou une hanche en plastoque dans 15 piges.
Pour certains, aller au bout, chercher la limite, c'est se sentir vivant, exister, tout simplement. D'autres cherchent juste à s'entretenir, perdre du poids, être bien dans son corps pour être bien dans sa tête, à chacun sa pratique, et puis nous évoluons avec le temps qui passe, notre pratique, notre Graal se transforme, on devient plus raisonnable, ou pas...Je comprend très bien la démarche de 100km, tomP ou d'IRONMAN04.
Fin des travaux sur le topic Ericd. Les modos bossent même le dimanche !!! :mrgreen:

Z_orglub
Messages : 72
Enregistré le : 16 juin 2015 22:52

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par Z_orglub » 22 mars 2018 16:26

100km a écrit :
21 mars 2018 16:13
La recherche de performance c'est ce qui nous motive tous, non ?
Non, pas forcément. Moi par exemple, j'aime avant tout l'effort physique, faire du sport en plein air, la maitrise des gestes techniques. Jusqu'à 40 ans, j'étais dans une optique de progression, mais après quelques petits ennuis de santé (ou j'ai bien failli finir invalide) j'ai changé de point de vue. J'espère surtout pouvoir faire du sport dans de bonnes conditions le plus longtemps possible. Malheureusement, ça m'a obligé à renoncer à certains sports et à modifier la manière dont j'en pratique d'autres. C'est forcément frustrant, mais je pense que le jeu n'en vaut pas la chandelle et de toutes façons c'est inévitable. Le coté positif, c'est qu'il y a beaucoup de sports intéressants qui sont moins traumatisant que d'autres. Après je comprends aussi que certains éprouvent plus de satisfactions à faire des iron man que des cours de taichi ou de la randonnée. A chacun de peser le pour et le contre.

warp1977
Messages : 1059
Enregistré le : 13 avr. 2012 10:36

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par warp1977 » 23 mars 2018 09:14

100km a écrit :
21 mars 2018 16:13
. La recherche de performance c'est ce qui nous motive tous, non ?
Certainement pas au détriment de ma santé :roll:

flu
Messages : 547
Enregistré le : 11 août 2006 22:52

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par flu » 24 mars 2018 08:50

Cela m'interpelle toujours des athlètes dans cette situation là , mal en point et ne jouant pas la gagne, prendre des médocs pour absolument participer à une course. Je crois que c'est plus le corps qu'il faut soigner ...

USAT
Messages : 2189
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par USAT » 24 mars 2018 10:30

flu a écrit :
24 mars 2018 08:50
Cela m'interpelle toujours des athlètes dans cette situation là , mal en point et ne jouant pas la gagne, prendre des médocs pour absolument participer à une course. Je crois que c'est plus le corps qu'il faut soigner ...
C'est pas si simple, il y a plusieurs cas de figure. Celui qui a une maladie qui a une cause extra sportive qui veut continuer le sport, celui qui se blesse à cause d'une pratique trop intense, celui qui a un mauvais geste et fini par se faire mal sans pour autant faire des courses, celui qui pratique pour le plaisir tout en ayant une"fragilité" physique

Quand tu as une maladie qui a une cause extra sportive, pratiquer peut être une forme de défi, un moyen de tenir le coup coûte que coûte. à voir si c'est bénéfique ou pas. pour la tête c'est évident ( je suis passé par là ) mais pour le corps?

Quelque soit la situation, je pense que chacun devrait se poser cette question : le sport me fait il plus de bien que de mal? Sachant qu'il y 2 paramètres : le physique et la tête. Et c'est là le souci.

Avec l'âge on devient plus sage, surtout avoir avoir essuyer des ennuis de santé. C'est l'âge de raison, et ça peut être assez jeune.( 30/35 ans)

Pour moi ce qui pose problème c'est le cas de figure ou le sportif va continuer à pratiquer intensément malgré des blessures qui deviennent de plus en plus handicapantes et ne remet pas les raisons et la forme de sa pratique, malgré le fait qu'il sait qu'il se détruit à petit feu, c'est celui qui va tenir avec des médicaments, des opérations, des injections etc.

