Impossible de se maintenir au delà du seuil

Que faire quand ça va pas?
Gadagne
Messages : 5306
Enregistré le : 02 juin 2015 14:28

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par Gadagne » 15 mars 2018 19:42

Les aléas de la vie permettent aussi et surtout de trouver de nouvelles passions, de nouvelles motivations, d apprécier le quotidien, ne pas trop chercher le bonheur , il est là, au présent .

Le passé est ce qu il est , on a été capable de certaines choses, plus maintenant. C est comme ça , évitez de tournez en rond, de rabâcher vos souffrances certes réelles je l entends et ne les minimises absolument pas mais surtout calmez vous avec vos addictions sportives ,ouvrez vous à d autres choses de la vie :sm2:

tomP
Messages : 69
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 16 mars 2018 11:02

Gadagne t a fait un bon résumé.
mon cas ne dois pas t'effrayer c'est la preuve que l'on peut y arriver a condition de faire des concessions...meme si c'est très dur et quelles sont très importantes. la preuve tu as fait un marathon que je serais incapable de faire...
il faut faire le menage dans tous ce qui te pollue la vie, tous ce qui nous a mis dedans...
pour moi ça a été un choque j’étais un coureur a la base. 10 ans de compétition en FFA. le triathlon, j'y étais venu grâce un copain mais je roulais et nageais 3 mois avant l’échéance. par contre je courrais toute l'année par tous les temps 4 a 5 fois par semaine.
au début je m'acharnais a vouloir courir. c'est qd j ai compris que ça servait a rien, que je ne luttais plus contre moi même mais une maladie, un état, que je me suis fait une raison. ma santé s'est doucement amélioré. je pense que psychologiquement c'est un phase indispensable. après c'est un cercle vertueux (même si il y a des hauts et des bas). psychologiquement tu vas mieux tu pourras peut être réduire les medocs= plus de facilité a perdre du poids = plus de facilité a t'entrainer et ainsi de suite...
j’espère que tu y arriveras et tu verras qu’après tu diras: pfuff finalement toutes ces choses (que tu prenais a coeur) étaient futiles, le bonheur finalement est la dans ton quotidien avec des choses simples. cf Gadagne
tu dis que tu te dieselises en nat et en velo. essaye de remettre du rythme sur HT. et faire qqes series en nat progressivement...
et puis je te dirais qu au ventoux j'ai bcp marché et j'ai pris mon temps aux ravittos j'ai discuté avec les bénévoles, les ai remercié... j'ai trouvé ça franchement sympa et j'ai vu le tri autrement, sans me prendre la tête.
mon rêve serait de finir un jour un iron, je sais qu'il me faudra surement deux ans pour y arriver au lieu de 6 mois avant et que je serais surement plus près des 17h que des 10h, que je marcherais bcp sur le marathon, et alors...
je peux pas mettre ici toute ma vie, les changements, les mises en places, les choses un peu plus dures (que tu connais ) mais si tu veux échanger plus dans le détail n’hésite pas me contacter en mail perso...
bien a toi

francky48
Messages : 2499
Enregistré le : 26 nov. 2008 16:21

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par francky48 » 16 mars 2018 11:08

tomP a écrit :
16 mars 2018 11:02
Gadagne t a fait un bon résumé.
mon cas ne dois pas t'effrayer c'est la preuve que l'on peut y arriver a condition de faire des concessions...meme si c'est très dur et quelles sont très importantes. la preuve tu as fait un marathon que je serais incapable de faire...
il faut faire le menage dans tous ce qui te pollue la vie, tous ce qui nous a mis dedans...
pour moi ça a été un choque j’étais un coureur a la base. 10 ans de compétition en FFA. le triathlon, j'y étais venu grâce un copain mais je roulais et nageais 3 mois avant l’échéance. par contre je courrais toute l'année par tous les temps 4 a 5 fois par semaine.
au début je m'acharnais a vouloir courir. c'est qd j ai compris que ça servait a rien, que je ne luttais plus contre moi même mais une maladie, un état, que je me suis fait une raison. ma santé s'est doucement amélioré. je pense que psychologiquement c'est un phase indispensable. après c'est un cercle vertueux (même si il y a des hauts et des bas). psychologiquement tu vas mieux tu pourras peut être réduire les medocs= plus de facilité a perdre du poids = plus de facilité a t'entrainer et ainsi de suite...
j’espère que tu y arriveras et tu verras qu’après tu diras: pfuff finalement toutes ces choses (que tu prenais a coeur) étaient futiles, le bonheur finalement est la dans ton quotidien avec des choses simples. cf Gadagne
tu dis que tu te dieselises en nat et en velo. essaye de remettre du rythme sur HT. et faire qqes series en nat progressivement...
et puis je te dirais qu au ventoux j'ai bcp marché et j'ai pris mon temps aux ravittos j'ai discuté avec les bénévoles, les ai remercié... j'ai trouvé ça franchement sympa et j'ai vu le tri autrement, sans me prendre la tête.
mon rêve serait de finir un jour un iron, je sais qu'il me faudra surement deux ans pour y arriver au lieu de 6 mois avant et que je serais surement plus près des 17h que des 10h, que je marcherais bcp sur le marathon, et alors...
je peux pas mettre ici toute ma vie, les changements, les mises en places, les choses un peu plus dures (que tu connais ) mais si tu veux échanger plus dans le détail n’hésite pas me contacter en mail perso...
bien a toi
Ce message est une leçon de vie :sm6:

100km
Messages : 3148
Enregistré le : 29 sept. 2010 13:39

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par 100km » 16 mars 2018 12:09

Déjà, grand merci à Gadagne pour ton soutien. Je connais plutôt le ton acerbe de tes messages :wink: et apprécie cette forme de respect. C'est un problème de perception mais je ne capte pas ces petits bonheurs du quotidien. Ils sont gommés par le reste trop présent. J'ai, sûrement comme beaucoup de triathlètes, une difficile perception de la limite à ne pas franchir, dans tous les registres. Ceci expliquant la maladie... Pourquoi je chercherai une autre passion alors que je venais de la trouver à 34 ans !? Reste que cela est encore une passion, une forme de vie sans limites.

tomP encore une fois, tout ce que tu dis je le sais, je l'ai vécu, je le vis et j'essaye de composer avec. Mais pas facile. Ne serait-ce que sur OT par exemple, difficile de s'intégrer à une communauté qui a les moyens (physiques) de vivre son sport. En course, ca va à peu près jusqu'à la pose du vélo mais ensuite c'est la galère. Ca l'a toujours été mais maintenant sans réel compétences au départ ni entretien en CAP cela devient un calvaire. Le chrono qui tombe, la souffrance qui attaque plus qu'avant, le regard des autres (concurrents comme spectateur). Sur long je compose avec car il y a beaucoup de marcheurs passé une certaine heure :lol:
Et puis quand on voit mon bide on se doute que je ne peux pas beaucoup lutter. Reste qu'avec une trifonction de club sur le dos et un matos digne du pimpin (pas de vélo clm quand même, mon corps ne me le permet plus) j'ai l'air d'un con. J'ai tout du triathlète sans le corps qui va avec. Même mon entraîneur natation dans le nouveau club que je viens d'intégrer me prend pour un débutant et me demande encore si ca a été à la dernière séance si j'ai pas trop de courbatures ou autres alors que j'ai déjà bouffé plus de 3x ce qu'il me demande dans d'autres clubs auparavant...

Bref j'apprends aussi à faire avec mais même si je suis habitué aux fonds de classements depuis longtemps là je passe carrément du côté des hors délais... Cf à l'ironman de Nice, un mauvais choix -assumé- pour le vélo qui ne correspond pas à mon gabarit obèse, ni la température quand l'édition était en plus en Juillet plutôt qu'en Juin ! J'ai lutté, surtout en CAP mais je n'ai pas abandonné (encore un pb de limite). A l'attaque du dernier tour, au 32ème km (CAP) j'ai été mis hors délai voyant que j'avais 1h pour boucler mes 10 derniers km et que ce serait franchement irréalisable. Ouch mais je l'ai vu venir. C'était le pied mais dans ces conditions, une ambiance de dingue, du partage avec des concurrents, des bénévoles, un ascenseur émotionnel... Mais toujours l'impression de ne pas faire partie de la communauté, des participants et je n'ai pas saisi l'intérêt de monter sur IM pour ne pas y courir à son niveau, ni courir tout court. On va juste au bout pour aller au bout mais cela en devient ridicule car quand on marche et ce n'est plus une course. Et puis je l'ai payé avec une poussée les jours suivants...