Il y a une dissonance entre le "bien ou le besoin" psychique ( Pour X raisons, "performer" sur une course, reconnaissance sociale, besoin de se prouver quelque chose etc" et la destruction de ton corps.

C'est un comportement qui n'est pas sain et destructeur, éloigné du bienfait que doit apporter le sport, même pour celui qui pratique en compétition. Déviance psychologique, et celui qui est dans cette attitude, malgré ses raisons qui lui semblent bonnes, cherche un a combler un manque, et/ou de la reconnaissance ( personnelle ou sociale).

Avoir une personne extérieure qui t'interpelle ça s'appelle un ami ; encore faut il l'écouter et j'ai vu que c'était souvent un dialogue de sourd, jusqu'au point de rupture physique totale. ( Et ressortent à ce moment les phrases du style: "Je te l'avais pourtant dit" - " je ne t'ai pas écouté" etc )

Certains sports y sont plus assujettis que d'autres ; pour moi le marathonien(ne) est un cas typique.

Pour d'autres sports, l'incidence d'une pratique intensive est moins marquée sur le corps même si le coté psycho est présent.

tomP
Messages : 55
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 24 mars 2018 11:29

qu'est ce qu tu veux flu les athlètes sains prennent des médocs pour la gagne et les malades pour finir... toujours un pb de niveau quoi!
évite de nous juger sachant que tu n'es pas dans notre cas. je ne souhaite a personne d'avoir des problèmes de santé graves, mais qd tu as deux ou trois médecins qui te disent:" vous savez en général les malades comme vous ne font pas de vieux os" tu as envie de faire autre chose que de te planter devant une télé et attendre que le temps passe! sachant aussi que comme l a dit 100km l'exercice nous est conseillé, c'est la dose qui est pour nous difficile a juger. a l'inverse d'un athlète sain qui a une tendinite et qui doit se reposer, qd on a mal au genoux on fais une séance de home trainer et ça va mieux
sache aussi que j'ai toujours couru sans medocs et c'est une fois en parlant de mes problèmes que j'avais a la fin en CAP avec un mec licencié dans un gros club (où il y a des athlètes pros ) qui m'a dit: " pourquoi tu t'emmerdes t as qu'a prendre un anti inflammatoire y en a plein qui le font" en me donnant le nom des medocs...
et depuis, j'en ai toujours sur moi au cas ou. je m'entraine sans medocs pour écouter mes sensations et mon corps et j'ai revu ma pratique comme je l'ai déjà dit précédemment. j'ai un suivi médical stricte et régulier. mais je n’hésite pas a m'en servir en CAP a la fin d'un tri par ce que ça me protège les articulations.

ensuite comme n'importe quel athlète qui arrive a s'entrainer, on a envie de faire la compète. j'arrive a m'entrainer en gérant mes problèmes, sauf qu'enchainer les trois disciplines qques fois ça coince a la fin...on a déjà la sanction de la maladie je vois pas pourquoi on devrait avoir la double peine. on joue pas la gagne comme tu dis, on fait chier personne on paie et on a les mêmes règles que tout le monde.
si on t’écoute bientôt les cardiaques les diabétiques, les hypertendus etc...tous sous medocs, qui prennent tous un risque plus ou moins grand en faisant du sport n'auront plus le droit de participer a une course! il faut qu'ils aillent voir un psy :shock: ! d'autant qu'ils jouent pas la gagne :shock: !
tu crois que l’athlète sain qui prépare une course et se viande a vélo a 15jrs de l'objectif ne prendra 1g de paracetamol ou un nurofen avant la course parce qu'il a encore mal au poignet ou a l’épaule?
je parle pas des pros qui sont tous asthmatiques!laisse moi rire!
de toute façon, pour avoir discuté avec bcp de médecins, tous sont d'accord pour dire que tous les athlètes qui dépassent la distance M ou qui font des marathons et plus, mettent leur corps en danger a plus ou moins long terme, alors je pense que les cabinets de psy vont remplir, peut être toi le 1er... :sm10: flu

USAT +1

Répondre