Mais voilà je retente parce que je ne suis encore pas mort, parce que j'y crois encore. Peut-être à tort ? Aller, l'année prochaine j'arrête comme on dit tous... Et place au plaisir : nat et vélo, sans objectifs et donc sans CAP. Mais je ne serai même plus un triathlète, ni un duathlète... Les autres enchaînements existent mais pas de course au format nat+vélo :sm1:

Ca me fatigue tout ca. J'ai tellement eu un moral d'acier pour réussir à faire des trucs de malade à mon corps. Le corps ne suit plus et la tête qui a toujours commandé perd son pouvoir. Dur changement pour un triathlète. J'ai lu qq part qu'un IM c'était 90% de mental...

Vous voyez, en parler c'est compliqué. Il faut que je l'accepte, faire mon propre cheminement :(

Tu n'es pas thomas pourquoi sur strava ??
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul

IRONMAN04
Messages : 986
Enregistré le : 09 août 2015 18:48

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par IRONMAN04 » 16 mars 2018 13:19

Salut,
Alors que la plupart d’entre nous (dont moi bien sûr) venons sur ce site pour chercher des éléments nous permettant d’aller encore plus vite, faite baisser les chronos, obtenir le meilleur classement,,,,,, quelle leçon de vie que ces témoignages ci dessus...
On se rend compte qu’en cas de coup dur (chacun a les siens :( ), on aura toujours d’autres cas plus serieux que sa petite vie de « champion »,,, que finalement plus que voir le verre à moitié vide,,,, se dire pourquoi ne pas boire la moitié remplie... Bref, profiter de ce que nous donne la vie,,,,, faire avec et essayer d’en tirer du plaisir,,,,,,, je sais plus difficile à dire qu’a faire...
Plus que les années qui passent (irrémédiable :( ), je place la santé au dessus de tout après un épisode 2017 plutôt délicat. Et aujourd’hui, plus que la performance (malgré tout toujours présente lorsque je mets un dossard), c’est la notion de plaisir que je recherche même si quelquefois mon corps voudrait accélérer,,,, la tête me dit, recommande de ne point aller trop loin et contre ça, difficile de lutter..... Peut être simplement le temps qui passe... :(
En tous cas, bravo pour votre courage, qui pour moi dépasse la notion de performance de certains.. :wink:
Bonne continuation... et réussite dans vos objectifs. A peut être sur un IM, mais l’an prochain alors (mais c’est pas gagné :?: )
Ciao

Gadagne
Messages : 5306
Enregistré le : 02 juin 2015 14:28

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par Gadagne » 16 mars 2018 14:05

C est le post des infirmes et des éclopés :lol: :lol:

100km
Messages : 3148
Enregistré le : 29 sept. 2010 13:39

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par 100km » 16 mars 2018 14:30

:lol:
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul

tomP
Messages : 69
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 16 mars 2018 15:25

100km ne t occupe pas des autres, la maladie m'a touché a 36 ans mais avant cela j'ai et j'ai eu un psoriasis cutané. cuir chevelu, visage dos bras tibia depuis 2004. je sais ce que s'est d'etre devisage par des gens qui regardent ton front qd ils te parlent, qui se demandent ce que tu as foutu parce que ta chemise est pleine de sang. qd tu es seul a prendre ta douche a la piscine dans un couloir de 10 douches alors que les autres font la queue dans l'autre couloir parce qu'ils pensent que tu as la gale la lepre ou meme la peste :D
bon l'avantage c'est qu'en été tu as toujours de la place sur la plage :D :D

tu t'en fous du regard des autres ton bide tu t'en fous tu es la pour toi. les gens sont ignorants.
perso j'en ai plus rien a foutre... et crois moi ca va bcp mieux!!

ensuite, ne soit pas honteux de ta maladie, je prends des cours de natation en ce moment non pas pour aller plus vite mais comme toi pour avoir un geste qui me fasse le moins mal possible (dos epaule et nuque), j'ai dit clairement dit ce que j'avais. ca se passe tres bien.
j'ai fait reglé mon velo car impossible de rester en haut du guidon trop longtemps mal aux pouces, sur les cocottes mal aux poignets, en bas du guidon: inconcevable pour la nuque et les épaules.
si j’évite les sorties groupes, les quelques gars avec qui je roulent de temps en temps sont tous au courant,ils comprennent...voir même ils t'admirent!

tu sais si j'ai choisi le ventouxman l'année dernière c'est parce que je savais que bcp risquaient de marcher pendant la course a pieds a cause du velo: je ferai moins tache.
mais mes préoccupations avant le départ étaient plutôt du style: est ce que je vais réussir a mettre mes chaussettes , vais je réussir a sortir de l'eau. et brin pour la CAP, finir!
tu penses que tous les hors délais a Nice ou les abandons étaient plus handicapés ou plus gros que toi??? tu penses que ceux qui sont arrivés derrière moi au ventoux, ou pire les hors délais au parc a vélo étaient plus handicapés que moi?? NON c'etait des valides pour 99.9% d'entre eux!! et tu es arrivés au 32ekm et j'ai fini!!!
peut etre devrais tu revoir tes objectifs dans un 1er temps, le tri c'est pas que la distance iron...repartir de la base a l'entrainement, reprendre confiance du plaisir sur un half ou un M, faire tous les petits réglages qui te permettrons d'aller au bout de Nice en 2019 ou en 2020!
pour ma part c'est grosses cyclos cette année et natureman, on verra si ma condition me permet de m'inscrire a un tri courant juin ou juillet.

pour ce qui est de strava j'ai crée un pseudo bidon pour suivre les copains qui m'envoyaient les sorties et que je ne pouvais pas voir sans compte, mais je n vois pas trop d’intérêt pour moi... comme facebook où les organisateurs communiquent plus que sur leur propre site internet, mais perso j'ai pas grand chose a partager...

tomP
Messages : 69
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 16 mars 2018 15:27

en tous cas merci a Gadagne pour les conseils donnés sur le post de l'embrunman, ils m'ont bien aidés pour le ventoux! :sm2:

Gadagne
Messages : 5306
Enregistré le : 02 juin 2015 14:28

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par Gadagne » 16 mars 2018 17:30

Règlement sous pli discret SVP 8)

USAT
Messages : 2308
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par USAT » 19 mars 2018 15:58

bravo les gars. la maladie rend humble à bien des égards et fais voir la vie autrement, changement total des perceptions, de la vie sociale, on va à l'essentiel, et faut y être passé pour le comprendre, même si on peut imaginer certaines choses, on imagine pas le regard des autres et leurs réactions, l'abandon de bcp ou le rejet, même de certains proches, de l'ignorance, parfois aussi des rapprochements etc

Continuer le sport est un vrai défi, on se bat plus pour faire un temps ou vivre dans le regard de l'autre, mais juste pouvoir pratiquer, et se sentir en vie, d'avoir du plaisir à réussir qq chose malgré toutes les difficultés, c'est une victoire en soi. il faudrait avoir cet esprit quand on est va bien, mais on s'en éloigne, pour x raisons.

C'est un peu triste à dire mais j'ai jamais eu autant de plaisir sur un vélo que quand j'ai été malade et que je pouvais rouler 30', parfois et souvent moins, le temps d'oublier et de savourer cette chance car la plupart du temps c'était pas possible.
je me rappelle d'une séance ou j'avais fais 8 x 50m à la piscine, j'étais aux anges! haha c'était exceptionnel à cette époque.

Pour 100km, le mental a le droit de lâcher tu sais, et personne est à l'abri, personne; c'est bien de se croire fort et bla bla bla, mais on a tous une limite, et si on bouche le bouchon trop loin, c'est comme en vélo, tu te mets dans le rouge, tu vas tiens un moment et tu exploses en vol, faut essayer de lever le pied avant..facile à dire..très dur à faire. Valable en sport, dans son taff ou autres domaines.

Ces slogans sportifs basés sur le champ lexical de la guerre, soit plus fort que la douleur, no pain no gain ou je ne sais quelle connerie, j'ai tjr trouver ça débile au plus haut point. ça pousse les personnes à bout à tous les niveaux et on voit ou ça mène.

FAYARD
Messages : 19453
Enregistré le : 18 juin 2007 08:53

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par FAYARD » 19 mars 2018 16:13

USAT a écrit :
19 mars 2018 15:58
bravo les gars. la maladie rend humble à bien des égards et fais voir la vie autrement, changement total des perceptions, de la vie sociale, on va à l'essentiel, et faut y être passé pour le comprendre, même si on peut imaginer certaines choses, on imagine pas le regard des autres et leurs réactions, l'abandon de bcp ou le rejet, même de certains proches, de l'ignorance, parfois aussi des rapprochements etc

Continuer le sport est un vrai défi, on se bat plus pour faire un temps ou vivre dans le regard de l'autre, mais juste pouvoir pratiquer, et se sentir en vie, d'avoir du plaisir à réussir qq chose malgré toutes les difficultés, c'est une victoire en soi. il faudrait avoir cet esprit quand on est va bien, mais on s'en éloigne, pour x raisons.

C'est un peu triste à dire mais j'ai jamais eu autant de plaisir sur un vélo que quand j'ai été malade et que je pouvais rouler 30', parfois et souvent moins, le temps d'oublier et de savourer cette chance car la plupart du temps c'était pas possible.
je me rappelle d'une séance ou j'avais fais 8 x 50m à la piscine, j'étais aux anges! haha c'était exceptionnel à cette époque.

Pour 100km, le mental a le droit de lâcher tu sais, et personne est à l'abri, personne; c'est bien de se croire fort et bla bla bla, mais on a tous une limite, et si on bouche le bouchon trop loin, c'est comme en vélo, tu te mets dans le rouge, tu vas tiens un moment et tu exploses en vol, faut essayer de lever le pied avant..facile à dire..très dur à faire. Valable en sport, dans son taff ou autres domaines.

Ces slogans sportifs basés sur le champ lexical de la guerre, soit plus fort que la douleur, no pain no gain ou je ne sais quelle connerie, j'ai tjr trouver ça débile au plus haut point. ça pousse les personnes à bout à tous les niveaux et on voit ou ça mène.
Tu mélanges tout USAT. Quand tu es en bonne santé, que tu as un objectif sportif, et que tu te donnes les moyens de l'atteindre, que tu sois amateur ou mieux encore, sportif pro, le "no pain, no gain" prend tout son sens. C est clair que si tu es malade, c'est différent, rien que de faire du sport est une victoire, alors les chronos, les classements, ça devient sans objet.
Fin des travaux sur le topic Ericd. Les modos bossent même le dimanche !!! :mrgreen:

100km
Messages : 3148
Enregistré le : 29 sept. 2010 13:39

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par 100km » 19 mars 2018 16:27

USAT a écrit :
19 mars 2018 15:58
Pour 100km, le mental a le droit de lâcher tu sais, et personne est à l'abri, personne;
Bah, j'ai pas l'impression que ce soit le mental qui lâche mais bien le physique :( La preuve on m'a mis hors course sur IM, je n'ai pas abandonné malgré mon rythme peu intense
Faîtes de la douleur une amie et vous ne serez plus jamais seul

tomP
Messages : 69
Enregistré le : 23 oct. 2013 14:25

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par tomP » 20 mars 2018 09:10

c'est quoi tes temps natation et vélo?

USAT
Messages : 2308
Enregistré le : 11 nov. 2014 18:21

Re: Impossible de se maintenir au delà du seuil

Message non lu par USAT » 20 mars 2018 11:55

FAYARD a écrit :
19 mars 2018 16:13
USAT a écrit :
19 mars 2018 15:58
bravo les gars. la maladie rend humble à bien des égards et fais voir la vie autrement, changement total des perceptions, de la vie sociale, on va à l'essentiel, et faut y être passé pour le comprendre, même si on peut imaginer certaines choses, on imagine pas le regard des autres et leurs réactions, l'abandon de bcp ou le rejet, même de certains proches, de l'ignorance, parfois aussi des rapprochements etc

Continuer le sport est un vrai défi, on se bat plus pour faire un temps ou vivre dans le regard de l'autre, mais juste pouvoir pratiquer, et se sentir en vie, d'avoir du plaisir à réussir qq chose malgré toutes les difficultés, c'est une victoire en soi. il faudrait avoir cet esprit quand on est va bien, mais on s'en éloigne, pour x raisons.

C'est un peu triste à dire mais j'ai jamais eu autant de plaisir sur un vélo que quand j'ai été malade et que je pouvais rouler 30', parfois et souvent moins, le temps d'oublier et de savourer cette chance car la plupart du temps c'était pas possible.
je me rappelle d'une séance ou j'avais fais 8 x 50m à la piscine, j'étais aux anges! haha c'était exceptionnel à cette époque.

Pour 100km, le mental a le droit de lâcher tu sais, et personne est à l'abri, personne; c'est bien de se croire fort et bla bla bla, mais on a tous une limite, et si on bouche le bouchon trop loin, c'est comme en vélo, tu te mets dans le rouge, tu vas tiens un moment et tu exploses en vol, faut essayer de lever le pied avant..facile à dire..très dur à faire. Valable en sport, dans son taff ou autres domaines.

Ces slogans sportifs basés sur le champ lexical de la guerre, soit plus fort que la douleur, no pain no gain ou je ne sais quelle connerie, j'ai tjr trouver ça débile au plus haut point. ça pousse les personnes à bout à tous les niveaux et on voit ou ça mène.
Tu mélanges tout USAT. Quand tu es en bonne santé, que tu as un objectif sportif, et que tu te donnes les moyens de l'atteindre, que tu sois amateur ou mieux encore, sportif pro, le "no pain, no gain" prend tout son sens. C est clair que si tu es malade, c'est différent, rien que de faire du sport est une victoire, alors les chronos, les classements, ça devient sans objet.
Décidément on peut plus poster sans se faire rembarrer, déjà que je viens de moins en moins, je vais finir par plus venir du tout, ce qui changera pas la face du monde ni du forum ceci dit :wink: Ce forum a bien changé.

Allez je prends le temps de m'expliquer, une fois de plus.....

Je ne confonds rien du tout, la dernière phrase était différente du reste du post, et l'opposer aux phrases n'a pas de sens.
Elle avait pour but d'ouvrir le sujet et de faire une corrélation entre les personnes qui vont bien et celles qui finissent "malades" à cause du sport. Je ne confond pas les personnes qui contractent une maladie de celles qui ont des soucis à cause du sport, et je suis bien placé pour parler de ce sujet puisque j'ai connu les 2 cas de figures.

le no pain no gain force a pousser à fond et trop loin le corps et le mental, et chez les amateurs, non suivis, ça a des parfois effets désastreux, c'est contraire aux bénéfices que peuvent apporter le sport et ça mène à : blessures à répétition et usure du corps jusqu'à la corde; vie sociale dégradée, enfermement dans ce milieu etc.

Voir le sport comme une guerre ou de la souffrance, je trouve ça très négatif.

Tu pars d'une personne en bonne santé pour arriver a une personne qui ne l'est plus. J'ai encore 2 connaissances qui viennent de passer sur le billard à cause du sport et à cause de ses conneries qui les ont fait tirer trop loin sur la machine, pensant que tu si te fais pas mal, tu arriveras à rien. Résultat des courses ils dépriment, et ils ne pourront plus pratiquer.
100km a écrit :
19 mars 2018 16:27
USAT a écrit :
19 mars 2018 15:58
Pour 100km, le mental a le droit de lâcher tu sais, et personne est à l'abri, personne;
Bah, j'ai pas l'impression que ce soit le mental qui lâche mais bien le physique :( La preuve on m'a mis hors course sur IM, je n'ai pas abandonné malgré mon rythme peu intense
Le problème est peut être que tu as un mental trop fort qui te pousse a supporter la douleur plus que de raison et donc induit d'abimer encore plus ton physique. je le dis avec des pincettes :wink:

Répondre